.

.

jeudi 13 décembre 2018

Out of the afternoon

Enregistré en mai 1962 pour Impulse !, Out of the afternoon fut l'un des tout premiers albums en leader du batteur Roy Haynes. Autour du (déjà) phénoménal percussionniste, on retrouvait le pianiste Tommy Flanagan (un homme pétri de délicatesse), le (pas encore disparu) contrebassiste Henry Grimes, et le saxophoniste Roland Kirk. Dès les premières grilles, on est saisi par la fraicheur et la beauté pudique déployée par le quartet, mais aussi sa maîtrise impeccable des tensions et relâchements, nécessaire à toute bonne dramaturgie jazzistique. Qu'il s'attaque à des vieilles cires pourtant réinventées mille fois par d'autres (le « Moon ray » d'Artie Shaw, « Fly me to the moon », « If I should loose you ») ou aux compositions du leader (le fougueux « Raoul », le malicieux « Snap crackle »), le quartet fait preuve d'une vivacité et d'une créativité sans failles. 


Les sept morceaux sont courts et percutants (pas plus de six minutes trente et des poussières; le dernier dure à peine trois minutes trente), les chorus sont concis et déclament l'essentiel (écoutez ce solo de piano, aux antipodes d'un délire virtuose, dans « Some other spring »)... Un très bon cru Impulse! bien reflété par une pochette très bucolique...Roy Haynes est un batteur américain autodidacte dont la discographie est abondante soit en tant que accompagnateur, soit en tant que leader. Ce "Out of afternoon" est un must du musicien en quartet avec Roland Kirk, Henri Grimes et Tommy Flanagan. Un enregistrement classique (très court) de l'après hard-bop, devenu une référence, de ce légendaire batteur. Super groove!Passage obligé...



                  


Roy Haynes et Roland Kirk étaient des précurseurs: pour 1962, il y avait un sacré groove tout en bousculant pas mal le jazz de Grand Papa !!! Passage obligé qu'on vous dit...Après son apprentissage à Boston avec Sabby Lewis, Frankie Newton et Pete Brown, Roy Haynes fait une entrée remarquée dans l'univers - alors en plein bouillonnement - du be-bop. Il accompagne Luis Russell (1945-47), Lester Young (1947-49), Kai Winding, Charlie Parker (pour la première fois le 24 Décembre 1949), Thelonious Monk. En 1953, c'est Sarah Vaughan qui l'engage : il restera cinq ans avec la chanteuse. On le voit également en compagnie de Miles Davis, Lee Konitz, George Shearing. En 1959, il joue dix-huit semaines avec Monk au Five Spot et à la Jazz Gallery de New York. 


La suite de sa carrière est une alternance de prestations ponctuelles avec de grands leaders comme Stan Getz, Jackie McLean, Eric Dolphy, Oliver Nelson, Gary Burton, Sonny Rollins, John Coltrane (il remplace Elvin Jones pendant quelques mois en 1963), et des travaux plus personnels à la tête de son Hip Ensemble, qu'il forme au début des années 70 avec Phineas Newborn et Jamil Nasser.Dès 1950, il s'intéresse définitivement à l'avant-garde et au free-jazz et devient celui que les plus grands s'arrachent. Il est le premier choix pour Miles Davis et Charlie Parker, Sarah Vaughan, à partir de 1954, Thelonious Monk sur deux ans de tournée mondiale (1959 et 60), et enfin pour Stan Getz à partir de 1961. Puis c'est au sein du John Coltrane quartet qu'il s'illustre de 1963 à 1965. La décennie 1950 voit aussi Haynes devenir leader de sa propre formation, le Roy Haynes Quartet, signé successivement sur les labels New Jazz, Impulse (album Out of The Afternoon en 1962).(http://www.disquesdreyfus.com/catalogue/haynes-roy.html)

1 commentaire: