.

.

vendredi 9 février 2018

Battle Cry

Un bon film de guerre, qui exalte peut-être un peu trop l'armée Américaine mais formidablement mis en scène par Raoul Walsh, qui arrive a donner a ses personnages beaucoup de sensibilité (étonnant Aldo Ray). Les scènes de guerre sont bien faites. Un vrai bon film.Beaucoup d'humanité dans ce film alors que la période était plutôt à l'exaltation des sentiments nationaux et idéologiques. Certes, Raoul Walsh ne passe pas à côté des poncifs du moment mais il tente de nous faire oublier le manque de moyens en rendant certains personnages attachants. Cet ancêtre de « Full Metal Jacket » a malgré tout vieilli.Le début du film de Raoul Walsh a tout d'un gigantesque chef-d'oeuvre (La 1ère heure), hélas, le film s'étire beaucoup trop sur les personnages jusqu'à l'overdose... Inutilement long, "Le cri de la victoire" se regarde néammoins avec plaisir, mais le final de cette oeuve laisse vraiment le spectateur sur sa faim...Voici l'un des films les plus intéressants consacrés à la guerre du Pacifique, ce n'est pas une manoeuvre belliciste ou militariste à la gloire de l'armée américaine, puisque le film fut tourné lorsque l'Amérique était dans une période de paix, la guerre de Corée étant terminée. C'est une vaste fresque épique, une description passionnante et sensible d'un groupe d'hommes et de femmes sur lesquels la guerre agit comme un révélateur. Les personnages assez nombreux prennent une véritable dimension humaine et échappent aux stéréotypes du genre, car au fur et à mesure, l'amitié, l'amour, la crainte de mourir et l'espoir de vivre éclairent ces personnages, le réalisateur s'attache à ses héros dont on suit l'entraînement, les virées et les liaisons amoureuses, chacun révèle sa force et ses faiblesses, son endurance ou sa tendresse.


                         

Raoul Walsh, considéré habituellement comme un cinéaste de l'action, renonce volontiers aux grands morceaux de bravoure militaire et aux amples scènes de combat qu'on rencontre dans ce type de production. Longtemps sous-estimé, le Cri de la victoire, malgré son titre un peu conquérant, reste comme l'un des meilleurs de Walsh qui brosse un portrait intéressant et parfois troublant de l'homme en guerre, à la fois une réflexion sur ce monde de la guerre et une belle étude psychologique servie par une interprétation solide et homogène, sans grosses vedettes, mais où se distinguent surtout Aldo Ray et Van Heflin.Un bon film de guerre, qui exalte peut-être un peu trop l'armée américaine mais formidablement mis en scène par Raoul Walsh, qui arrive a donner à ses personnages beaucoup de sensibilité (étonnant Aldo Ray). Les scènes de guerre sont bien faites. Une réussite.


                 


Battle Cry est sans doute le plus faible des films de guerre réalisé par Raoul Walsh qui adapte un roman à succès de Leon Uris à qui on doit le célèbre (le livre comme l'adaptation épique de Preminger) Exodus. On y suit le parcours de jeunes marines de leurs formations initiales à l'épreuve du champ de bataille, cette dernière n'intervenant qu'à la toute fin. Le reste du film s'attarde sur le quotidien des soldats dans les différents lieux de séjours (Nouvelle Zélande entre autres). Le ton donne dans la veine patriotique de propagande, cette exaltation de la jeunesse guerrière bien que ce déroulant durant les campagnes du Pacifique lors de la Deuxième Guerre Mondiale éveille plus les fantômes de la Guerre de Corée pas encore terminée quand est lancée la production du film (mais terminée au moment de sa sortie).(http://chroniqueducinephilestakhanoviste.blogspot.fr/2012/11/le-cri-de-la-victoire-battle-cry-raoul.html)

1 commentaire: