.

.

mardi 5 avril 2016

Michel Duchaussoy

Michel Duchaussoy entre à la Comédie-Française comme pensionnaire en 1964, en devient sociétaire en 1967 et est nommé sociétaire honoraire lorsqu'il la quitte en 1984. Son répertoire se révèle vite très ouvert et la limpidité de son jeu, pudique et captivant, avec une extrême simplicité de moyens, enveloppe sans effort les personnages qu'il interprète, d'une intériorité poétique et d'un halo de mystère : « On ne saurait imaginer clarté plus diffuse, plus énigmatique, sur un visage humain », écrit de lui Patrick de Rosbo, ajoutant qu'il est « un comédien à qui il suffit d'un geste imperceptible, du moindre frémissement au coin d'une lèvre, d'un sourcil qui se relève, pour ébranler le sérieux d'un théâtre et l'entraîner vers les sables mouvants de ses caprices. » Michel Duchaussoy a interprété avec autant de talent le rôle-titre de l'Idiot de Dostoïevski, personnage profond et tout en nuances, que le rôle comique d'un personnage de boulevard, comme Camille Chandebise dans La Puce à l'oreille, le vaudeville de Georges Feydeau. Il excellait dans Shakespeare ou Giraudoux autant que dans Eugène Labiche. Il avait ce don indéfinissable de doter Clarence dans Richard III ou Dorante dans Le Menteur, de la même pénétration, aussi intemporelle sur fond de mort et de tragédie, que dans l'équivoque désinvolture d'une comédie baroque.Wiki


                

Enfin une adaptation fidèle au roman de Jean Patrick Manchette. Chabrol pousse le réalisme a utilisé les memes voitures que celles du livre. Un film qui décrit plutot bien ce qui allait etre plus tard Action Direct et autres... La violence de ce film a du choqué les spectateurs de l'époque car elle nous frappe en plein visage encore aujourd'hui. Les acteurs sont excellents (surtout Michel Aumont en flic pourri). Un Bon film.  Thriller politique de Chabrol. Un groupe de gauchistes décident d'enlever l'ambassadeur américain à Paris. Ils réussissent au prix de plusieurs morts et se réfugient dans une ferme. Vite repérés, la police encercle la ferme et tue tout le monde, sauf un, qui se vengera sur le policier responsable de l'assaut. C'est un assez bon thriller que réalise là Chabrol. Un film qui n'a pas trop vieilli. Les motifs des gauchistes sont explicités et ceux-ci sont présentés comme des idiots utiles au pouvoir en place. Filmé à l'époque des Brigades rouges et d'Action directe, Chabrol montre bien l'inanité de l'idéologie des gauchistes, et dénonce la violence parfois aveugle de la répression policière. Une réalisation très efficace, sans temps mort, avec de bons acteurs. Mais l'ensemble est néanmoins un peu trop caricatural surtout du côté policier. Et la fin est peu crédible...  Nada est un film très marqué par son époque, époque qui avait vu se développer, dans le prolongement de mai 68, un mouvement gauchiste conséquent et protéiforme. Le style assez "distancié" procède de la Nouvelle Vague, à laquelle Chabrol participait. La description du groupuscule "Nada" est faite sans concession, de même que celle de pouvoirs publics dont le cynisme est inquiétant. Un jeu d'acteur excellent, un découpage dynamique complètent ce témoignage fidèle au roman de Manchette.


           

Chabrol renvoie dos à dos l'état et les gauchistes "machoires du même piège à cons" et en profite pour s'essayer au film d'action. Hélas le coté diléttante du réalisateur vient souvent gacher la fête avec quelques passages dignes des meilleurs navets, heureusement le casting et les coups d'humours railleurs remontent largement le niveau. Claude Chabrol s'attaque avec Nada au polar musclé et il réussit son coup. Nada est bien rythmé, il y a les terroristes d'un côté et les policiers de l'autre mais Claude Chabrol évite tout manichéisme ; les acteurs sont tous parfaits. Nada ne fait pas parti des chef-d'oeuvres de Claude Chabrol mais c'est assurément un bon film.(Allociné) 
       
                                                                   
                               


L'homme pressé (1977). DELON produit et tourne toujours autant avec plus ou moins de bonheur. Après un polar et un thriller il est cet "Homme pressé" qui semble correspondre à sa propre existence, le collectionneur Pierre NIOXE ne ressemble-t-il pas à DELON collectionneur ? Il retrouve pour l'occasion une nouvelle fois sa compagne à la ville, Mireille DARC qui vient de connaître un grand succès avec "Le téléphone rose" réalisé par le même Edouard MOLINARO. >Christopher FRANK au scénario livre une histoire basée sur un homme pressé, qui vit ses passions à 100 à l'heure. L'argent ne l'interesse pas, seul l'instant précédent l'achat d'un objet de collection le motive, c'est une sensation qui est le sel de sa vie. Quand aux femmes, il n'a pas vraiment le temps, seul un vase grecque de l'antiquité le passionne. Cela fait 20 ans qu'il lui court après celui-ci, et enfin, il possède une occasion de l'acquérir au cours d'une vente aux enchères mais il faudra qu'il engage tout ce qu'il possède pour remporter ce vase face à de sérieux concurrents. Il est très agréable de suivre ce tourbillon de Pierre NIOX et de découvrir sa complexité. La première partie du film est consacrée à l'aventure qu'il vit avec son meilleur ami et collaborateur, interprété une fois n'est pas coutume par Michel DUCHAUSSOY très à l'aise dans son rôle. Alors que NIOX va en Afrique pour acheter de nouvelles pièces, il se fait emprisonner et devra faire un gros chèque pour être libéré et devra faire cadeau toutes les pièces qu'il  a acheté au propre pays d'origine. Ceci étant il sera décoré pour ce geste à la grande hilarité des fonctionnaires qui l'ont interpellé. Heureusement, son ami Placide avait remplacé les originaux par des copies ! Ah la la, ces africains sont vraiment naïfs !!

   

La deuxième partie verra NIOX tenté de mener la quête de son vase en parrallèle de sa vie privée, où il se marie rapidement avec Edwige, interprétée par Mireille DARC plus belle que jamais. Celle-ci semble la seule capable de comprendre NIOX, mais devra déchanter rapidement. Enceinte, elle ne se fait pas trop d'illusion envers le feu follet de futur père, mais celui-ci lui fait une proposition innatendue: n'étant pas assez patient d' attendre 9 mois pour être père, il lui propose de provoquer l'accouchement à 7 mois, les organes vitaux de l'enfant étant achevés à cet âge. Horrifiée, Ambroise le quitte, sans que NIOX comprenne pourquoi. Elle accouchera seule. NIOX réunit tous ses capitaux pour remporter le vase. Il se sait depuis quelques temps gravement cardiaque, mais il ne se consacre pas à sa guérison. Lors d'une enchère acharnée menée par Placide, il attend au téléphone dans un café le résultat de l'enchère. IL meurt foudroyé à l'instant  où il gagne le précieux vase.  Comme d'habitude DELON fait preuve d'un abattage énorme, bien supérieur au fantôme qui jouait dans "Armaguedon". 

                                 

Entouré de ses amis acteurs, il virevolte dans le rôle rendant un scénario quelque peu mince en un film plus consistant. MOLINARO rend une copie propre, du bon travail au service de l'acteur. Même si le film prend la tête du box office parisien en plein mois d'août, c'est avec un score assez faible et face aux séries B estivales. Le film décramponne rapidement et passe tout juste la barre des 200 000 spectateurs Paris Banlieue. Concernant le score France, c'est très moyen avec à peine plus de 700 000 spectateurs. Voilà qui n'est pas très bon après le semi-échec d' '"Armaguedon". 
Ces résultats ne peuvent qu'affecter DELON producteur. Il est trop présent à l'écran et sa présence ne suscite plus d'attente du public. Ce sera bientôt la fin de cette période très faste des années 70 où l'acteur se permettait de produire des films risqués ou des projets personnels. Il devra revoir ses projets pour mettre en route des films plus sûrs financièrement dans un genre apprécié du public: le polar. (http://www.boxofficestory.com/l-homme-presse-mireille-darc-box-office-1977-a117800912)                                          

1 commentaire:

  1. http://uptobox.com/igalxfkv0d74
    https://bkgaqk0n2d.1fichier.com/

    RépondreSupprimer