.

.

mardi 15 mars 2016

Philippe Nicaud

Philippe Nicaud fut révélé parmi les jeunes premiers des années 50/60. Il est devenu une figure marquante du théâtre, du cinéma et de la télévision, Né en juin 1926, Philippe Nicaud avait commencé au cinéma en 1948 dans un film de Jean Delannoy, "Aux yeux du souvenir", avec Michèle Morgan. En 1962, il avait été le personnage principal des 36 épisodes de "L'inspecteur Leclerc enquête", l'une des premières séries télé qui avait fait de lui une vedette. Philippe Nicaud a joué dans une cinquantaine de films avec les plus grands réalisateurs dont H.G. Clouzot ("Miquette et sa mère"), Jean Girault ("Pouic Pouic"), Sacha Guitry ("Les trois font la paire"), René Clément ("La dame dans l'auto")...Il avait incarné en 1959 avec Brigitte Bardot un travesti dans "Voulez-vous danser avec moi ?" (M. Boisrond). Philippe Nicaud avait également joué avec Jeanne Moreau dans "Le Dos au mur" d'Edouard Molinaro. Son dernier rôle au cinéma remonte à 2000, sous la direction de Georges Batagne pour un court-métrage, "Le Mélomane". Philippe Nicaud a joué au théâtre dans une quarantaine de pièces dont "3 hommes sur un cheval", avec Robert Dhéry et Colette Brosset, à l'affiche du Théâtre Antoine pour 300 représentations.
En 1968, il avait écrit une chanson pour France Gall, "Allô, Monsieur là-haut". Philippe Nicaud était marié avec l'actrice Christine Carrère, décédée fin 2008. Depuis, l'état de santé du comédien s'était détérioré. ( AFP)


                   

Les trois font la paire (1957) : Formidable pochade, jubilation extrême sur un sujet pourtant grave :un crime,le commissaire le dira deux fois; on ne plaisante pas quand il y a du sang. Guitry qui signe ici son dernier film nous laisse sans doute le meilleur témoignage de sa brillante intelligence et , aussi de son talent à nous éblouir par ses somptueux dialogues. A cet égard le passage au cours duquel Titine joue au commissaire Maigret devant et en lieu et place du commissaire Bernard est un très grand moment de cinéma. Guitry n'est pas présent ici et comme il me lasse parfois à trop en dire lui-même ,ce film me convient parfaitement. La mise en scène est bonne et même surprenante parfois. La séquence montrant le départ de Jojo emmené par ses « petits camarades » est remarquablement bien faite:plans,éclairages et rythme avec le retrait de la casquette en prime. Bien sur, il y a quelques défauts,le choix de l'introduction et de la fin,le personnage du metteur en scène quand même un peu trop farfelu,la désinvolture finale...Pourquoi conclure si vite un si beau spectacle? Mais que de plaisir! On peut quand même se demander ce que serait ce film sans les acteurs extraordinaires de l'époque.Michel Simon éblouissant,Sophie Desmarets parfaite,Pauline Carton pétillante et tous les autres au diapason. C'était le temps ou les acteurs ne cherchaient pas à faire du réalisme ,ni à se prendre au sérieux,ni à plaire au public:ils adoraient jouer et briller entre eux. 


   

C'est d'ailleurs à partir des années 60 que le jeu des acteurs au cinéma a changé et qu'ils ont commencé à se prendre pour des professionnels. Aujourd'hui nous avons une ou deux vedettes réclamées par le public sur des critères contestables et beaucoup de rôles secondaires que l'on oublie hélas trop vite. Il est bon de remettre de temps en temps les vrais talents en place. Par ailleurs les films de Guitry méritent tous 5 étoiles au théâtre en en enlevant quelques longueurs. Au cinéma,certains sont trop bavards ce qui n'est pas le cas de celui là."Les trois font la paire" est le dernier film d'un Sacha Guitry malade qui doit en partie laisser les commandes à son assistant Clément Duhour, ce qui ne l'empêche par d'apparaitre comme à chaque fois à l'entame et à la fin de ses films. Cette histoire de sosies et de jumeaux est savoureuse même si elle s'embarque de manière un peu laborieuse et chaotique.


                                    


Heureusement le grand Michel Simon qui a honoré le maitre de sa géniale présence illumine l'affaire en offrant un commissaire Maigret aux petits pieds poussé à l'exploit par sa femme (Pauline Carton) qui rêve à sa place. Se présente cette affaire unique d'un crime où le meurtre à été filmé en direct par une équipe de cinéma qui va permettre au commissaire d'entrevoir la célébrité. Mais c'était sans compter sur les rebondissements d'une affaire bien plus complexe que de prime abord. On s'amuse souvent même si l'on peut regretter que Simon soit un peu seul pour donner de l'ampleur à cette histoire ingénieuse. Les rôles secondaires ne sont pas assez mis en avant et c'est sans doute ce qui fait défaut à cette comédie malgré tout assez réjouissante. Mais pardonnons au grand Guitry qui rejoindra le ciel quelques semaines après la sortie du film. (Allociné)


                                


En légitime défense (1958) : L'honnête Pierrot est patron d'un café, sa femme Dora chante dans un cabaret, tous deux bénéficiant de l'amitié de l'inspecteur Gustave. Ils sont cependant persécutés par Albert le Caïd et P'tit Bob son lieutenant. Un jour, Pierrot se révolte. Une bagarre éclate. Albert est tué. Sur les conseils de l'inspecteur, Pierrot se constitue prisonnier, échappant ainsi à une vengeance immédiate. Acquitté aux Assises où il plaidait la légitime défense, il lui reste à déjouer les guet-apens des racketteurs. Il y parvient avec l'aide efficace de son ami Gustave.Le livre de Dard, à l'origine du film, a été publié, en 1958, aux éditions du Fleuve noir sous le nom ... d'André Berthomieu. Sur des dialogues de Frédéric Dard (l'auteur des San Antonio) et une musique typique de l'époque, André Berthomieu arrive à nous dérider avec cette petite farce policière aux allures comico-dramatique tout à fait dans la lignée des petites productions d'antan qui faisaient le plaisir des spectateurs du dimanche dans les salles de quartier. Par ailleurs, il a rassemblé une pléthore de seconds rôles qui ont fait les bonnes heures du cinéma des années 50-60 : Bernard Blier et Robert Dalban en premier avec leur gouaille habituelle aux accents argotiques parisiens, Philippe Nicaud, Pierre Mondy, Rosy Varte, Jean Lefebvre, Pierre Doris pour ne citer que les plus connus. Ce n'est pas un grand film mais il permet de passer un bon moment notamment pendant la séquence au tribunal où les échanges volent bas et ne font pas dans la dentelle, particulièrement entre la défense et la partie civile. Le montage est bien orchestré et cette petite série B vaut largement mieux que bien des pellicules fadasses de maintenant.


   


Le scénario est assez basique sans réel rebondissement. La description de Pigalle est un peu folklorique. Les dialogues de F. Dard constituent l'un des attraits du film, avec de bonnes répliques et le langage argotique. La qualité de l'interprétation est un autre atout du film avec de nombreux acteurs connus dans des rôles secondaires : Pierre Mondy, Jean Lefebvre ... Bernard Blier interprète un rôle clé : celui qui a été sauvé par Pierrot pendant la guerre et qui est devenu flic. Il est resté l'ami de Pierrot et le restera malgrè les problèmes. L'amitié entre Pierrot et son ami inspecteur est un peu caricaturale, pas très réaliste. Mais il est évident que Bernard Blier très à l'aise dans son rôle est un élément porteur du film. Le rôle principal, celui de Pierrot, est interprété par Philippe Nicaud. La mise en scène est relativement terne. Il n'y a pas grand chose de spectaculaire. Les décors sont assez limités. Le film quoique très basique et peu surprenant est malgrè tout assez plaisant à suivre. (      http://www.senscritique.com/film/En_legitime_defense/critique/39197051)                      

1 commentaire:

  1. https://52khk3w74r.1fichier.com/
    https://1fichier.com/?9r8piqj80l

    RépondreSupprimer