.

.

vendredi 1 février 2019

Les Fanatiques

Les Fanatiques est un film français, réalisé par Alex Joffé et sorti en 1957.Une révolution vient d'éclater dans un pays d'Amérique du Sud, pendant l'absence de son dictateur, parti en voyage. Celui-ci décide de rentrer pour mâter ces révolutionnaires. Dans l'avion qui doit le déposer à Rome, il fait la connaissance de Luis Vargas (Pierre Fresnay) principal opposant à son régime de dictature. Mais le général Ribéra (Grégoire Aslan), cardiaque, apprend que Luis a pris cet avion pour le tuer, car il a embarqué avec une bombe cachée dans une machine à écrire. Ribéra affolé meurt, alors Luis met tout en œuvre pour sauver les passagers de l'avion.Le terroriste Luis Vargas a pour projet de faire exploser l'avion dans lequel se trouve un dictateur. Mais celui-ci meurt d'une crise cardiaque à bord de l'engin, et Vargas va essayer de sauver les passagers.
Avec beaucoup d'avance, le sujet brûlant du terrorisme est traité ici avec finesse et impartialité. Remarquablement interprété par Michel Auclair et surtout celui qui fut et reste pour moi le plus grand acteur français de tous les temps, Pierre Fresnay, excellent dans tous les rôles, comiques ou dramatiques, que ce soit comme aristocrate, clochard, curé, militaire, etc ... Une ombre cependant au tableau: la fin un peu trop grandiloquente du mauvais se sacrifiant pour rattraper sa faute et sauver des innocents. Enfin, un bon film quand même. Merci, Mr Fresnay.Un thriller peu connu où il est question d'un attentat projeté dans un avion de ligne afin d'éliminer un dictateur sud-américain. Ce genre est si rarement traité dans le cinéma français de l'époque qu'il mérite amplement d'être redécouvert. Si Pierre Fresnay est plutôt inattendu dans le rôle du terroriste, il n'en livre pas moins une très bonne prestation tout en retenue et en intensité. Retenons également la prestation de Grégoire Aslan qui lui par contre est nettement plus crédible dans le rôle du dictateur.


   

Comme quoi, il n'y a pas que « 24 heures chrono » dans la vie... Il suffit de découvrir « Les Fanatiques » pour s'en convaincre, épatant suspense « Made in France » mené à une allure de dingue et offrant un vrai frisson de la première à la dernière minute. Car si on n'échappe pas à quelques ficelles et facilités, il est pour autant difficile de résister à cet enchaînement implacable de situations bien trouvées, rendues parfois vertigineuses par la réalisation du décidément talentueux Alex Joffé, exploitant aussi bien les dialogues que des personnages habilement dessinés. On pense bien sûr en premier lieu à Luis Vargas, brillamment interprété par Pierre Fresnay, dont les certitudes et convictions vont être sérieusement mises à mal par les différents individus croisés dans l'aéroport. Les dilemmes et les questions de morale sont toujours passionnants : ceux du film n'échappent pas à la règle, si bien qu'en plus d'être redoutablement efficace, celui-ci interroge avec beaucoup d'intelligence et de pertinence : vaincre une dictature justifie t-il la mort de dizaines d'innocents notamment... Bref, du cinéma palpitant et constructif, cela n'est pas donné tous les jours : des « Fanatiques » aussi méconnus que recommandables.


                

Le film propose des reflexions intéressantes et établi un certain suspense même si le réalisateur tire un peu trop sur la corde par moment. Pour éviter ça il aurait pu travailler un peu plus sur l'amitié entre les deux opposants qui au départ n'est pas flagrante.Un film à thèse et un film à suspense. Le film, qui traite du thème du terrorisme et plus généralement de la question : Jusqu'où peut-on aller pour permettre à un peuple d'être libre ? (autrement dit la fin justifie-t-elle les moyens) vaut surtout pour l'interprétation, celle de Pierre Fresnay en tête, et pour la photo de Leonce-Henri Burel. Un film sympathique, mais pas vraiment indispensable.Alex Joffé traite un sujet alors assez neuf, mais devenu banal: le terrorisme dans la navigation aérienne. Les enjeux de l'engagement et de la violence révolutionnaire apparaissent dans le dialogue sans excès de morale connue. Joffé fait preuve de son habituel savoir-faire. Les enchaînements entre les personnages dans les salles et les escaliers de l'aérogare sont éblouissants de virtuosité. La direction d'acteurs ne manque pas d'élégance et de souplesse. Restent quelques excroissances sentimentales un peu inutiles.(Wiki,etc ...)

12 commentaires:

  1. En voila une belle surprise! Un film qui fleure bon la politique fiction avec un Fresnay, toujours impeccable. Merci bien pour ce film Corto, et pour la bonne soirée en perspective. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que j'ai un faible P.Fresnais aussi ...à bientôt !

      Supprimer
  2. merci pour cette découverte bravo pour le boulot

    RépondreSupprimer
  3. si vous avez objectif lotus avec Peter Ustinov Walt Disney merci d'avance

    RépondreSupprimer
  4. Merci beaucoup!!
    Ca a l'air excellent!!

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. https://oload.club/f/1l7Dmy4wzmg/Objectif_LotusPlanetStreamingCom.mp4

      Supprimer