.

.

vendredi 16 septembre 2016

Richard Pottier

Richard Pottier, Ernst Deutsch à l'état civil, est un réalisateur français, né le 6 juin 1906 à Graz (Autriche-Hongrie) et mort le 2 novembre 1994 (à 88 ans) au Plessis-Bouchard (Val-d'Oise). Il a également été scénariste, adaptateur, directeur de la photographie, et superviseur de la réalisation.Après avoir abandonné des études de médecine, Richard Pottier fait ses débuts en 1929 dans le cinéma allemand, comme assistant du réalisateur Josef von Sternberg sur L'Ange Bleu, et de Dimitri Buchowetzki. Puis il est appelé en France pour diriger les versions françaises de productions multilingues. À partir de 1934, il passe à la réalisation sous son pseudonyme définitif. Il a tourné une quarantaine de films en 30 années de carrière : avec Luis Mariano (Le Chanteur de Mexico), Fernandel, Tino Rossi (c'est dans un film de Richard Pottier que l'on entend pour la première fois son Petit Papa Noël), etc.Après avoir abandonné des études de médecine, il fait ses débuts en 1929 dans le cinéma allemand, comme assistant du réalisateur Josef von Sternberg sur L'Ange Bleu, et de Dimitri Buchowetzki. Puis il est appelé en France pour diriger les versions françaises de productions multilingues. À partir de 1934, il passe à la réalisation sous le nom de Richard Pottier. Il a tourné une quarantaine de films dont deux adaptations de maigret et des comédies musicales avec Tino Rossi et Luis Mariano. Il meurt le 2 novembre 1994 à Le Plessis-Bouchard (Val-d'Oise).(http://www.cineclubdecaen.com/realisat/pottier/pottier.htm)



               

Casimir est un film français réalisé par Richard Pottier en 1950. Casimir est représentant en aspirateurs chez "Super Caddy". Chez un de ses clients, il se trouve malgré lui mêlé à un quiproquo provoquant un drame d'amour et une passion pour sa modeste personne, de la part de la bouillante Angélita. Après avoir uni le bonheur de Paul et Angélita, il décrochera une fabuleuse commande et pourra enfin en toute quiétude épouser Denise sa jolie fiancée. Fernandel, reconverti en vendeur d'aspirateurs nouvelles générations, aimerait décrocher un grand contrat de vente lui faisant ainsi récolter assez d'argent pour pouvoir se marier avec sa bien-aimée. Malheureusement, il va croiser la bouillante Angélita qui lui causera bien des soucis (et malheureusement, pour nous autres aussi, les téléspectateurs). Purée, qu'est ce qu'elle est lourdingue l'actrice qui l'incarne !! Quiproquos et situations rocambolesques sont évidemment de la partie et c'est par moment très lourd et stupide. Je pense que même à l'époque où le film est sorti, les gens devaient se regarder dans le blanc des yeux au cinéma et se dire: "Mais qu'est ce que c'est con". A voir si vous n'avez pas grand chose à faire car on peut dire que dans l'ensemble, cela reste drôle quand même.Un film simple et moyen où notre cher Fernandel est toujours l'égal de lui-même, c'est-à-dire excellent, mais ce film au scénario trop léger ne rend pas le film parmi les meilleurs, une toute petite comédie sans grand intérêt sauf pour le maître du jeu qu'est notre Fernandel.


                 


Autorité psychologie, amabilité...et porte-à-porte! Dans cette comédie franco-italienne de Richard Pottier, Fernandel est Casimir, représentant en aspirateur qui va devoir donner le meilleur de lui-même pour décrocher le contrat de sa vie! il n'achète pas, il vend: le super CADI, le plus petit modèle qui soit en terme d'aspirateur combiné universel! Avec lui, il se marie dans un mois! L'histoire est basique et se perd parfois dans le répétitif et le jeu de mots: elle eût gagné à être plus cocasse comme la scène du manicuriste chinois, à avoir plus de punch, de mordant, à être moins agaçante dans le personnage de Angelita Garcia y Gonzalez, pour mieux épingler ces « drôles » de clients qui se fichent comme de l'an quarante de cette boîte à poussière! Darling Légitimus (la grand-mère de Pascal, membre du trio « Les Inconnus ») y joue même un petit rôle! Signalons enfin que le titre de ce film n'a absolument aucun rapport avec le « Casimir » qui a bercé pour beaucoup notre enfance! Un petit Fernandel pour un mot « FIN » pour le moins original...(Allociné)


                


Caroline chérie est un film français de Richard Pottier sorti en 1951, avec Martine Carol, adapté d'un roman de Cécil Saint-Laurent. Jeune aristocrate qui fête ses seize ans le 14 juillet 1789, Caroline de Bièvre va vivre péniblement la Révolution tout en cherchant à retrouver son premier amour : Gaston de Sallanches. Ballotée à droite et à gauche, chez les blancs et chez les bleus, Caroline doit souvent la vie à son physique avenant et à sa volupté naturelle.En Europe, dès 1951, une blonde s'impose! Elle s'inscrit dans la lignée de Lana Turner! Ce qui les sépare, c'est que l'une est une provinciale américaine, alors que l'autre est une provinciale française! Martine Carol innove! Dans chacun de ses films, on la voit nue et "Caroline chérie" n'échappe pas à la règle où sa très belle poitrine est mise à nue, notamment dans une scène devenue célèbre! Charmante et plaisante, réactionnaire et libertine, cette jolie adaptation cinématographique de Richard Pottier la consacre au monde entier! Carol s'installe au nom d'une morale permissive qui ne va pas tarder à se relâcher encore et devient une sorte de synonyme du scandale! Mais elle ne l'est que dans la mesure où elle se dévêt! Sous cet angle, on peut la considérer comme un personnage précurseur! Ses tribulations pendant la Terreur sont encore aujourd'hui bien divertissantes et semblent – ô miracle - n'avoir aucune prise sur le temps qui passe! Et c’est tant mieux..



           

Un grand hommage à la beauté voluptueuse et généreuse de la très sexy Martine Carol, star alors au sommet de sa fulgurante mais grande gloire, pour ce film d'aventures divertissant mais qui manque de souffle épique et de partenaires masculins charismatiques. Donc pas besoin de réfléchir beaucoup pour s'apercevoir que l'actrice écrase tout son passage même si le film a l'excellente voix-off de Jean Débucourt, imbattable pour faire ressortir le caustique des dialogues et qui sera à son zénith dans le brillant "Fanfan la Tulipe", et que le sujet montre bien la période très trouble de la Révolution française où on était aussi rapide à perdre la tête qu'à retourner sa chemise. Allez un bon divertissement.


                 

Film connue pour être un film d'époque "érotique" qui mène au plus haute sphère le sex-symbol Martine Carol. Cette dernière interprète une jeune noble qui s'ouvre aux plaisirs de la chair durant la période mouvementée de la Révolution Française. Outre que Martine Carol dévoile ses seins avec délectation et discrétion (mais pour l'époque !) le film a le mérite de faire un résumé de la période 1789-1797 avec intelligence et un point de vue des plus originaux (la Révolution n'est pas un cadeau ?!). Ca reste un film honnête mais pas le chef d'oeuvre auquel on aurait pu s'attendre vu l'incroyable succès du film à sa sortie. Ca reste une fantaisie plaisante où "Angélique Marquise des anges" serait revu par Sacha Guitry. Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm-49723/critiques/spectateurs/

1 commentaire: