.

.

mardi 10 avril 2018

Le Crâne hurlant

Une annonce prévient les personnes sensibles de s’abstenir de visionner ce métrage extrêmement terrifiant. Une publicité garantit que les frais d’obsèques des spectateurs morts de peur durant la séance seront entièrement couverts par la production. Assurément, le premier et dernier long-métrage du réalisateur Alex Nicol profite d’une publicité tapageuse faite de phrases chocs et de messages prometteurs. Néanmoins, le métrage poursuivra sa course vers les tréfonds des oubliettes du cinéma tant son propos porte plus à rire qu’à effrayer et tant les artifices mis en place ne sont pas convaincants. Après avoir vu Le crâne hurlant, une seule question est sur toutes les lèvres : Est-ce que la promesse des funérailles tient lorsqu’on meurt d’ennui ?Eric et Jenni Whitlock viennent de se marier. Enivré par le bonheur (c’est toujours comme ça au début), le couple décide de vivre son amourette dans l’ancienne résidence d’Eric, maison dans laquelle l’ex-femme d’Eric, Marian, est décédée à la suite d’une glissade qui lui a fracassé le crâne. La nuit, le crâne hurlant de la feue madame Whitlock vient hanter le manoir afin d’effrayer la pauvre Jenni… Le manoir hanté de style antédiluvien qui met en avant tout son archaïsme par le biais de son architecture d’une autre époque et son mobilier d’antiquaire présage une œuvre au canevas somme toute convenu. Les grincements de portes, l’éclairage instable et le portrait inquiétant de la feue madame Whitlock persévèrent à instaurer un climat glauque propre aux films de fantôme très en vogue à l’époque. Les premiers faits troublants se produisent. Point d’apparition fantomatique ni de spectre frappeur. Ceux-ci mettent en scène… un crâne qui hurle telle une chatte échaudée à la recherche d’un matou en rut. Pas de quoi être parcouru de frissons de la tête aux pieds. Le souci majeur du Crâne hurlant est que, fier de son effet, le métrage ne se borne plus qu’à dépeindre ces attaques terrifiantes de ce tas d’os sans jamais recourir à une apparition digne de ce nom.


                          

Dès lors, la tête se balade à son gré dans la demeure, crie de temps en temps (ça déstresse) et apparaît à divers endroits histoire de provoquer un nouvel évanouissement de la nouvelle épouse d’Eric. Un coup dans une armoire ,une fois dans l’escalier, une fois en-dessous d’un feu de joie. L’originalité du propos n’a d’égal que son ridicule. Tentant d’instaurer une menace plus psychologique que physique, Nicol se fourvoie et se moque des spectateurs qui ne croient pas une seconde à la dérive psychologique subie par l’héroïne pourtant bien assise par les lancinantes répétitions du réalisateur qui n’a de cesse de seriner à tout bout de champ que la pauvre a perdu ses parents alors qu’elle était encore très jeune et qu’elle est depuis facilement impressionnable. Dommage que le dénouement sympathique soit une nouvelle fois pollué par les voltiges de cette tête volante, symbole de l’exagération dans laquelle tombaient volontiers les cinéastes horrifiques des années 50 afin de renouveler quelque peu un genre dans lequel tout avait déjà été fait. Malgré une publicité attrayante, Le crâne hurlant ne séduit jamais. Nicol s’échine à rester cohérent avec son propos en nous assénant de trop nombreux tête-à-tête maladroits entre la protagoniste et le crâne de sa rivale décédée. Une œuvre inintéressante qui ne permet même pas de crâner…(http://www.allocine.fr/membre-Z20120218180244490715355/movie/4529/)

9 commentaires:

  1. Encore une curiosité qui mérite sûrement le détour....
    Merci pour ce partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une curiosité ,oui ...qui mérite le détour ,pas si sûr ...
      A bientot Ludo !!

      Supprimer
  2. Si le film ne fait pas peur, il aura au moins le mérite de faire rire où servira de somnifère, c’est selon ! Merci !

    RépondreSupprimer
  3. Le titre de ce film me fait déjà frissonner. Il me rappelle un thriller d’épouvante que j’ai vu sur une appli mobile : https://itunes.apple.com/fr/app/playvod-films-en-streaming/id689997717?mt=8 .
    Il s’intitulait « Skeletonman » et l’intrigue parlait d’une créature effrayante qui avait un crâne à la place du visage ! J’aimerai bien regarder le film d’horreur que vous avez proposé, cela me permettra de faire la différence entre un classique et une production cinématographique moderne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello,il est en streaming ici :http://www.dailymotion.com/video/x3xzd8n
      à bientot !!

      Supprimer