.

.

mercredi 9 août 2017

Les couleurs du désert


Les couleurs du désert - The painted desert - 1931 - Howard Higgin

1931, William Boyd n'est pas encore la grande star du petit et grand écran qu'il deviendra par la suite. Clark Gable non plus. Ils sont réunis dans cet honnête western, et c'est Clark Gable qui a les honneurs de la jaquette du DVD Bach film, bien que l'acteur ait une présence à l'écran somme toute modeste. William Boyd lui, a un rôle beaucoup plus étoffé, mais il est quasiment inconnu en France.

Les couleurs du désert est un film suffisamment ambitieux et soigné pour dépasser le cadre de la simple petite série B, d'autant qu'il dispose d'un budget conséquent: tournage en magnifiques décors naturels (Monument Valley semble-t-il), scène spectaculaire (l'explosion de la mine), convoyage de bétail, figuration importante en ville: les moyens sont là. Le scénario est également original, avec ce fils adoptif essayant de réconcilier les deux vieux hommes qui l'avaient trouvé abandonné dans un chariot. Clark Gable est le vilain traître et Helen Twelvetrees détonne un peu en jeune femme à la winchester et chemise échancrée au début du film. Dommage qu'elle rentre dans le rang ensuite et s'habille en vraie jeune fille!


              
                                 

Pour autant, le traitement de l'intrigue ne dépasse pas le niveau des pâquerettes, tout le monde est finalement gentil à part l'ignoble Clark Gable qui se rend sans même se battre. William Boyd est bien fade en ce qui me concerne, mais je me garderais bien de juger le futur grand Hopalong Cassidy sur des bases aussi branlantes. Le film datant de 1931, la sonorisation est encore rudimentaire, mais all in all, on passe un bon moment. A noter que l'un des deux pères adoptif du jeune premier est joué par William Farnum, qui comme Hart commença au théâtre et partagea la scène avec lui sur Ben Hur. Farnum devint ensuite le premier acteur à être payé 10000 dollars par semaine à Hollywood au temps du muet. A voir donc, mais pas forcément uniquement parce qu'il y a Clark Gable dedans!(Tepepa).


                

J'ai revu le film assez bien restauré par Bach-Films, avec des sous-titres français, très lisible, ce qui n'est souvent pas le cas. Ce film aurait dû être tourné en Technicolor pour montrer les spectaculaires couleurs des rochers du Petrified Forest National Park dont le Painted Desert est intégré en Arizona. Malheureusement les films couleurs n'étaient pas encore à l'ordre du jour en 1931. Je ne pense pas que des décors de Monument Valley ayent été utilisés, puisque ce Painted Desert est pourvu aussi de beaux rochers. Ce film rappelle encore les films muets, vu la lente évolution des scénarios, et les discours tenus sans hâte. En somme une belle histoire.(Lasso)

1 commentaire: