.

.

samedi 4 juin 2016

Fantômas contre Fantômas

Fantômas contre Fantômas est un film français réalisé par Robert Vernay en 1948, sorti en 1949.Qui est Fantômas, dont les crimes terrorisent de nouveau Paris ? Une fois de plus, Juve et Fandor s'attèlent à la tâche. Un mystérieux chirurgien opère ses victimes, annihile leur volonté, les transforme en meurtriers. Mais ce Bréval est-il Fantômas ou bien Fantômas n'est-il plus qu'un cadavre rongé par l'acide sulfurique ?Il s'agit d'un film policier en noir et blanc. La tonalité du film est assez sombre avec l'évocation des expériences médicales sur l'homme pratiquées par des médecins nazis.Il est aussi fait référence à la piscine remplie d'acide de la Gestapo ... utilisée pour se débarrasser de ses victimes. Au début du film la police pense que Fantomas est mort ... et il y a même un gala travesti qui est organisé au musée Grévin au cours duquel plusieurs invités ont choisi de se déguiser en Fantomas. Bréval un chirurgien subit plusieurs revers : professionnel et amoureux. Il décide d'en finir en se suicidant en voiture. Mais en réalité il n'est pas mort et il a décidé de se venger en se faisant passer pour Fantomas ... L'histoire est relativement complexe avec des trépanations faites sur des personnes kidnappées pour les soumettre aux volontés des bandits, des affaires de chantage pour obtenir de grosses sommes d'argent, des crimes, le véritable Fantomas qui réapparaît au milieu du film ... bref il y a des rebondissements qui relancent l'intrigue et on a pas au bout des surprises. Fantomas n'apparaît pas toujours masqué, on connait son vrai visage. Difficile de lui trouver le moindre aspect sympathique tellement il est inhumain. L'interprétation est assez bonne avec Alexandre Rignault qui interprète Juve un policier intègre et sérieux, très différent de celui interprété par De Funès. Yves Furet interprète Fandor un journaliste beau gosse, très dynamique et entreprenant.(Greenwich)


           


Bref on retrouve les personnages classiques avec un plus : Bréval une sorte de médecin fou.Dès l'exposition de l'intrigue et des personnages nous sommes captivés, emportés par cette soirée foldingue au Musée Grévin. Puis, cela vite, avec les raccourcis ou les ellipses qu'il convient. On rentre dans cette histoire d'un savant rendu fou par l'amour contrarié et le mépris de ses collègues au point de devenir une sorte de Docteur Mengélé, justement à l'oeuvre dans un ancien laboratoire de la gestapo. Des hommes et femmes disparaissent. Si certains sont rackettés et assassinés (un gang du marché noir qui perdure après guerre !) d'autres reviennent tels des monstres, dociles et soumis au Maître du Mal. La parabole est belle et pourtant sans prétention, tant on ne semble pas se trop prendre au sérieux. Ici, comme dans l'œuvre de Allain, le commissaire Juve (excellent Alexandre Rignault) est perspicace, même plus malin que ce jeunot de Fandor. Bonus : version 1914 (L.Feuillade) :




Des gamins prennent des claques parce qu'ils préfèrent la poésie aux marches militaires, des victimes de Fantômas se croient objets d'un complot communiste, un chef flic reproche à son adjoint trop bastonneur, « de se croire encore sous l'occupation » (photo Rignault et Paul Azaïs, à gauche), une mère trépanée (lobotomisée) retrouve la raison en apprenant l'assassinat de son enfant, mais meurt au son de cette même marche militaire, un corbillard équestre s'emballe et prend la fuite le long de la Seine, poursuivi au pas de course par la famille et les amis éplorés, et guidés par un croquemort qui n'est autre que l'impayable Yves Deniaud. 1949. « La science est folle comme le monde est fou » dit le Savant, «A ce point là, le crime atteint la poésie pure » lui réponde Fantômas. Tout ça est bien décalé, insolent, frisant le dadaïsme et l'anarchisme. Pierre Laroche, le futur scénariste des premiers films du prometteur Lautner, y est sans doute pour quelque chose. Enfin, cerise sur la gâteau, Fantômas meurt poussé dans une piscine remplie d'acide sulfurique (œuvre de la gestapo) par ses ex futures victimes. Mais est-ce bien Fantômas qui se dissout là ? Le meilleur Fantômas du cinéma français.(http://jlipolar.skyrock.com/3235098399-1949-FANTOMAS-CONTRE-FANTOMAS.html)

6 commentaires:

  1. https://1fichier.com/?jnptg0iqm1
    (https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/transcoded/7/71/Fant%C3%B4mas_contre_Fant%C3%B4mas_%281914%29.webm/Fant%C3%B4mas_contre_Fant%C3%B4mas_%281914%29.webm.480p.webm)

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup pour ce film, je suis un fan de l'oeuvre littéraire de messieurs Souvestre et Allain donc je vais sûrement me régaler :-)

    RépondreSupprimer
  3. le film avec ceux de FEUILLADE où l'on reconnait mon génie pour le mal à sa juste valeur pas comme ces bouffonneries avec JEAN MARAIS et DE FUNES où l'on me prend pour un guignol mai je n'ai pas dis mon dernier mot et je serais bientot de retour AH! AH! AH! AH! AH!

    RépondreSupprimer