.

.

jeudi 15 décembre 2016

Marshall Thompson

Marshall Thompson est un acteur, scénariste, réalisateur et producteur américain né le 27 novembre 1925 à Peoria, Illinois et mort le 18 mai 1992 à Royal Oak (Michigan). Marshall Thompson commence sa carrière au cinéma dans les années 1940, en enchaînant des rôles dans des films en tout genre. Il devient dans les années 1950, un acteur indépendant, travaillant dans différents studios. C'est dans la série télévisée Daktari qu'on lui doit une grande notoriété internationale, où il incarne en 89 épisodes le rôle principal de Marsh Tracy, un vétérinaire de brousse. Également auteur, producteur et scénariste, il collabore dans d'autres œuvres pour la MGM Television, comme la série Flipper le dauphin, où il apparaît d'ailleurs dans un épisode. Il meurt le 18 mai 1992 à Royal Oak d'une insuffisance cardiaque.(Wiki)



                

Diffusé jadis à « La dernière séance » d’Eddy Mitchell, "To Hell and Back" de Jesse Hibbs raconte l'histoire d'Audie Murphy, qui devait devenir pour sa conduite au feu le soldat le plus décoré de la seconde guerre mondiale! Ce film de guerre est à l'opposé de "The Red Badge of Courage" de John Huston, comme on s'en doute, car l'acteur relate ici ses propres exploits! C'est l'histoire véridique du fantassin Murphy, histoire humaine, courageuse et toute de gloire! Un homme qui gagna sur les champs de bataille toutes les médailles que son pays pouvait décerner! C'est le récit de la vie d'un jeune garçon du Texas qui, dès l'âge de douze ans, livrait déjà sa première bataille contre la faim et apprenait à devenir un homme en passant par les chemins les plus rudes! C'est l'histoire de six hommes (Murphy, Johnson, Kovak, Kerrigan, Manning, Brandon) mais c'est aussi l'histoire de ces jeunes femmes dont la route allait croiser la leur! Un seul homme pouvait jouer ce rôle et qui en avait écrit l'histoire: Audie Murphy dont la légende veut qu'il ait abattu ou capturè plus de 200 combattants allemands! CinemaScope oblige, un récit autobiographique bien mené qui se laisse regarder sans ennui... "L'enfer des hommes" est le film qui retrace l'histoire du sergent Audie Murphy, joué par ... Audie Murphy ! Rien que le concept est assez savoureux pour attirer l'attention. Ainsi, on voit notre héros dans sa ferme natale, s'occuper de sa mère et de ses frères et soeurs et livrant un combat pour nourrir sa famille dès l'âge de 12 ans. Le récit est donc très hagiographique.


   

Mais si parfois il peut faire sourire, il ne tombe jamais dans le comique involontaire et ne se prend jamais vraiment au sérieux. Cela donne donc un ton particulier à ce film de guerre. Le film est tiré du récit autobiographique d'Audie Murphy "To Hell and Back". Celui-ci ne voulait pas au départ interpréter son propre rôle, suggérant de prendre Tony Curtis, avec qui il avait travaillé sur d'autres films. Finalement, Audie Murphy devait accepter sous la pression du réalisateur Jesse Hibbs et du producteur Aaron Rosenberg. Audie Murphy obtenait par contrat 10% des recettes du film, 100 000 dollars pour sa future interprétation, et 25 000 dollars pour l'achat des droits de son livre. Le pari devait se révéler gagnant pour Audie Murphy, qui devait empocher 1 million de dollars de recettes, le film étant un énorme succès public en 1955.


               

Quant au film lui même, il raconte la seconde guerre mondiale du point de vue, d'un GI et c'est évidemment ce qui fait sa force. Enfin, il a des scènes de guerre assez saisissante, mais qui n'arrive pas à concurrencer des films plus récents ou des films de la même époque comme "la gloire ou la peur" (1959) avec Gregory Peck. L'ensemble reste néanmoins plaisant à regarder et on se prend d'admiration pour ce garçon ordinaire, sorti de nul part et devenu le plus grand héros de guerre américain, sorte d'anti Rambo des années 50. Par contre, le film n'aborde pas son retour au pays, ni les angoisses traumatiques du combat. Il faudra attendre les années 60 pour que ce thème soit abordé dans le cinéma américain.(http://hollywoodclassic.hautetfort.com/archive/2014/04/12/l-enfer-des-hommes-to-hell-and-back-1955-5345419.html)


                  

La Formule (titre original : The Formula) est un film américano-allemand réalisé par John G. Avildsen, sorti en 1980.Au cours d'une enquête sur un meurtre, un policier découvre l'existence d'une formule chimique inventée par les nazis pour remplacer le pétrole. Ce produit de synthèse permettrait de ne plus dépendre des compagnies pétrolières. Tous ceux qui connaissent l'existence de cette formule, comme le policier, sont donc en danger de mort. Ce thriller de politique-fiction est un petit régal. D'abord parce que la vision d'un monde manipulé par quelques hommes de pouvoir est très réaliste et aussi effrayante. Ensuite pour le plaisir qu'on éprouve à voir Marlon Brando charger son personnage de super-puissant ventru et suffisant, à l'opposée du jeu sobre de George C. Scott ; il en fait des tonnes et utilise parfois tellement son catalogue de tics de l'Actor's Studio qu'il en est souvent pénible, mais ses petites scènes sont quand même jouissives. Le reste du casting est bon, notamment Richard Lynch et John Gielgud. Maintenant, ce film aurait pu donner un portrait de la géopolitique des années 80 un peu plus mordant, mais dans l'état, il se voit sans ennui.Le gros problème de La Formule c'est une réalisation sans aucune saveur, du travail bien fait mais impersonnel avec un peu plus de volonté ce thriller aurait sans doute été plus passionnant à suivre mais reste un bon casting (avec un Brando qui commence à avoir un sacré embonpoint).



   

Un scénario pas mal du tout ou il est question d'une formule de pétrole synthétique et non polluant fait à partir de charbon, un simple flic de Los Angeles après la mort d'un ami va se retrouver embarquer dans une enquête le menant à Berlin puis en Suisse. Ce film montre la toute puissance des grosses compagnies pétrolières mais un peu trop long et sans aucune réelle tension La Formule se regarde néanmoins sans ennui. Il fait partie de ses films pas indispensables à voir mais qui font quand même passer un bon moment.Ce policier part avec des bonnes bases classiques et un solide George C Scott. De plus le scénario semble s'épaissir au fur et à mesure avec un étage espionnage hélas une grosse partie de l'intrigue est trop vite divulguée. A partir de ce moment le film a beaucoup moins d'intérêt car la réalisation reste assez molle ...(Allociné)

1 commentaire: