.

.

vendredi 14 octobre 2016

La trilogie animale

Le 25 août 1969 constitue une grande date pour le cinéma d'angoisse européen : il s'agit du premier jour de tournage de L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL, lui-même le premier long métrage réalisé par Dario Argento ! Pourtant, à ce moment, Dario n'est pas un débutant dans le cinéma. Par sa famille, il a baigné de tout temps dans ce milieu, que ce soit par sa mère (photographe au service des Stars) ou son père (producteur, et impliqué dans la promotion du cinéma italien à l’étranger).A la fin des années 50, Dario devient critique de cinéma, puis, se passionnant pour l'écriture de films, il travaille sur divers scénarios, passant d'un genre à l'autre: comédie avec SCUSI, LEI E FAVOREVOLE O CONTRARIO ?, réalisé par Alberto Sordi ; Western avec UNE CORDE, UN COLT de et avec Robert Hossein ; guerre avec LA LEGION DES DAMNES d'Umberto Lenzi… Le gros coup de pouce, il le reçoit de la part de Sergio Leone, qui l'invite à co-écrire son très ambitieux IL ETAIT UNE FOIS DANS L'OUEST, en compagnie de Sergio Donati et de Bernardo Bertolucci. Ce dernier conseille à Dario la lecture de "The Screaming Mimi", un roman policer. Il s'en inspire alors pour écrire un scénario de film policier appelé à devenir L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL. Ce scénario, qu'il rédige pour lui-même et sans être payé, il le propose à divers producteurs, sans succès. Des noms de réalisateurs circulent, qui ne plaisent guère à Dario, comme Terence Young ( encore auréolé par le succès du thriller SEULE DANS LA NUIT) ou Duccio Tessari (UN PISTOLET POUR RINGO). Salvatore Argento, le père de Dario, lui propose de le produire au sein d'une société qu'ils co-dirigeraient : la Salvatore E Dario Argento (SEDA) Spettacoli. Cela impliquerait que Dario mette lui-même en scène ce film…


   


Finalement, L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL se monte de cette façon, avec le soutien de la compagnie Titanus, qui va le distribuer en Italie, et d'une firme allemande, la CCC Filmkunst. Un casting international est réuni. En tête, nous trouvons l'acteur américain Tony Musante, qui mène alors une petite carrière entre les USA (on le vit aux côtés de Delon dans son film américain LES TUEURS DE SAN FRANCISCO) et l'Italie (dans le western EL MERCENARIO de Sergio Corbucci), par exemple. La jeune première sera Suzy Kendall, comédienne anglaise modérément renommée. Dans les seconds rôles, nous reconnaissons des habitués de la Cinecitta, comme Umberto Raho (LE SPECTRE DU DR HICHCOCK, THE LAST MAN ON EARTH…) ou Enrico Maria Salerno (HERCULE A LA CONQUETE DE L'ATLANTIDE, LA BATAILLE D’EL ALAMEIN…).(http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=1185)


                

LE CHAT A NEUF QUEUES est le second film de Dario Argento comme réalisateur après l'excellent L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL. Il s'inscrit dans le cadre d'une trilogie de gialli qui comprend comme troisième volet QUATRE MOUCHES DE VELOURS GRIS. C'est aussi de l'aveu du réalisateur lui-même, le film qu'il apprécie le moins dans sa filmographie. Malgré tout, il recèle quand même certaines qualités qui font que ce film mérite qu'on s'y attarde.Argento reste donc ici fidèle au genre qui lui permettra de se faire connaître : le Giallo, avant de se tourner par la suite vers des œuvres plus fantastiques. Comme à son habitude, le maestro s'entoure d'un casting international où l'on retrouve notamment Karl Malden, que les habitués du petit écran se rappellent avoir vu arpenter LES RUES DE SAN FRANCISCO aux cotés d'un certain Michael Douglas mais qui a également bon nombre de films à son actif, notamment une grande quantité de westerns et quelques rôles marquant aux cotés de Marlon Brando (SUR LES QUAIS, UN TRAMWAY NOMME DESIR, LA VENGEANCE AUX DEUX VISAGES). A ses côtés pour mener l'enquête, James Franciscus, un adepte de la série B, du cinéma fantastique et du bis puisqu'on peut le retrouver à l'affiche entre autres de LA VALLEE DE GWANGI, LE SECRET DE LA PLANETE DES SINGES, L'INVASION DES PIRHANAS ou encore LA MORT AU LARGE de Castellari. Ce film nous permet de constater qu'Argento n'a pas eu besoin de longtemps pour maîtriser un genre, en l'occurrence le giallo, et son sens de l'esthétisme, notamment pour les séquences des meurtres, est déjà ici bien présent, même si sur ce plan, LE CHAT A NEUF QUEUES ne peut prétendre rivaliser avec des pièces majeures de sa filmographie telles que SUSPIRIA ou encore TENEBRES.


           

De même, malgré une réalisation de facture assez classique (surtout si l'on compare avec ses œuvres futures) il commence déjà à s'essayer à des plans inhabituels et expérimentaux (voir la scène du verre de lait) ce qui sera tout au long de sa carrière une de ses principales marques de fabrique. Il innove aussi avec des gros plans sur les yeux de l'assassin avant chaque meurtre, gros plans particulièrement efficaces que l'on retrouvera plus tard dans LES FRISSONS DE L'ANGOISSE. On peut également noter un goût des couleurs vives déjà bien présent chez le réalisateur à travers une séquence très réussie dans le laboratoire de photo, goût des couleurs qui trouvera son apogée dans le mythique SUSPIRIA. (http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=491&NamePage=cat-o--nine-tails--the--le-chat-a-neuf-queues-)


                  

En 1970 et 1971, le jeune Dario Argento lance sa carrière de façon fracassante, en réalisant trois films policiers qui entraînent la mode frénétique du Giallo sur les écrans transalpins. L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL et LE CHAT A NEUF QUEUES rencontrent des succès retentissants, tandis qu'arrive un troisième titre du même style en hiver 1971 : QUATRE MOUCHES DE VELOURS GRIS.Le casting reste international. Le jeune acteur américain Michael Brandon tient la vedette, en compagnie de Mimsy Farmer, révélée deux ans avant par le drame hippie MORE de Barbet Schroeder. Plus étonnant, nous croisons au générique Carlo Pedersoli, alias Bud Spencer, figure déjà populaire du western spaghetti rigolard. Plus surprenant encore, le français Jean-Pierre Marielle, alors second rôle récurrent de la comédie hexagonale, apporte sa collaboration inattendue ! Pour la troisième et dernière fois avant LE SYNDROME DE STENDHAL, Argento confie la musique de son film à Ennio Morricone. Mais c'est aussi la première fois qu'il travaille avec un jeune passionné de science-fiction nommé Luigi Cozzi (ici en tant que scénariste), appelé à devenir un de ses collaborateurs réguliers et un réalisateur au service du cinéma populaire italien. Roberto Tobias, batteur dans un groupe de rock, se rend compte qu'il est suivi par un individu louche. Pour obtenir des explications, il poursuit l'inconnu dans un théâtre et l'y poignarde par accident. Un personnage masqué a photographié la scène. Roberto est par la suite harcelé : un inconnu s'introduit dans sa maison et y laisse des messages inquiétants. La situation devient tragique lorsqu'un maniaque assassine la domestique de Roberto dans un parc public...A nouveau, comme dans L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL, la résolution de QUATRE MOUCHES DE VELOURS GRIS ainsi que le développement de son intrigue dépendent de la compréhension d'une scène clé située au début du métrage.


            

Ici, il s'agit du meurtre accidentel commis par Roberto et photographié par une mystérieuse silhouette masquée. Ce que Roberto pense avoir vu, ce que le spectateur croit avoir vu, s'avère en partie trompeur et biaisé. Si dans L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL, la mauvaise lecture de la scène s'avère accidentelle, elle est ici le fruit d'une manipulation délibérée, d'une mise en scène orchestrée dans le but de tromper la victime d'un complot. Manipulation et persécution vont donc main dans la main pour le héros et son bourreau. Quelle est la part de réalité du complot dont Roberto se croit victime ? Ne se laisse-t-il pas déborder par sa paranoïa quand il s'en prend à un inoffensif facteur qu'il confond avec un malfaiteur ? Tout cela fait de QUATRE MOUCHES DE VELOURS GRIS le métrage d'Argento le plus orienté vers l'étude de la paranoïa. Si l'image perçue par l'œil est trompeuse, il faut voir au-delà du visible pour trouver la vérité.(http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=2120&NamePage=four-flies-on-grey-velvet--quatre-mouches-de-velours-gris-)


                  

Comment Dario Argento est-il devenu le maître de l'horreur au cinéma ? C'est en 1969 que le cinéaste italien, alors critique et scénariste, se lance dans la réalisation de son premier film, L'Oiseau au plumage de cristal. Ce dernier est complété rapidement par Le Chat à neuf queues (1971) et Quatre mouches de velours gris (1971). Avec ces trois films, Argento réalise la trilogie animale et jette les bases d'un courant horrifique au cinéma, le giallo. Les scènes de meurtres,les femmes, les animaux... Avec sa trilogie animale, Argento impose les thèmes qui allaient définir toute sa filmographie. Ce livre est le premier qui aborde en profondeur l'une des trilogies les plus angoissantes du cinéma d'horreur. Vous y trouverez l'histoire des films, leur place au sein de la filmographie de Dario Argento, une analyse de chacun d'eux et bien d'autres choses encore sur la trilogie animale !

1 commentaire:

  1. https://kyopu2cqmf.1fichier.com/
    https://1fichier.com/?qq8e5eh2we
    https://3jl48x9o8o.1fichier.com/

    RépondreSupprimer