.

.

vendredi 6 mai 2016

Cecil Parker


Parker est né à Hastings , Sussex . Il a étudié à St Francis Xavier College , et à Bruges en Belgique.  Il a servi avec le Royal Sussex Regiment dans la Première Guerre mondiale , atteignant le grade de sergent . Il a commencé sa carrière théâtrale à Londres en 1922, l' adoption le nom de famille "Parker" du nom de fille de sa mère. Il a fait sa première apparition au cinéma en 1928 et est ensuite devenu un visage familier dans la Colombie , et les films américains parfois, jusqu'à sa mort. Il est apparu moins souvent à la télévision, mais beaucoup de ses films sont restés populaires et sont souvent montré.
On a pu le voir en particulier dans Une femme disparait, et les amants du Capricorne, tous deux du maître du suspense, Alfred Hitchcock. (Wiki)



                                 


Sorti en 1938 avec Margaret Lockwood, Michael Redgrave et Paul Lukas, Une femme disparaît (The Lady Vanishes) est l'avant-dernier film anglais d'Alfred Hitchcock. Ce grand succès critique et public va lui ouvrir grand les portes d'Hollywood. Une femme disparaît est le plus gros succès de la période anglaise d'Alfred Hitchcock. Le film mêle à la fois suspense et humour, en particulier pour les personnages secondaires. Le film est aussi une prouesse technique : la très grande majorité du film a été tournée dans un studio de trente mètres de long. Hitchcock utilise merveilleusement les transparences et les projections pour recréer l'environnement du train. Une femme disparaît fut désigné meilleur film de l'année 1938 par le New York Times et Alfred Hitchcock fut récompensé par le prix du meilleur réalisateur par le New York Film Critics Circle Awards. A l'origine, ce n'est pas Alfred Hitchcock qui devait réaliser "Une femme disparaît" mais Roy William Neill, un cinéaste connu en Grande Bretagne pour avoir mis en scène plusieurs films sur Sherlock Holmes. Le tournage avait même débuté en Yougoslavie, mais l'équipe dut rapidement quitter le pays, la police yougoslave étant décrite dans le scénario de manière assez peu valorisante. 
  




   

Du coup, le projet fut annulé pour être finalement, un an après, confié à Alfred Hitchcock.

L'action démarre dans un hôtel des Balkans où une jeune femme, Iris (Margaret Lockwood), passe la nuit avant de reprendre le train pour Londres. Elle rencontre un musicologue plutôt goujat, Gilbert (Michael Redgrave) et une vielle dame charmante, Miss Froy (May Whitty).

Lors du voyage vers Londres, Miss Froy disparait mystérieusement. Iris part à sa recherche mais se heurte à l'incrédulité des autres voyageurs qui affirment n'avoir jamais vu cette dame dans le train. Après avoir convaincu Gilbert de l'aider dans sa tâche, Iris finit par découvrir que le train est rempli d'espions et que Miss Froy travaille pour les services secrets britanniques.



                             

Elle doit ramener un message codé dans le début d'une musique ce qui explique son enlèvement par les espions ennemis. A la fin du film, les méchants sont démasqués et Miss Froy retrouve ses amis dans les bureaux de Scotland Yard...
The lady vanishes est le plus gros succès de la période anglaise du réalisateur. Le film mèle à la fois suspense et humour en particulier sur les personnages secondaires comme les deux passionnés de cricket ou bien la bourgeoise capricieuse et dégénérée  . Hitchcock ne se gène par pour éborgner un fois de plus le clergé (la fausse none aux talons hauts) :
Le film contient quelques effets cinématographiques remarquables comme le nom de Miss Froy (tracé de sa main) qui apparait sur la vitre humide du train lorsqu' Iris tente de convaincre Gilbert : Remarquez le mot FROY tracé au doigt sur la vitre...


                                  
                                  


Le film devait être à l'origine The Lost Lady comme titre sous la réalisation de Roy William Neill confié par Edward Black, le producteur de Gainsborough Pictures, avant qu'Alfred Hitchcock ne prît sa place après un fâcheux accident déroulé en Yougoslavie. Les scènes de tournage ont été filmées dans des studios de Islington et de Shepherd's Bush à Londres. Quant aux scènes de train, elles ont été prises dans le comté de Hampshire, sur le chemin de fer militaire de Longmoor et dans la forêt Woolmer. Alfred Hitchcock apparaît en caméo à la fin du film, fumant une cigarette à Victoria StationLe réalisateur Anthony Page réalisera un remake du même titre, en 1979, avec Elliott GouldCybill Shepherd et Angela Lansbury.



                   


Il n’est pas difficile d’imaginer le plaisir jubilatoire qu’Alfred Hitchcock a dû éprouver à mettre en scène ce jeu de piste grandeur nature. Parsemant son film de touches d’humour un brin grinçantes (notamment grâce à la présence d’un couple d’hommes anglais), le réalisateur nourrit son film de fausses pistes et de chausses-trappes, donnant à chaque personnage l’opportunité de jouer ce qu’il n’est pas. Dans ce monde des apparences, les médecins ont quelque chose d’inquiétant, les femmes portant le deuil ont un regard glaçant et les nonnes n’hésitent pas à mettre des talons hauts. Tourné entièrement en studio alors que la majeure partie des scènes se déroulent dans un train lancé à travers la campagne européenne, Une femme disparaît joue sur la disparition des repères, de la perception et des croyances, laissant transparaître un monde inquiétant où la bienveillance apparente cache les pires maux de l’humanité. Un film on ne peut plus à-propos en 1938 et, plus de soixante-dix ans plus tard, un plaisir de cinéma toujours aussi intact.(Clément Graminiès) Source : http://www.critikat.com/actualite-cine/critique/une-femme-disparait.html


           

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un sosie du général Montgomery, éminent officier de l'état-major britannique, est utilisé par les services secrets afin de tromper les armées allemandes. Il laisse croire aux ennemis germaniques que les troupes anglaises débarqueront sur les côtés africaines...
"I was Monty's double"(1958) est un film étonnant: à la fois drôle et vraiment fascinant. Basé sur les mémoires de M. E. Clifton James, l'incroyable acteur sosie du Général Montgomery. Faisant croire que le débarquement viendrait de l'Afrique, le plan a si bien fonctionné que les Allemands y ont envoyé des divisions. J'ai adoré cette oeuvre totalement unique. Le récit est clair, net et précis: on voit comment il est recruté, ses réticences à accepter cette mission pour le moins étrange. Se faire passer pour un homme de guerre, un stratège, n'a pas été simple. Le fait de nous présenter M. E. Clifton James comme un vrai personnage à part rend l'histoire captivante et très humaine. Cet homme a vraiment pris ces risques et c'est tout simplement incroyable d'audace. Attention cependant, l'action est, du coup, mise au second plan.

1 commentaire:

  1. https://uu10xr3dxc.1fichier.com/
    https://1fichier.com/?f4skalhq54

    RépondreSupprimer