.

.

dimanche 4 février 2018

Les Aventuriers du désert

Ce western, de facture classique mais se déroulant en 1950 dans le désert du Nouveau Mexique, lorgne du côté du "Trésor de la Sierra Madre". Tous les ingrédients du Western sont là mais avec une mise en scène plus moderne : flashbacks, espaces confinés, femme de caractère. Tous les personnages sont ambigües et traînent tous un lourd secret ou ne se comportent pas de façon exemplaire (absence de manichéisme). Ella Raines est crédible dans le rôle d'une cow girl au cuir épais. La photographie est très belle et donne de très beaux plans du désert. Un bon western qui donne une vision rare d'une Amérique entre deux époques (1950 et 1850) et montre avec nostalgie le glissement progressif du mode de vie des cow boys vers une vie urbaine. De même les accents rock du blues joué par le black de service donne un avant-goût de ce qui donnera naissance au Rock'Roll nord américain. Donc une bonne histoire avec des aspects intéressants sur l'histoire des Etats-Unis et une description d'une Amérique de légende qui n'existe malheureusement plus.Deuxième production en France de John Sturges ces ‘’Aventuriers du désert’’ est un film bien étrange. Impossible de savoir exactement s’il est réussi ou raté car il me parait incompréhensible à moins d’avoir l’explication par Sturges lui même. Qu’a t il voulu faire? Aucun de ses personnages n’est cohérent, Scott étant exactement traité comme les autres. L’histoire ne tient pas la route, sa localisation dans le désert de la mort n’est pas crédible, la tempête a bon dos pour faire taire les questions posées par les spectateurs et terminer le film dans la confusion. Il faut se contenter de la mise en scène, brouillonne sur les localisations la plupart du temps, avec quelques belles éclaircies lors de flashbacks, notamment la fuite par l’échelle de secours de Shep après son altercation. 
(http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=188587.html)                 
                 

Le combat des deux méchants (et par n’importe lesquels svp) à coups de pelles est une trouvaille et il est agréable de revoir la ''captive aux yeux clairs'', Ella Raines. Enfin, le fait le plus notable est d’écouter à loisir un des fondateurs du blues de la cote Est: Josh White dont les morceaux musicaux sont respectés ce qui est tout à l’honneur de Sturges, c’est sans doute ce film qui nous le montre le mieux.Je comptais voir un western classique de John Sturges avec Randolph Scott, et surprise, dès le premier plan des voitures passent devant la caméra. On est à la fin des années 40, dans la ville jumelle américano-mexicaine de Calexico-Mexicali (ça dépend de quel côté de la barrière on se trouve). Ambiance de film noir : filature, partie de poker... Puis vient une sombre histoire de trésor perdu dans le désert. Là on verse dans une sorte de remake du Trésor de la Sierra Madre. Une bande hétéroclite part à cheval à la recherche de l'or perdu. Du coup, place au western. Ouf. Excellent scénario, où chaque personnage à plus ou moins quelque chose à se reprocher, histoire de pimenter l'histoire d'une foultitude de quiproquos et de rebondissements. 


                  


Bon casting, avec deux types à sale gueule que j'aime bien (et que j'associe souvent d'ailleurs), John Ireland et Arthur Kennedy. Bonnes scènes d'action : tempête de sable et surtout magnifiques duels à coups de... pelles. Le 8 me titille, et je m'étonne, au passage, d'être le premier à mettre une note.Neuvième long-métrage dans la prolifique carrière de John Sturges, Les Aventuriers du désert est un curieux mélange de film noir, de polar et de western, tourné dans les effrayants paysages des Alabama Hills et de la Vallée de la mort en Californie. Doté d'un casting solide emmené par Randolph Scott, égal à lui-même, et complété notamment par Ella Raines (Christy), William Bishop (Shep) et John Ireland (Frazee), il laisse pourtant un sentiment mitigé, entre ennui et excitation. Rapport à sa trop courte durée sans doute (1 h 18), ou à son scénario trop alambiqué pour être vraiment captivant. Car en contrepartie, comme toujours chez Sturges, la photographie est impeccable, les paysages splendides et les scènes de bagarre (à coups de pelle !) impressionnantes.(https://www.senscritique.com/film/Les_Aventuriers_du_desert/critique/15659061)

5 commentaires:

  1. Ca a l'air pas mal du tout comme western melangé a d'autres genres!
    Belle distribution et bon real!
    Merci beaucoup pour la decouverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme !! C'est très acceptable , Randolph Scott est convainquant et la photo est top !!
      A bientot Moniak !

      Supprimer