.

.

mercredi 26 septembre 2018

The Miracle Woman

A la mort de son père pasteur, Florence Fallon (Barbara Stanwyck) accepte par dépit l’offre d’un escroc qui désire exploiter ses dons oratoires à des fins commerciales. Elle devient rapidement une prédicatrice très connue. L’écoutant à la radio, un jeune aveugle prêt à se suicider reprend goût à la vie et se rend au temple pour la rencontrer… The Miracle Woman est adapté d’une pièce de John Meehan inspirée de la célèbre prédicatrice canadienne Aimee Semple McPherson, pionnière dans l’usage des médias. Le film est une satire des sectes et des faux prédicateurs. Frank Capra a déclaré plus tard regretter de ne pas avoir été assez loin : il charge le personnage de l’acolyte de tous les maux (ce personnage n’existait pas dans la pièce), laissant intacte la jeune femme qui serait donc manipulée. Cela permet en tous cas à Capra de placer une notion assez récurrente dans ses films : c’est grâce à l’autre que l’on peut se transformer. Et cela marche dans les deux sens : le jeune aveugle se redécouvre grâce à Florence et elle-même retrouvera la paix en quittant le mensonge grâce à lui. La prestation de Barbara Stanwyck est assez remarquable, tout comme la photographie de Joseph Walker. Le film fut un échec commercial.he Miracle Woman fut interdit en Grande Bretagne et ne sortit au Canada qu’en 1977. Sur la prédicatrice Aimee Semple McPherson, le scénariste Herman J. Mankiewicz a écrit en 1949 un ouvrage que son frère Joseph voulut porter à l’écran. La famille de la prédicatrice s’y opposa. En 1976, un téléfilm The Disappearance of Aimee réalisé par Anthony Harvey a mis en scène le (prétendu ?) kidnapping d’Aimee Semple McPherson et le procès qui a suivi (avec Faye Dunaway et Bette Davis). La scène de l’incendie fut réalisée sans incrustations et Barbara Stanwyck et David Manners furent réellement au beau milieu des flammes.(http://films.blog.lemonde.fr/2017/06/21/femme-aux-miracles/)


   


Capra nous offre avec The Miracle Woman un beau mélodrame jonglant entre une touchante histoire d'amour et la dénonciation de ses évangélistes qui sévissent aux USA, l'évangéliste en question est joué par la jeune et charmante Barbara Stanwyck et il est difficile de lui résister en la voyant faire ses prêches dans sa jolie tunique blanche. The Miracle Woman débute de manière très forte avec cette scène se déroulant dans le lieu de culte ou Barbara Stanwyck se lance dans un virulent discours dénonciateur et il est amusant de voir les paroissiens outrés. Ce The Miracle Woman m'a bien plu, on peut juste regretter que passer les 20 premières Capra préfère se concentrer sur l'histoire d'amour et oublie un peu ce qu'il pouvait tirer sur les spectacles de la prédicatrice. A savoir que ce film s'inspire d'une véritable prédicatrice, la Canadienne Aimee Semple McPherson.C'est la première tentative de Frank Capra dans le film à thèse, sa première rencontre avec Robert Riskin aussi, et c'est un vrai miracle que l'échec du film ne coula pas une association destinée à un si glorieux avenir...





Barbara Stanwyck, toute jeunette, est la fille d'un pasteur mort de chagrin après avoir été mis au placard par ses ouailles en quête de sang frais. Pour se venger de cette bande d'hypocrites crédules elle accepte de devenir une prédicatrice évangélique à succès, avec radio, meetings, guérison, tout le cirque... A un moment, elle rencontre un aveugle et ça donne des scènes charmantes à base de ventriloquie, boîte à musique et autres pantins articulés, on se rend compte à quel point le cinéaste est génial pour meubler ses scènes. Tout ce qui fait les à cotés du film est vraiment réussi, les seconds rôles sont merveilleux, comme toujours et on trouve déjà l'amour de Capra pour les phénomènes de foire, ses anciens petits camarades de jeu. Bon, avec ça, faut pas croire, ça reste un tantinet trop mélo pour être honnête, Frank se veut trop sérieux et se cherche encore, mais il y a beaucoup de bonnes choses ici, comme un canevas maladroit dont on verrait nettement les choses à retoucher pour la suite... Ah oui, sinon, c'est pas vraiment une comédie, loin de là, c'est un peu le défaut du film d'ailleurs, le dosage n'est pas encore tout à fait au point, mais ça viendra, ça viendra...

1 commentaire:

  1. https://uptobox.com/t1a2r1oo07br/The.Miracle.Woman.1931.VOSTFR.TVRiP.x264.AAC-DUN.mkv

    RépondreSupprimer