.

.

jeudi 5 juillet 2018

Au sixième jour

Bien que la filmographie d'Henry Foster n'ait pas marqué les esprits (hormis Harvey en 1950 et "La tunique" en 1953), "D-Day the Sixth of June" mérite vraiment d'être découvert ne serait-ce que par le très beau rôle tenu par Dana Wynter qui incarne la fille d'un général, une jeune femme sobre d'une grande beauté. Koster procède par flashback pour nous conter la romance qui existe entre elle et deux officiers, l'un anglais, le lieutenant-colonel Winter (Richard Todd), l'autre américain, le capitaine Parker (Robert Taylor). Mélangeant allègrement plusieurs genres (guerre, romance et drame), Koster aborde le sujet avec finesse et retenue. Les relations entre les personnages sont montrées avec réalisme et les dialogues sont emprunts d'une grande justesse. Robert Taylor incarne un officier séduisant mais courtois qui travaille au service du colonel Timmer interprété par l'excellent Edmond O'Brien, un officier audacieux, résolu et humain tout à la fois. Le cadrage sur certaines séquences renforce la beauté des images et des sentiments entre les deux tourtereaux (Robert Taylo et Dana Wynter). Le dénouement est attendu avec impatience tellement le scénario est captivant. Le titre n'est pas complètement adapté au récit, le thème de la 2ème guerre mondiale ne servant que de contexte mais il est nécessaire pour comprendre les rapports entre les interlocuteurs. Ce film merveilleux et pathétique aux contours attachants ne devrait pas décevoir les fans du grand Robert Taylor. A noter que le fait d'armes qui est rapporté à la fin n'est pas cité mais il s'agit vraisemblablement du commando qui avait pour mission de prendre la pointe du Hoc et qui subit de lourdes pertes pour un résultat inattendu, la batterie de canons qui devait être détruit ayant été déplacé peu de temps avant par les Allemands. Dana Wynter aurait mérité un oscar pour sa magnifique interprétation.


   

Je m'attendais à un film de guerre et je découvre un film d'amour d'une haute tenue. Cela fait bigrement plaisir de suivre cette histoire qui met à l'honneur quelques valeurs humaines qu'on à tendance à oublier. Oui,elles existent même si elles ne font pas partie de notre quotidien . Henry Koster célèbre pour avoir réalisé le premier film en cinémascope est un excellent cinéaste qui agace beaucoup par son coté bien pensant (La tunique n'est pas un hasard) mais qui sait tenir une caméra et surtout diriger très bien ses comédiens. Ce film est rempli de baisers et Dana Wynter est adorable de plus elle joue juste. On comprend mieux Brad qui veut à tout prix la garder que John qui donne priorité à son orgueil. On attend la fin avec impatience pour connaître le dénouement, il m'a un peu déçu bien que je comprenne les raisons de Koster et que je respecte son choix alors que j'en eu préféré un autre. C'est vraiment une excellente histoire d'amour pour ceux qui apprécient le temps qui passe et les sentiments qui demeurent, Koster la filme bien en y mêlant la gravité et l'élégance. Son sujet est pourtant difficile; Minnelli s'y est frotté avec succès, toutefois un peu différemment dans ses ''4 cavaliers'' mais beaucoup ont fini dans le pathos. Taylor est au top comme souvent...Quelle femme résisterait à un tel personnage, il donne au film toute sa crédibilité.


                

1944, 500 000 hommes attendent de traverser la Manche! Pour beaucoup, c'est leur dernier jour! C'est le Jour J, le sixième jour...Berlinois d'origine, le metteur en scène Henry Koster signe là une romance sur fond de dèbarquement où la vrai vedette ici c'est bien le beau et très convoitè Robert Taylor! En 1956, la seconde guerre mondiale ètait loin, de l'arrière plan guerrier mais sans violence, juste du glamour pour le charismatique Robert Taylor avec une belle brunette du nom de Dana Wynter, arrivèe trois ans plus tôt de son Europe natale, qui jouera malheureusement les utilitès par la suite avant d'enchaîner les sèries tèlès! Une romance joliment photographièe en cinèmascope avec de belles scènes intimistes entre Taylor et Wynter...(http://www.allocine.fr/film/fichefilm-57370/critiques/spectateurs/)

3 commentaires: