.

.

jeudi 2 août 2018

La Boîte aux rêves

La Boîte aux rêves est un film français réalisé par Yves Allégret et Jean Choux, sorti en 1945.Quatre amis, Pierre, Jean, Alain et Marc, partagent un appartement en se faisant une règle de ne n'accepter la présence d'aucune femme. Mais ils font la connaissance de Nicole et celle-ci, tombée amoureuse de Jean, parvient à s'incruster en se faisant passer pour amnésique. Elle va alors s'occuper du ménage et de l'avenir des quatre garçons qui ignorent qu'elle est l'héritière du millionnaire Payen-Laurel...Yves Allégret (Asnières-sur-Seine, 13 octobre 1905 – Jouars-Pontchartrain, 31 janvier 1987) est un réalisateur français. Il a parfois tourné sous le pseudonyme de Yves Champlain.Frère cadet du cinéaste Marc Allégret, il débute en 1930 comme assistant réalisateur aux côtés de son frère, puis occupe différents postes avec d'autres réalisateurs, dont Jean Renoir. Parallèlement à cette formation à pied d'œuvre, il réalise ses premiers courts-métrages et fait partie du Groupe Octobre. À la déclaration de guerre, il est mobilisé. En 1941, il tourne en zone libre son premier long métrage Tobie est un ange, mais le négatif est détruit lors d'un incendie. Il se fait remarquer ensuite avec des films d'une grande noirceur poétique comme Dédée d'Anvers ou Manèges écrits par Jacques Sigurd, avec Simone Signoret (qui était sa femme à cette époque) en premier rôle. En 1957, Alain Delon joue dans son long métrage, Quand la femme s'en mêle. Yves Allégret est mort en janvier 1987 d'une crise cardiaque.Pauline Ronacher Ortmans, dite Viviane Romance, née le 4 juillet 1912 à Roubaix et morte le 25 septembre 1991 à Nice, est une actrice française. Elle a mis son tempérament et son physique généreux au service de rôles qui ont fait d'elle la vamp par excellence du cinéma français des années 1930 et 1940.


   

Elle refusa de tourner pour la Continental-Films allemande, mais en 1942, sous la pression du docteur Dietrich, le chef de la Propaganda Abteilung, elle se joint au groupe d'acteurs invités par les Allemands qui visitent les studios cinématographiques de Berlin, aux côtés de Junie Astor, René Dary, Suzy Delair, Danielle Darrieux et Albert Préjean. À Berlin en août 1943, elle accompagne quelques artistes français dont Loulou Gasté, Raymond Souplex, Édith Piaf, Albert Préjean et pose avec eux devant la porte de Brandebourg, à l'occasion d'un voyage censé promouvoir la chanson française. Elle fut incarcérée plusieurs jours à la Libération, mais ne reçut aucune condamnation et fut libérée avec les excuses du tribunal. La guerre passée, elle retrouve Julien Duvivier qui lui offre de renouer avec ses succès d'autrefois. Dans Panique de Duvivier, adapté du roman de Georges Simenon, les Fiançailles de M. Hire, elle campe avec talent son rôle de fille perverse. Mais son personnage commence à se démoder. Elle fera encore une belle composition et une participation haute en couleurs dans l'Affaire des poisons d'Henri Decoin, où elle incarne la Voisin.Henri Guisol, nom de scène d'Henry Paul Julien Bonhomme, est un acteur français, né le 12 octobre 1904 à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) et mort le 11 mai 1994 à Saint-Raphaël (Var).





Il est parfois crédité « Henry Guisol » ou simplement « Guisol ».Après ses études d'art dramatique au Conservatoire de Toulouse Henri Guisol s'installe à Paris où il commence, dès la fin des années 1920, une fructueuse carrière théâtrale qui le mène, sur une période de 50 ans de Charles Dullin à Patrice Chéreau. Au cinéma, il joue de 1931 à 1976, principalement dans des films français, mais aussi dans deux coproductions franco-italiennes. À la télévision, il apparaît entre 1958 et 1980, dans un téléfilm, des séries et feuilletons (Les Cinq Dernières Minutes, Joseph Balsamo...). À cette période, il se produit également fréquemment au théâtre, notamment dans Bon week-end Monsieur Bennett qu'il interprète en 1959 au théâtre de la Gaîté-Montparnasse aux côtés de Denise Grey, et qu'il reprend avec elle en 1967, pour l'émission télévisée Au théâtre ce soir, puis il joue dans La Facture de Françoise Dorin, avec Jacqueline Maillan en 1968 au théâtre du Palais-Royal, dans une mise en scène de Jacques Charon. En 1973, il se produit encore dans le Toller de Tankred Dorst, mis en scène par Patrice Chéreau au TNP de Villeurbanne. En 1979, Henri Guisol se retira du monde du cinéma et du spectacle, et s'installa à Saint-Raphaël (Var). Henri Guisol était l'époux de la comédienne Marthe Alycia.(Wiki)

1 commentaire: