.

.

mardi 1 janvier 2019

Two Smart People

Un film plus que méconnu de Jules Dassin qui ne figure même pas dans ses filmographies usuelles. Two Smart People date de 1946 et l’on est à deux ans des films noirs qui feront sa réputation. Cette gentille « screwball » se regarde sans déplaisir aucun. Sur le mode du road-movie (ou plutôt du « rail road-movie ») on suit les pérégrinations de deux escrocs de haut vol qui immanquablement vont tombés amoureux l’un de l’autre (qui se ressemble s’assemble dit-on souvent). Dans ce voyage qui les conduira à New York (Sing-Sing en vérité) en passant par le Mexique et la Nouvelle-Orléans nos deux héros interprétés de main de maître par Lucille Ball et John Hodiak sont accompagnés d’un gentil flic (Lloyd Nolan) chargé de conduire l’élément mâle jusqu’au tribunal de New York. Entre temps chacun essaiera de mettre la main sur le magot de l’aigrefin. Les rebondissements sont nombreux et toujours bien enchaînés par un Jules Dassin qui maîtrise déjà bien son sujet. Le film doit beaucoup à ses acteurs qui s’ils ne sont pas des stars sont mieux que des faire-valoir en particulier John Hodiak dont le regard lycanthrope nous fait penser aux loups à moustache de feu Tex Avery, qui trimballaient leur nonchalante élégance avec une cigarette au bec dans des smokings trop courts. Lucille Ball quant à elle est dans la tradition des grandes séductrices à forte personnalité dont Barbara Stanwick était la chef de file. Cette comédie est certainement mineure et ne peut rivaliser avec les chefs-d’oeuvre de Wilder, Lubitsch ou Hawks mais par sa finesse elle est bien supérieure aux comédies potaches qu’Hollywood produit en série depuis plus de 30 ans.(soniadidierkmurgia)


   

Je suis pas très familier de l'oeuvre de Jules Dassin mais ce que j'ai vu m'a plu. Pour cette romance teintée d'humour, je m'attendais à quelque chose d'un peu plus inspiré (en même temps, je fus surpris de découvrir que Jules avait réalisé un film de ce genre). Le récit est un peu mou, on ne ressent pas assez l'esprit taquin des personnages, on ne se tape jamais la cuisse en découvrant les p'tits coups qu'ils se font (qui ne sont pas très nombreux d'ailleurs), les conflits ne sont pas assez mis en avant, la romance est peu inspirée, trop facile. Il reste de bonnes idées de personnages ou de situation, comme par exemple ce carnaval à la fin, mais il y a trop de scène moins bonne pour vraiment prendre son pied. La mise en scène est également peu inspirée ; c'est souvent statique ou mécanique, je n'ai pas trouvé assez de jeu avec la caméra, avec l'espace. Même les acteurs semblent n'avoir qu'un faible espace de jeu, peut-être une des raisons pour lesquelles le couple ne prend pas tellement. Evidemment ça reste correct, c'est quand même Dassin, l'action est lisible, c'est rythmé, la séquence du Carnaval est également correcte, mais le tout manque terriblement de vie. Bref, "Two smart people" reste sympa à regarder mais ça aurait pu être poussé plus loin.( Fatpooper)


                  

Two Smart People est un film policier américain de Jules Dassin sorti en 1946 avec Lucille Ball, John Hodiak et Lloyd Nolan.Il s'agit du sixième et dernier film que Jules Dassin a réalisé pour le compte de la Metro Goldwyn Mayer. Moins un film noir qu'un film sentimental sur fond d'intrigue policière, le film décrit l'idylle éphémère entre deux escrocs professionnels, ironiquement chaperonnée par un policier chargé d'escorter le héros vers la prison de Sing-Sing. Ici dans un rôle convaincant de femme fatale amoureuse, l'actrice Lucille Ball est dans sa première partie de carrière, à quelques années encore de son triomphe comique à la télévision, dans ses séries consécutives I Love Lucy (1951-1957) et L'Extravagante Lucy (1962-1967) qu'elle produira avec sa propre compagnie Desilu Productions.(Wiki)

7 commentaires:

  1. Merci bien pour cette gentille comédie pour ouvrir l'année. Bon bout d'An à toi Corto et longue vie à ton blog.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Corto , Bonne année mon béo
    que l année te soit fructueuse et pleine de bonnes surprises
    biz

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce film, et au plaisir de vous suivre tout au long de cette nouvelle année.

    RépondreSupprimer