.

.

dimanche 27 novembre 2016

Ken Clark est Dick ..

L'organisation du ''Lotus Bleu'' est parvenue a s'emparer de la bombe nucleaire. L'agent Dick Malloy des services secrets americains est charge de les intercepter. Il entre en contact avec la doctoresse Elsa Freeman qui travaille au siege de l'organisation. Malloy se retrouve sur les traces de Niarkos et parvient a recuperer la bombe...Avec le recul, force est de constater que "Opération Lotus Bleu" et consorts ne sont pas formidables. OK, j'aime le bis européen et tout ça, mais contraitrement aux westerns italiens, les sous-007 n'innovaient pas et se contentaient de faire pareil que leur modèle mais avec 100 fois moins de moyens... A noter quand même, dans "Opération Lotus Bleu", l'apparition de Nino Ferrer, qui vient chanter une chanson !!Concernant cette Opération lotus bleu, première aventure de l'agent 077 Dick Malloy, et bien c'est bon représentant du genre, ultra kitsch comme il se doit, avec un espion bien macho très soucieux de son apparence, une collègue féminine qui lui est entièrement dévouée (elle lui répète toutes les 5 minutes qu'elle est à ses ordres et le materne comme un gosse), des rebondissements que l'on voit arriver de très loin, des gadgets toujours un peu nazes, un racisme latent estampillé d'époque, avec des chinois bien fourbes allant jusqu'à recourir à la chirurgie esthétique pour se fondre dans la masse occidentale, et un doublage français qui se fait plaisir, avec pas mal d'amusantes répliques donnant une certaine légèreté à l'ensemble (lequel ne semble de toute façon pas vouloir se prendre très au sérieux). En prime, on voit du pays - Paris (avec une belle poursuite sur les toits de la capitale), l'Espagne, Athènes, Nice - Helga Line a la classe, Nino Ferrer vient pousser la chansonnette le temps de l'inévitable séquence cabaret et ça ne dure même pas 1h 25  , donc on n'a pas trop le temps de s'ennuyer.


           


Ce Agent 077 : Missione Bloody Mary est vachement sympa, quand même. Dans la catégorie "euro-spy", c'est parmi ce que j'ai vu de mieux. Tourné en Techniscope 2.35: 1 , avec moult décors européens (tournage à Athenes, Barcelone, Paris, Rome...), cette histoire de bombe atomique dérobée traficotée par Umberto Raho pour la revendre (visiblement!) aux chinois est certes très classique. Maintenant, Ken Clark fait un excellent espion - très proto-Sean Connery, mais avec une assurance mâle qui lui va très bien... et qui sied parfaitement au film! Athlétique, vif, plutôt bon acteur même (un comble!)il porte le film sur ses épaules et s'en sort vraiment très bien. Le reste du casting très hétéroclite reste fonctionnel, Helga Liné en tête, quon retrouvera d'ailleurs dans un autre rôle pour le 3e opus de cette série.


                

Pas mal de français dans la générique aussi, et en effet Nino Ferrer dans son propre rôle qui gratouille la guitare dans un cabaret nommé "Le Capricorne". Grieco/Hathaway s'en sort aussi avec tous les honneurs. Une camera agile, assez peu de transparences et donc pas mal de cascades réalisées in situ, dont une très belle poursuite sur les toits de Paris. Un cinéma au final assez "musclé" surtout si on compare aux autres transalpineries du même style. On n'a pas l'emballage léché des OSS 117, par exemple, mais l'ensemble sait rester élégant. Beaucoup de retournements de situations (trop, même) au profit d'une histoire somme toute assez banale. mais la mulitplications des endroits où se déroule ;'action, le rythme syncopé, la musique swingante et les clins d'oeils font passer un bon moment nostalgique.(http://www.interviewcine.devildead.com/forum/viewtopic.php?f=3&t=30400&view=previous)


           


Coup de force à Berlin - Le journaliste Dick Hallam assiste à l'assassinat de Francisco Aguirez, candidat à la présidence de San Salvador. Espérant ramener un article à son journal, il décide de mener sa propre enquête. Les hasards de l'aventure lui font rencontrer Sylvie, dont il ignore qu'elle est aussi journaliste et qu'elle poursuit le même objectif...Alors qu'il sort d'une salle de jeu parisienne au petit matin, Dick Hallam, un journaliste américain, assiste par hasard au meurtre de Francisco Aguirez, un opposant salvadorien. Intrigué par le comportement du chauffeur de la victime, qui quitte immédiatement Paris pour Berlin sous un nom d'emprunt, le reporter le soupçonne d'être impliqué dans cet assassinat et décide de le suivre afin de mener sa propre enquête. Il espère ainsi mettre la main sur le vrai coupable et, par là même, sur les commanditaires du meurtre. Mais les hasards de l'aventure lui font rencontrer une charmante personne, dont il ignore qu'elle est aussi journaliste...Un journaliste américain, Dick HALLAM (Ken CLARK), flairant un article sensationnel, décide de suivre le chauffeur d’un important homme politique qui vient d’être assassiné. Durant le voyage il s’empare d’une étrange montre à carillon qu’il s’approprie. Il ne se doute pas qu’il s’est engagé dans une histoire d’espionnage et de meurtre qui tourne mal…Un film d'espionnage agréable à suivre, malgré une intrigue un peu compliquée: Berlin, ses agents secrets de toutes nationalités, la Guerre froide, agents doubles, personnages troubles...Certes au niveau du contenu, ce ne sont pas des films très innovants (du moins ceux que j'ai vu). Ils suivent généralement servilement leurs modèles hollywoodiens au lieu d'essayer de nouvelles approches.(http://www.productionsroitfeld.fr/coup-de-force-a-berlin/)


           

Mais il y en a des frachement fun à voir (l'Opération Lady Chaplin de De Martino, Troppo per vivere... poco per morire et Colpo maestro al servizio di Sua Maestà britannica de Michele Lupo, le premier tirant vers le caper, le second vers le film noir). Et pour ce qui est des moyens, évidemment on en trouve des miteux, mais, sans jouer dans la même cour que les Bond, la plupart de ceux que j'ai vu ne font pas pitié et coûteraient par ailleurs bonbon s'il fallait les refaire aujourd'hui.
Trahison à Stockholm (titre italien : Rapporto Fuller, base Stoccolma) est un film franco-italien réalisé par Sergio Grieco, sorti en 1968En Suède. Svetlana Goldjadkin, danseuse au Bolchoï, profite d'une tournée pour quitter la troupe et demander l'asile politique à l'ambassade des Etats-Unis à Stockholm. Peu après, deux jeunes femmes, Greta Fuller et Ester, trouvent la mort après avoir échangé leurs manteaux au vestiaire du théâtre. C'est le coureur automobile Dick Worth, à qui Ester venait de subtiliser son briquet, qui est accusé du meurtre. Il est sauvagement agressé par de faux policiers qui prétendent lui faire avouer où est caché le fameux «rapport Fuller». Une fois son innocence établie, ils lui révèlent qu'ils sont en fait des agents de la CIA. Greta, agent américain, avait découvert la mission secrète de Svetlana et son rapport a été dérobé pendant la substitution des manteaux. Il faut dès lors retrouver ce document...
Bon film d'espionnage avec un Ken Clark très décontracté et une très jolie Beba Loncar. Avec aussi Lincoln Tate et Gianni Brezza en agents des services secrets...(http://western-maniac.forum-pro.fr/t7150-trahison-a-stockholm-rapporto-fuller-base-stoccolma-1968-sergio-grieco)

3 commentaires:

  1. https://1fichier.com/?in3ry6281l
    https://1fichier.com/?bber6zatc6
    https://1fichier.com/?802uspwkey

    RépondreSupprimer
  2. C'est sympa que tu proposes aussi quelque chose sur Ken Clark, feu acteur physique et certainement le meilleur émule de Sean Connery. Il n'y a hélas pas grand chose sur lui à lire ou comme document.

    Il n'y eut guère que Yves Boisset, dans ses mémoires, qui l'évoquait avec moquerie mais également une assez belle anecdote : il aurait fait un enfant à une riche héritière et, ainsi, ses soucis d'argent auraient été estompés. Qui sait si cela demeure plus rentable que de sauver des vies dans des films de série B !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu moins de classe que Sean Connery (les Dickgirls en sont la preuve ) mais les bandes originales ,au moins étaient sympas ,prochainement le French style avec San Antonio ...
      Merci pour tes précisions et à bientôt !

      Supprimer