.

.

mercredi 29 juin 2016

Maurice Jarre

Maurice Jarre est un compositeur, principalement de musique de film de nationalité française, né 13 septembre 1924 en France (Lyon) et décédé le 29 mars 2009 aux États-Unis (Los Angeles). Il est très célèbre en tant que compositeur de musique de films notamment pour Lawrence d'Arabie, mais aussi en tant que chef d'orchestre. Il à reçu de nombreuses récompenses pour ses œuvres.Maurice Jarre est un timbalier à la base (il joue des instruments de percussion, principalement la timbale). Il débute une petite carrière au sein de la compagnie Renaud-Barrault (1946), mais délaisse rapidement cette voie pour s'intéresser à la composition. En 1948, on lui demande de réaliser la musique de scène pour le "Gardien du tombeau" du célèbre Franz Kafka. Sa carrière démarre réellement à partir de cette date.Durant 12 années, de 1951 à 1963, il dirige les compositions musicales du Théâtre National Populaire et réalise de nombreuses musiques pour de grands classiques comme "Richard III" ou bien encore "Don Juan". En 1950, il commence à réaliser des musiques de film, essentiellement pour des courts métrages puis à partir de 1958, pour des longs métrages. 


                  


En 1962, il réalise sans doute la musique de film qui le rend le plus célèbre, il s'agit du chef-d'œuvre américain "Lawrence d'Arabie" avec en affiche Peter O'toole. Il continue de composer pour le cinéma américain, notamment pour le film "Docteur Jivago" en 1965, "Shogun" en 1980 ou encore pour "Le cercle des poètes disparus" en 1988.La musique de Maurice Jarre à reçu de nombreuses récompenses notamment les oscars de la meilleure musique de film pour "Lawrence d'Arabie" en 1963, "Docteur Jivago" en 1966 et pour 'La route des Indes" en 1985. Il a également obtenu le Golden Globe de la meilleure musique de film pour : - Docteur Jivago (1966). - La route des Indes (1985). - Gorilles dans la brume (1989). - Les vendanges de feu en 1996. Jarre Maurice est salué comme une grande vedette hollywoodienne puisqu'il a son étoile sur Hollywood boulevard. Il est également le père du compositeur Jean Michel Jarre (musique électronique) et le père adoptif du scénariste Kevin Jarre. Il décède à l'âge de 84 ans d'un cancer.(Wiki)


                  

Pendant douze ans, de 1951 à 1963, il est le directeur du Théâtre National Populaire où il y rencontre, entre autres, Jean Cocteau et Albert Camus. Mais c'est avec des personnes comme Philippe Noiret que Maurice Jarre se dirige vers la composition de bandes originales pour le cinéma. Sa confrontation avec le réalisateur Georges Franju est déterminante. Connaissant son talent musical, Franju demande à Maurice Jarre de composer la musique de son premier court métrage, Hotel des Invalides, un documentaire d'une vingtaine de minutes sorti en 1952. Suivent ensuite d'autres courts métrages d'auteurs de renom, tels Alain Resnais avec Toute la memoire du monde (1956) et Jacques Demy avec Le Bel Indifférent (1957). 1958. Pour son premier long métrage La Tête contre les murs, Georges Franju se tourne à nouveau vers Maurice Jarre pour écrire sa bande originale. Ce film sonne le début d'une longue collaboration entre les deux hommes qui permet à Jarre d'exploiter tous les styles de musique, même les plus étranges, dans ses compositions, et lui apporte un succès critique comme public. 


                               

1962 est l'année de la consécration. Il compose les musiques du Jour le plus long et de Lawrence d'Arabie de David Lean, pour laquelle il reçoit l'Oscar de la Meilleure bande originale. Ses travaux avec le réalisateur David Lean lui portent chance, car il est tout autant récompensé pour les musiques de Le Docteur Jivago en 1965 et de La Route des Indes en 1984. Maurice Jarre croise ensuite la route d'autres grands réalisateurs, notamment Alfred Hitchcock (L'Etau), Terence Young (Soleil Rouge), Elia Kazan (Le Dernier Nabab), Peter Weir (Witness, Le Cercle des poètes disparus), Michael Cimino (The Sunchaser), John Frankenheimer, John Huston et Clint Eastwood. Vers le milieu des années 90, il réduit la cadence de films sur lesquels il participe. Ses dernières compositions sont pour le Sunshine d'Istvan Szabo et Je rêvais de l'Afrique de Hugh Hudson, tous deux sortis en 2000, puis 1943 l'ultime révolte de Jon Avnet en 2002.(Allociné)


                    


On lui commande en 1948 sa première musique de scène pour Le Gardien du Tombeau, de Franz Kafka. Il devient directeur musical du Théâtre national populaire durant douze années (1951-1963). Il compose les mythiques trompettes, la fanfare d'accueil de Lorenzaccio, qui retentit en juillet lors de chaque représentation du Festival d'Avignon dans la Cour d'honneur du Palais des Papes. Parmi les musiques de scène composées alors pour le T.N.P. il faut remarquer, outre Lorenzaccio déjà cité, les musiques de Richard II, Macbeth, Le Prince de Hombourg, Nucléa, Meurtre dans la cathédrale, Don Juan, Le Médecin malgré lui, Ruy Blas, La Découverte du Nouveau-Monde. Il est à remarquer que Maurice Jarre compose une nouvelle musique de scène pour Lorenzaccio, cette fois lors de la reprise de cette pièce à la Comédie-Française dans la mise en scène de Franco Zeffirelli. Sa carrière dans la musique de film démarra dans les années 1950 pour des courts métrages (des compositions pour les films de Georges Franju, Jacques Demy, Alain Resnais notamment) puis des longs métrages à partir de 1958 (La Tête contre les murs de Georges Franju). 


                               


C'est également dans les années 1950 que Maurice Jarre composa l'indicatif de fin d'émission de la station de radio française Europe 1. Sa carrière hollywoodienne ne démarra véritablement qu'en 1962 avec Lawrence d'Arabie, un film qui scella la collaboration du réalisateur David Lean avec Jarre. Il a composé de très nombreuses musiques de films dont celles de Lawrence d'Arabie (1962), Le Docteur Jivago (1965), Paris brûle-t-il ? (1966), Les Damnés (1969), Soleil rouge (1971), Le Message (1976), Jésus de Nazareth (1977), Shogun (1980), Le Lion du désert (1981), Witness (1985), Gorilles dans la brume (1988), Le Cercle des poètes disparus (1989), "Ghost" (1990) ou L'Échelle de Jacob (1990). En 1996, il compose la musique du film vivement critiqué de Bernard Henry-Lévy, Le Jour et la Nuit, qui a voulu reproduire le style de David Lean. Jarre a aussi composé des œuvres de concert majeures et écrit cinq ballets dont Notre-Dame de Paris pour l'Opéra de Paris.

1 commentaire: