.

.

jeudi 26 juillet 2018

L'Acrobate

L'Acrobate est un film français réalisé par Jean Boyer, sorti en 1941. Ernest Sauce, maître d'hôtel au « Cochon d'Argent », a prêté de l'argent à son patron qui est un passionné de courses. Un soir, devant un client soi-disant amnésique, il doit faire appel à la police et, pour ne pas être frustré du montant du repas, l'accompagne au dépôt. Mis en échec et lassé de Pauline, il a l'idée de simuler, à son tour, l'amnésie. C'est le début de nombreuses péripéties qui l'amèneront bientôt à être « reconnu » par de nombreuses personnes et au bout desquelles il finira comme acrobate à Medrano. Bonne comédie où les fous n'en sont pas et où les lucides côtoient un Fernandel fou qui ne l'est pas afin d'échapper aux scènes de sa compagne, côtoyant un vrai amnésique qui côtoie des médecins persuadés d'avoir à faire à deux réels fous dont l'un l'était partiellement par une amnésie et l'autre était un faux fou ! Lol est-ce clair ? Non ? ... Normal ! : il s'agit d'une comédie de fou destinée à ceux et celles qui ne le sont pas ! Lol ;-) ... Bon film !!!Une comédie pas trop mal mais vraiment lourdingue. Une histoire complètement stupide, rien n'est crédible et tout juste bonne à enchaîner les scènes les plus rocambolesques pour voir Fernandel cabotiner et faire le pitre du début à la fin. Voulant se débarrasser de son ennuyeuse femme, celui-ci se fait passer pour amnésique et à la suite de cela, de multiples déboires, quiproquos et péripéties en tout genres vont lui en faire voir de toutes les couleurs. Mise en scène théâtrale et acteurs qui parlent non-stop pourront en saouler certains mais pour les fans de Fernandel cela reste acceptable.






Dans les jours sombres de l'occupation, on pouvait toujours compter sur le réalisateur Jean Boyer pour faire sourire ses comédies fantaisistes, comme le démontre amplement l' Acrobate . L'une des comédies les plus agréables de Fernandel de cette époque, cette aimable farce donne libre cours au comédien à la peau de cheval pour soulager les esprits d'un public fatigué, aidé et encouragé par une autre légende de la comédie, Jean Tissier. comédiens connus mais très compétents (Pierre Labry, Jean Brochard, Marcel Carpentier, etc.). En plus d'être soumis à d'innombrables douches froides (ce qui semble être leur façon de guérir les troubles mentaux en France), Fernandel souffre de l'indignité ultime d'être humilié comme un acrobate réticent dans un acte de cirque. Voler dans les airs avec la plus grande facilité n’est évidemment pas quelque chose qui figure sur le CV de Fernandel, mais il est tout à fait juste de nous faire rire hystériquement en tombant du haut fil et en luttant pour se libérer du filet de sécurité. Fernandel était un grand acteur comique mais il était rarement aussi drôle qu'il est ici et il en savoure chaque moment.Comédie pleine d'entrain, de drôlerie et de mouvement, Fernandel, favori du public, en est le centre: il interprète un rôle à transformations avec toutes les ressources de son talent si varié et très souple. Un joli film où l'amour, la nostalgie et la dérision sont à fleur de peau, bercés par la musique d'une danse délicieusement désuète et involontairement humoristique. Un humour bien tendre.

1 commentaire: