.

.

jeudi 24 novembre 2016

David Torn

David Torn est un guitariste et compositeur né le 25 mai 1953 à Amityville. Il est connu en particulier en tant que membre de l'Everyman Band, pour sa participation au groupe de Jan Garbarek, ainsi que pour ses compositions de musique de film.Pour mieux saisir la démarche de ce singulier guitariste, on lira sa profession de foi sur davidtorn.net, rubrique “approach to guitar”. Depuis 1985 et ses débuts sur ECM avec “Best Laid Plans”, en duo avec le percussionniste Geoffrey Gordon, David Torn a enregistré une poignée de disques essentiels (“Door X” en 1990, “Polytown” avec Mick Karn et Terry Bozzio en 1994, “What Means Solid, Traveler” en 1996…), posé sa griffe sur ceux de David Sylvian, David Bowie et Meshell Ndegeocello (entre autres), puis effectué un retour mémorable sur le label de Manfred Eicher en 2007 avec “Prezens”, en compagnie de Tim Berne, Craig Taborn et Tom Rainey (excusez du peu).



                

Ce ne sont pourtant pas ses solos qui nous fascinent depuis des lustres. On serait d’ailleurs bien en peine d’en trouver un “vrai”, en singles notes, “à l’ancienne”, dans sa discographie. Car Torn est avant tout un virtuose des effets, un coloriste dont la palette sonique est sans égal. Dans “Only Sky”, il voyage en solitaire et traverse des paysages d’une saisissante beauté. Parce qu’il a aussi contribué à de nombreuses musiques de films, il peut faire surgir des images fortes. Dans des décors qu’on imagine sans fin, entre les grandes plaines de son pays natal et quelque désert nord-africain, il s’invente un folklore imaginaire aux vertus oniriques, baigné par des nappes de sons aux reflets moirés, marqué par le souvenir de Jimi Hendrix et des guitar heroes de sa jeunesse. Qu’il s’exprime à la guitare à à l’oud, chaque note, chaque son, chaque texture est savamment pensée, placée, jouée. “Only Sky”, juste ciel, quel trip !(http://www.muziq.fr/david-torn-la-guitare-eclectique/)


               

Tous les vingt ans, David Torn prend sa guitare, ses idées et vient avec ses copains remuer le parfois trop lisse univers ECM… En 1987 Clouds about Mercury - avec une moitié de King Crimson (Tony Levin et Bill Bruford) et Mark Isham -donnait déjà dans le registre de la surprise glacée. Puis le guitariste s’était éclipsé, laissant le label allemand à ses déambulations raffinées. Insaisissable, filant tel l’anguille, on l’entrevoyait avec Mick Karn et Terry Bozzio, John Legend ou Tori Amos avant qu’il ne disparaisse à nouveau pour triturer sans relâche les textures sonores. Si bien que lorsque l’heure du retour sonne, la surprise se révèle à nouveau totale. Fondu dans une sombre esthétique germanique, le coup est assené efficacement sans préavis. On retrouve Craig Taborn (claviers), Tim Berne (saxophones) et Tom Rainey (batterie), une escouade de choc qui empoigne ceux qui naviguent à sa portée et les colle contre le mur.


                 


Les musiciens s’engouffrent dans la moindre lézarde des compositions signées Torn. Motifs électroniques et teintures synthétiques tissent des limites légères que les quatre hommes transgressent avec plaisir. Un détail, une mélodie minimale blues qui gonfle avant d’exploser (« Ak »), des ambiances mates et épaisses qui vacillent sous des coups de boutoirs… la moindre idée passe instantanément entre des doigts avides qui en extraient le meilleur. Berne et Taborn vont chercher, comme aux grandes heures de Spring Heel Jack, dans les improvisations les plus telluriques une puissance organique peu commune, et Rainey donne à l’ensemble une impulsion irrésistible qui souvent l’emporte lui-même (« Structural Functions of Prezens »).


                                     


Evoluant fréquemment dans un univers glacé, Torn joue aussi avec des ambiances rappelant les premiers disques de Niels Peter Molvaer, où la guitare d’Eivind Aarset s’imposait en toute agressivité nordique. On retrouve avec Prezens - successivement calme et épileptique, électronique ou exotique (« Miss Place, The Mist »), mais aussi progressif en diable - toute l’assurance de ceux qui, sachant où ils vont et persuadés de leur force, peuvent tout se permettre. À la fois cohérent et étonnant varié de par les multiples influences assimilées, Prezens confirme le statut d’artiste inclassable de David Torn, bidouilleur électronicien génial doublé d’un guitariste rugueux. Reste à espérer qu’il ne s’écoulera pas vingt ans avant qu’il se manifeste à nouveau. Ou alors, c’est nous qui n’arriverons pas à le suivre…(http://www.citizenjazz.com/David-Torn.html)

1 commentaire:

  1. http://www.mediafire.com/file/d53mh2nilzn/Mares_07+_Pzns.rar
    http://www.mediafire.com/file/kiemtyyulnn/Mares_00_OAH.rar
    http://www.mediafire.com/file/timzwozuvzc/Mares_96_++W.M.S.T.rar
    http://www.mediafire.com/file/zwojwhmky30/Mares_95_TppngOGod.rar
    http://www.mediafire.com/file/ytnjzmjin2z/Mares_90+_D.X.rar
    http://www.mediafire.com/file/dki1zyz02tm/Mares_87_+CldsAMerc.rar

    RépondreSupprimer