.

.

mercredi 30 novembre 2016

Denver Pyle


A lui seul, une anthologie des séries westerns, Denver Dell Pyle naquit le 11 mai 1920 à Bethune dans le comté de Kit Carson, Colorado, de Ben H. Pyle (1895–1988), un fermier et de sa femme, Maude (1899–1985). Aprés être sortie diplômée du lycée, Denver Pyle fréquenta brièvement la Colorado State University mais la quitta pour intégrer le show business.Il fut une des vedettes de plusieurs films au cinéma et à la télévision durant les années 1950 et 1960. Il eut un rôle en 1955 dans le western d’Audie Murphy, L’Enfer des Hommes et apparut en guest star entre 1951 et 1953 quatorze fois dans la série, The Range Rider, avec Jock Mahoney et Dick Jones. Il apparut en 1955-1956, à deux reprises dans la série anthologique Frontier, dans "Mother of the Brave" et "The Voyage of Captain Castle".Denver Pyle apparut aussi dans un certain nombre de westerns de John Ford, dont Les Cavaliers avec William Holden et L’Homme qui tua Liberty Valance. Il interpréta un soldat du Tennessee (appelé "Thimblerig") dans l’Alamo de John Wayne (1960).Mais son rôle le plus long et le plus connu reste sans conteste celui d’Uncle Jesse Duke dans la série Sherif, fais-moi peur (1979–1985) (146 épisodes). Il eut un rôle en invité en1973 dans Les Rues de San Francisco. En 1975, Walt Disney Productions sortit un film basé sur le roman, Escape to Witch Mountain. Dans ce film, Tony et Tia étaient interprétés par Ike Eisenmann et Kim Richards, Lucas Deranian par Donald Pleasence, l’oncle des enfants, Bené par Denver Pyle.(http://forum.westernmovies.fr/viewtopic.php?t=15183)


               
                              

Si les années 50 furent les plus prolifiques pour Audie Murphy, les suivantes ne lui laissèrent cependant pas reprendre son souffle ; et contrairement à ce que l'on aurait pu craindre, ce "corpus sixties" demeura qualitativement presque tout aussi honorable que le précédent malgré évidemment quelques petits ratés dont Gunpoint ne fait néanmoins pas partie. Dernier film tourné par Audie Murphy pour Universal - son studio de prédilection auquel il n’aura fait quasiment aucune infidélité - La Parole est au colt ne sera plus suivi que de quatre autres titres dont trois westerns, le comédien le plus décoré de la Seconde Guerre mondiale allant décéder peu de temps après. Il me serait très malhonnête de vous faire croire que vous allez tomber sur une pépite en regardant ce western de série B au budget très restreint ; mais si jamais comme moi vous estimez que la filmographie westernienne du comédien au visage poupin aura été de qualité presque égale quinze années durant, vous ne devriez pas être déçus par celui-ci qui à mon humble avis se situe dans une honnête moyenne. Alors certes, ce western assez banal vous paraitra très probablement "déjà-vu" et surtout assez anachronique au vu de sa date de tournage, cependant on peut dire qu’il s’agit là d’un très classique et respectable divertissement.Comme dans de nombreux de ses westerns de cette décennie dont les constructions se révèlent finalement assez semblables, Audie Murphy, homme de loi peu bavard mais qui ne s’en laisse néanmoins pas compter, va se trouver dans l’obligation de lever un posse ; ce fut parfois pour mettre fin aux agissements d’une bande de redoutables hors-la-loi, secourir une femme kidnappée ou bien récupérer de l’argent volé. Ici le couple de scénaristes se montre amplement généreux puisqu’il enverra le probe homme de loi à la poursuite du gang pour les trois choses à la fois. Chad devra non seulement récupérer un imposant butin volé lors de l’attaque d’un train et qui était destiné à empêcher que la banque de la petite ville où il officie ne fasse faillite, mais aussi ramener également une Saloon Gal qui n’était autre que sa fiancée plusieurs années auparavant, et enfin mettre un terme aux agissements du bandit sans scrupules et de ses hommes qui, après chacun de leurs méfaits, viennent se mettre à l’abri de l’autre côté du poste frontière afin de ne pas être appréhendés. Bien évidemment, pour maintenir le suspense et l’action, la milice improvisée éclatera ou se fera décimer au fur et à mesure de son avancée.


   

Néanmoins, le principal intérêt du film ne réside pas dans cette intrigue sans grandes nouveautés ni surprises mais, comme ceci prévaut d’ailleurs pour beaucoup des meilleurs westerns avec Audie Murphy, dans les relations qui s’instaurent au sein du groupe constitué par des hommes aux motivations diverses et aux caractères totalement différents. C’est d’ailleurs également le cas pour le fabuleux ensemble de westerns que Randolph Scott tournera sous la direction de Budd Boetticher.Dans La Parole est au colt, ce sont le triangle amoureux et les membres qui le composent qui se révèlent être les éléments les plus intéressants d’un scénario manquant certes un peu de rigueur mais néanmoins plutôt rondement mené. Plus que le personnage interprété par Audie Murphy, qui reste toujours à peu près semblable d’un film à l’autre (ce qui ne me semble pas nécessairement problématique tellement l’acteur est parfaitement rodé pour ce genre de rôle d’homme de loi intègre et tenace, sachant se battre avec hargne et toujours aussi charismatique malgré son petit gabarit), c’est Warren Stevens qui tire la couverture à lui sans que jamais son partenaire en haut de l’affiche cherche à lui faire de l’ombre, leur complicité / rivalité s’avérant aussi crédible que touchante (c’était déjà le cas pour le duo Audie Murphy / Dan Duryea).(http://www.dvdclassik.com/critique/la-parole-est-au-colt-bellamy)


                 

" Maverick " très bon film de Richard donner . L'histoire se déroule au far west . Maverick ( Mel Gibson ) un joueur de poker veut participer au tournoi de poker du siècle . Mais pour cela il lui manque une certaine somme d'argent pour pouvoir participer au tournoi . Il va alors tenter de trouver la somme par tout les moyens et va être confronté à un mauvais perdant nommer angel ( Alfred Molina ) qu'il avait battu auparavant et qui prépare sa vengeance ce qui va l'embarquer dans une série de mésaventures hilarantes ... " Maverick " est un très bon film de Richard donner réalisateur de la saga culte de l'arme fatale . En 1994 Richard donner décide de mettre temporairement sa saga de l'arme fatale de côté pour se lancer dans la réalisation d'un western comique avec l'un de ses acteur fétiche de l'arme fatale a savoir Mel Gibson . Et le résultat est très réussit . L'histoire est très sympa celui d'un joueur de poker nommer Maverick qui veut participer à un concours de poker mais qui n'a pas la Somme necessaire pour participer et qui va devoir se démener pour trouver la somme et qui va être confronter à un mauvais perdant qu'il a avail battu bien decider à se venger et qui va vouloir l'empecher de participer au tournoi ce qui va l' embarquer bien malgré lui dans une série de mésaventures toute plus hilarantes les unes que les autres . Le film est un bon mélange de western , de comédie , d'action et d'aventure avec une touche de suspense et de rebondissements . Tout les ingrédients pour passer un bon moment . L'humour est souvent présent grâce à son lot de gag et de repliques hilarantes . Sans oublier quelques touches d'action bien mener . Avec en prime quelques clins d'oeils très sympa à l'arme fatale .


   

Le casting est excellent avec à sa tête Mel Gibson excellent dans le rôle de Maverick ce joueur de poker charmant avec une certaine classe et une belle repartit bien décider à participer coute que coute au tournoi de poker du siècle . Il va faire la rencontre d'une jolie joueuse incarnée à merveille par la charmante jodie Foster et va être confronter à un mauvais perdant nommer angel incarner par Alfred Molina très bon dans le rôle du méchant . Le duo Mel Gibson / jodie Foster fonctionne à merveille . Les décors du far west sont réussit et les paysages ou se deroule l'action sont très beau et très dépaysant . On s'évade avec plaisir dans ses très beau paysages . Un très bon divertissement .L'une des meilleures comédies américaines des années 90.


                 

Sur fond de western et de poker, Richard Donner met le duo Gibson/Foster dans de l'ouate, ce qui nous offre plusieurs échanges somptueux. La maladresse et le charme de l'une couplée à la repartie et la prestance du second fonctionnent à merveille, l'alchimie est parfaite. Il est vrai qu'à l'époque les 2 acteurs sont déjà au sommet de leur art. Le film carbure à une scène bien fendarde toutes les 5 minutes en moyenne et la fin s'offre même le luxe de surprendre son public.Première partie de poker très drôle. Le recouvrement des dettes est bien marrant également. J'ai beaucoup aimé la petite référence à "L'arme fatale". L'humour est omniprésent et l'histoire ne souffre d'aucun temps mort et offre une succession de bonnes scènes avec l'excellente Jodie Foster dans le rôle d'une cleptomane mythomane. Les parties de poker, surtout la finale, sont excellentes. Une très bonne comédie western poker avec quelques indiens au passage.(Allociné)

1 commentaire: