.

.

jeudi 19 janvier 2017

Lisa Blount

Lisa Blount, née le 1er juillet 1957 à Fayetteville, dans l'Arkansas (États-Unis), et décédée à Little Rock (Arkansas), le 25 octobre 2010, était une actrice et productrice américaine.A travers le monde, Lisa Blount est célèbre pour avoir joué Lynette Pomeroy, la meilleure amie de Paula, incarnée par Debra Winger dans Officier et Gentleman de Taylor Hackford avec Richard Gere en 1982. Sa performance lui a permis de décrocher une nomination aux Golden Globes. De plus, elle a remporté un Oscar pour son travail de productrice pour le court métrage The Accountant en 2002, avec son mari Ray McKinnon qui a réalisé et joué dans ce film. Elle a également produit Chrystal avec Billy Bob Thornton (The Barber).(http://www.purepeople.com/article/lisa-blount-du-film-officier-et-gentleman-est-morte-a-53-ans_a66793/1)



                 


Par sa mise en scène très efficacement sobre et son acheminement lent vers la folie, Réincarnations distille un véritable climat de terreur, lequel est renforcé – au lieu d’être désamorcé - par une solide dose d’humour noir. L’histoire, apparemment policière, glisse le spectateur dans la peau du shérif Dan Gillis, interprété par James Farentino (transfuge de la série Dallas). Celui-ci, œuvrant dans la petite station balnéaire Potter’s Bluff, sur la Cote Est, voit sa tranquille routine subitement brisée par d’étranges actes de violence. Coup sur coup, il doit faire face à trois morts par le feu, mystérieuses et atroces. Inquiète de sa réputation, la petite ville tranquille affirme qu’il s’agit d’accidents sans aucun lien les uns avec les autres. Pour Gillis, ce sont indiscutablement des crimes. Et nous voilà face à un schéma qui nous est familier depuis Les Dents de la Mer. Mais ce vague sentiment de déjà-vu vole vite en éclats face à l’audacieuse originalité de l’argument. Car malgré les pressions, Gillis enquête, collecte d’étranges indices, et ses investigations tournent au cauchemar. Il y a d’abord ces vivants qu’il croise et qui ressemblent étrangement aux victimes brûlées vives… Il y a ce piéton gravement blessé qui disparaît sans laisser de traces tel un fantôme. Et il y a surtout William Dobbs (Jack Albertson), croquemort et embaumeur qui semble en savoir bien plus qu’il ne le dit, et qui fut jadis renvoyé de l’hôpital où il exerçait à cause d’expériences illicites qu’il y menait.


   

Peu à peu, Gillis en vient à douter de ce qu’il découvre et de sa propre raison, son investigation prenant un tour cauchemardesque qui n’est pas sans évoquer celle de Mia Farrow dans Rosemary’s Baby, d’autant que l’épouse de Gillis (la belle Melody Anderson) semble impliquée dans cette étrange affaire. Mystère et inquiétude se développent sourdement, jusqu’à un dénouement démesuré, inattendu, qui remet non seulement en cause tout le film, mais marque une première dans l’histoire du cinéma fantastique, tant l’idée est inédite et surprenante. Pour en décrire l’impact sans gâcher la surprise, il faudrait comparer cette chute à celle de La Planète des Singes. Après le choc, le film s’achève sur une séquence à la fois macabre et terriblement émouvante, prouvant qu’il est possible d’éprouver des sentiments pour des zombies, pour peu que ces derniers soient conscients de leur état pathétique…


   

Les auteurs de ce scénario fou ne sont autre que Dan O’Bannon et Ronald Shusett, à qui nous devons rien moins que l’histoire d’Alien. A la réalisation épurée de Gary Sherman se conforment le jeu dépouillé des acteurs et des effets spéciaux cosmétiques étonnamment réalistes signés Stan Winston. La mise en scène en plan séquence de l’embaumement de la jeune fille, notamment, est servie par un maquillage surprenant et semble rendre hommage à une des scènes de L’Invasion des Profanateurs de Sépultures. Réincarnations propose ainsi un regard tout à fait neuf sur le thème des zombies, et son titre original – Dead and Buried, c’est-à-dire « mort et enterré » - eut été bien préférable à cette « traduction » française passe-partout et surtout hors-sujet.(http://www.cinemafantastique.net/Reincarnations.html)



                


Le père Loomis, désemparé par la découverte d’un étrange cylindre gardé secret par l’église, fait appel à des scientifiques pour percer le mystère de ce qui serait l’essence même du mal absolu.  En disgrâce suite à l’échec cinglant des AVENTURE DE JACK BURTON, John Carpenter retourne à de petits budgets. Avec beaucoup moins d’argent mais une grande liberté, il met en scène PRINCE DES TENEBRES, l’un des films majeurs de sa filmographie, où l’on pourra déceler l’influence évidente de certains de ses succès artistiques du passé (ASSAUT, HALLOWEEN, THE THING…). PRINCE DES TENEBRES n’en est pas pour autant une redite et réussit à mêler deux univers antinomiques que sont la religion et la science. Mais pas la peine de revenir en détail sur le film puisque Eric Dinkian a déjà écrit une critique de PRINCE DES TENEBRES que nous vous conseillons de lire pour en apprendre un peu plus sur le métrage lui-même.  Plutôt sombre, PRINCE DES TENEBRES n’est pas ce que l’on pourrait appeler un film facile à transférer en vidéo. Le disque américain présentait justement un contraste très appuyé qui posait problème lors de certaines séquences sombres. Le disque français bénéficie par contre d’un tout nouveau transfert qui pourra paraître un peu plus terne mais qui propose un contraste et des couleurs plus réalistes. Toutefois, l’image est légèrement recadrée puisqu’il manque de petites portions d’image à gauche et à droite. Sur certains plans, il y a même une petite perte en haut de l’écran. Il ne s’agit pas d’un charcutage comme sur INVASION LOS ANGELES mais le disque de PRINCE DES TENEBRES, comme les autres disques européens, ne respectent pas vraiment le format cinéma d’origine.


   

Enregistré à l’origine en Ultra Stéréo, un système surround utilisant une technique matricée similaire au Dolby Stéréo, PRINCE DES TENEBRES est proposé sur ce DVD avec la piste d’origine mais aussi un nouveau mixage en Dolby Digital 5.1. Cette dernière piste a le mérite de donner une plus grande clarté et un meilleur dynamisme à l’ensemble de la bande-son sans pour autant ajouter des effets artificiels. A moins de ne pas pouvoir faire autrement, on vous conseillera d’éviter le doublage français. Non pas qu’il soit mauvais techniquement, présenté lui aussi en mixage mono d’époque ou en Dolby Digital 5.1, mais plutôt en raison d’un doublage qui plante un peu le film d’un point de vue artistique.  Spécialement pour les quatre Carpenter à sortir à la même date (le 24 juin), Studio Canal a fait le déplacement jusqu’à Los Angeles pour rencontrer John Carpenter et enregistrer de petites présentations de chacun des films. Assez courte, celle de PRINCE DES TENEBRES fait un rapide tour d’horizon plutôt concis et direct.


                

La plupart des informations se retrouvent dans le commentaire audio mais, contrairement à FOG, cette petite présentation évite la redondance à l’excès. De plus, étant donné qu’il n’y a pas d’autres documentaires dédiés au film lui-même en dehors de l’analyse de séquence par le réalisateur, cette petite interview est un bon résumé pour ceux qui n’aiment pas les commentaires audio. L’analyse de la fin du film par John Carpenter est plutôt une amère déception. En effet, ce bonus est carrément inutile dans le sens où le réalisateur nous est présenté face à un écran de télévision qui diffuse le film alors que John Carpenter n’a pas l’air enclin à raconter quoi que ce soit. Au mieux, il donne quelques informations moins complètes que celles très détaillées du commentaire audio, et dans le pire des cas, il paraphrase ce qui se déroule à l’écran lorsqu’il ne se tait pas purement et simplement !(http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=644)

4 commentaires:

  1. http://uptobox.com/i3n2igfuvn5b (UFSF)
    https://1fichier.com/?u7vfhvxgu3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Corto mais le lien uotobox réincarnation est dead même chez ufsf. Sinon ton blog est nickel ;)

      Supprimer
    2. Hello Herman , je viens de tester le lien ( http://uptobox.com/i3n2igfuvn5b ) , ça fonctionne chez moi ...retente et tiens moi au courant ...merci .

      Supprimer
    3. Fausse alerte ça fonctionne, merci bien ;)

      Supprimer