.

.

dimanche 25 septembre 2016

Paul Desmond

Paul Desmond, de son vrai nom Paul Emil Breitenfeld, est un saxophoniste de jazz né à San Francisco le 25 novembre 1924 et mort à New York le 30 mai 1977.Paul Emil est le fils d'Emil Breitenfeld, organiste et pianiste d'origine ashkénaze, qui a notamment joué pour certains films de cinéma muet, et écrivain musical pour music halls. Durant son enfance, il doit quitter la maison familiale à San Francisco à cause des troubles émotionnels dont souffre sa mère. Il habite pendant quelques années à Nouvelle-Rochelle, dans la banlieue nord de New York, avec d'autres membres de sa famille. De retour à San Francisco, il étudie la clarinette avant de se tourner vers le saxophone alto en 1950.Engagé dans l'armée pour presque trois ans, il ne sera jamais appelé à combattre. Il y rencontre en 1944 un de ses futurs partenaires, le pianiste Dave Brubeck, avec qui il va souvent jouer en duo. À la fin de leur service militaire, ils promettent de se revoir pour travailler ensemble. C'est en 1946 qu'ils vont former le Dave Brubeck Octet. Ils enregistrent alors un seul album qui fut un échec commercial. Paul Desmond choisit alors de travailler avec le clarinettiste Jack Fina et Alvino Rey. Il retourne à San Francisco après avoir entendu le nouveau trio de Dave Brubeck à la radio (avec Cal Tjader et Ron Crotty).


                

C'est en 1951 qu'ils vont former leur groupe maître, le Dave Brubeck Quartet.Dave Brubeck et Paul Desmond sont les seuls membres fixes du Dave Brubeck Quartet. Celui-ci va connaître beaucoup de changements de bassiste et de batteur jusqu'à l'arrivée d'Eugene Wright, contrebassiste afro-américain, et de Joe Morello à la batterie. Ils enregistrent de nombreux succès, notamment Jazz at Oberlin, en 1953, et Jazz goes to College, en 1954. Mais c'est en 1959 que le Quartet connaîtra son plus grand succès musical, l'enregistrement de l'album Time Out, regroupant 7 compositions aux signatures rythmiques inhabituelles telles que Blue Rondo a la Turk, Three to get Ready, Pick up Sticks, et surtout la composition maître de Paul Desmond. Il s'agit de Take Five, composition en 5/4, qui fera monter le groupe au plus haut niveau du Bilboard Hot 100 et qui sera tout simplement une consécration dans le monde du jazz. Desmond participe à plusieurs autres albums comme la série Time (Time Further Out, Time Changes...) ou la série Impressions (of Japan, of New-York...), et ce jusqu'en 1967 à la dissolution du quartet. Les notoriétés de Desmond et Brubeck sont parfois comparées à celles de Billy Strayhorn et Duke Ellington, les premiers restant dans l'ombre des seconds. Comme Desmond avec Take Five, Take the A Train est souvent attribué à tort à Ellington.Desmond a travaillé avec d'autres grands musiciens de jazz, comme Gerry Mulligan, avec qui il a fait plusieurs albums dont Two of a Mind en 1962, Chet Baker, avec qui il a enregistré Together en 1977, et le Modern Jazz Quartet en 1971. Il a eu son propre quartet avec le guitariste Jim Hall avec lequel il a enregistré plusieurs albums comme Take Ten en 1963 ou Bossa Antigua en 1965.Desmond a toujours connu des problèmes de dépendance chimique depuis l'adolescence.


                             


Il était grand consommateur de Scotch Whisky Dewar's et de cigarettes Pall Mall. Il meurt à 52 ans en mai 1977 chez lui à New York, après avoir fait une dernière tournée avec Dave Brubeck au mois de février de la même année. À l'annonce de sa maladie, un cancer du poumon, il aurait déclaré, avec son humour légendaire, être content de la santé de son foie.Desmond était connu pour son caractère particulier, notamment pour sa timidité et sa quiétude légendaire. Il était également connu pour ses citations et son sens de l'humour très fin. Quand Joe Morello est arrivé dans le Dave Brubeck Quartet en 1956, Desmond, qui avait repéré son jeu subtil aux balais aux côtés de Marian McPartland et l'avait recommandé auprès de Brubeck, fut surpris par la nouvelle tournure de son jeu aux baguettes, qu'il trouvait brutal et fantaisiste. Il menaça de quitter le quartet : « Soit il s'en va, soit je pars. », à quoi Brubeck a répondu : « Paul, il ne part pas. » Desmond est pourtant resté tout en ne parlant plus à Morello pendant un an. Les deux se sont réconciliés par après. Cela n'empêchait pas Paul Desmond de lire un livre pendant que Joe Morello faisait des solos de batterie lors d'enregistrements . Il semble que la lecture était un aspect important de sa vie, en particulier les œuvres de Timothy Leary et de Jack Kerouac.


                 


Il voulait devenir écrivain, mais y a finalement renoncé : « je ne pouvais écrire qu'à la plage et j'ai toujours mis du sable dans ma machine à écrire. » Il a pourtant écrit une nouvelle comique, juste après la dissolution du Dave Brubeck Quartet, How many of you are there in the quartet?, publiée dans le magazine Punch. Il aurait aussi écrit une biographie jamais publiée.Paul Desmond a donné plusieurs explications à au choix de « Desmond » comme pseudonyme : un nom trouvé dans un annuaire téléphonique ou dans le journal, le nom d'une petite amie... Il a raconté un jour avec humour, qu'il trouvait que son vrai nom de famille, Breitenfeld, sonnait "trop irlandais" à son goût. Le saxophoniste Hal Strack, ami de Desmond, raconte qu'en 1942, le chanteur qui remplaçait Howard Dulany dans l'orchestre de Gene Krupa avait un nom italien compliqué, qu'il avait décidé de changer pour Johnny Desmond. Desmond a dit à Hal Strack : « Mais c'est un super nom, ça, tu sais. C'est doux mais ça reste peu commun. Si un jour je change de nom, ça sera Desmond ».Paul Desmond est également connu pour ses aphorismes acerbes et ironiques : « J'ai gagné plusieurs prix du « Joueur d'alto le plus lent du monde », et même un prix spécial en 1961 pour du silence. » « Parfois j'ai l'impression que pendant des orgies à New York, quelqu'un dit « appelons Desmond ! » et que quelqu'un d'autre répond « pourquoi s'embêter ?


               


Il est probablement chez lui à lire l'Encyclopædia Britannica. » À propos de Jack Kerouac : « Je déteste sa façon d'écrire. J'aime plutôt bien la façon dont il vit, par contre. » À propos du jeu d'Ornette Coleman : « C'est comme vivre dans une maison où tout est peint en rouge. »Le jeu de Paul Desmond est fluide et aéré, très peu doté de vibrato, avec un son beaucoup plus doux que les autres saxophones, ce qui faisait tout son charme (un son ressemblant au saxophone de Lee Konitz). Ses deux plus grandes influences furent Lester Young et Art Pepper. Son son très « pur », son phrasé décontracté et inspiré, son sens du swing en font un des musiciens les plus populaires du Jazz West Coast. Desmond possédait un saxophone alto Selmer Super Balanced Action depuis 1951 avec un bec M.C Gregory 4A-18M et utilisait des anches Rico 3 ½. Il l'a légué à Michael Brubeck, deuxième fils de Dave et Iola Brubeck.(Wiki)


               


« ... Je suis le saxophoniste dans le quartet de Dave Brubeck, auquel je me suis joint après la guerre de Crimée. Vous pouvez facilement me reconnaître, parce que, lorsque je ne joue pas, ce qui se produit étonnamment souvent, je reste appuyé contre le piano. » C'est ainsi que Paul Desmond se présentait lui-même ; avec cet humour à froid qui lui donnait, sous ses lunettes à forte monture, un air faussement détaché ; avec modestie aussi, car, des quatre musiciens du groupe, il était de loin le plus intéressant, le plus attachant. Saxophoniste alto au jeu fluide et aéré, à la sonorité délicate, rarement dotée de vibrato et quelquefois flûtée, à l'invention mélodique toujours en éveil, cachant sous une souveraine facilité une habileté consommée à négocier les tournures harmoniques les plus riches et les lacets rythmiques les plus complexes, y prenant même goût par curiosité comme par jeu, Paul Desmond restera à jamais attaché au quartet de Dave Brubeck. Il en fut, avant son chef, le soliste privilégié, celui qui donnait une âme à ce groupe par ailleurs très controversé ; il composa, sur une mesure peu usitée (en 5/4), le thème le plus célèbre de son répertoire, l'air qui donna en quelque sorte au quartet son image de marque : Take Five.


                  


Paul Desmond y trouva la sécurité, l'argent, le plaisir de voyager et la camaraderie familière ; il y perdit, sinon la gloire, du moins la célébrité personnelle ; mais, de cela, il n'avait cure et tournait en dérision toute question abordant le sujet. Paul Desmond, en effet, était bien autre chose qu'un épigone de Dave Brubeck ; c'était un musicien original, issu, comme tous ceux de sa génération, de l'école parkérienne ; marqué, sans doute, par Lee Konitz, l'explorateur blanc de la côte Ouest. Très tôt, il avait mêlé ces influences à celles d'autres musiciens : l'ellingtonien Johnny Hodges, les expressionnistes Pete Brown, Willie Smith et Earl Bostic, tous saxophonistes altos porteurs d'un fort vibrato, tous musiciens du jazz classique.
Interview de Charlie Parker par Paul Desmond en 1954. À lire et à écouter… Le saxophoniste Bob Reynolds a retranscrit l'interview de Charlie Parker par Paul Desmond, faite en 1954 pour une radio de Boston. Charlie Parker parle de ce que la musique devrait être, pour qui elle est et comment il a cette incroyable maîtrise. Et de la nécessité de travailler comme un acharné pour être un génie !(http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-desmond/)

1 commentaire:

  1. http://www48.zippyshare.com/v/RPPoFYrp/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/GNofGGZw/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/OZLcizJz/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/wpRzvexq/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/EVQgUcSt/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/kbHg7Rcn/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/cg6pc9cU/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/nblMKn93/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/RNedO1kE/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/qDZwIVRq/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/A3800O3R/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/gVpDZvNF/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/FSxIsPyE/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/MBuT0e2H/file.html
    http://www48.zippyshare.com/v/0KFqSWDQ/file.html

    RépondreSupprimer