.

.

vendredi 8 janvier 2016

Joanna Barnes

Joanna Barnes est une actrice et romancière américaine, née le à Boston (Massachusetts). Au cinéma, Joanna Barnes apparaît dans seulement dix-neuf films américains, le premier (un petit rôle non crédité) étant Racket dans la couture de Vincent Sherman et Robert Aldrich (avec Lee J. Cobb et Kerwin Mathews), sorti en 1957. Le dernier (à ce jour) est À nous quatre de Nancy Meyers (avec Lindsay Lohan et Dennis Quaid), sorti en 1998 ; c'est le remake de La Fiancée de papa de David Swift (1961, avec Hayley Mills et Maureen O'Hara), où elle jouait déjà.
Parmi ses autres films notables, citons Ma tante de Morton DaCosta (1958, avec Rosalind Russell et Forrest Tucker), Spartacus de Stanley Kubrick (1960, avec Kirk Douglas et Laurence Olivier), ou encore le western La Caravane de feu de Burt Kennedy (1967, avec John Wayne et Kirk Douglas).
Pour la télévision, entre 1956 et 2000 (à ce jour), Joanna Barnes contribue à trois téléfilms et soixante-seize séries, dont Maverick (cinq épisodes, 1957-1960), La Planète des singes (un épisode, 1974) et L'Île fantastique (trois épisodes, 1978-1979).
Par ailleurs, elle est l'auteur de quatre romans.


                              


Au revoir, Charlie (Goodbye Charlie) est un film américain de Vincente Minnelli, sorti en 1964. Au cours d'une soirée à bord de son yacht, un producteur d'Hollywood assassine le scénariste Charlie Sorel qui courtisait son épouse. Celui-ci revient plus tard réincarné en femme.
Pas le meilleur film de Minnelli, mais encore du grand art, prouvant à tous ses détracteurs combien le génie du réalisateur italo-américain est grand. D'une simple idée de départ originale (la réincarnation d'un séducteur en femme), Minnelli bâtit une comédie qui tient la route, légère, rythmée de bout en bout, cabotine, très souvent hilarante et parfois même déjantée. Un vrai petit bijou au final grâce au sens du rythme incomparable de son auteur et à une distribution des rôles sans faille (Walter Matthau toujours génial en producteur fêlé, Tony Curtis inoubliable en auteur ingénu, Debbie Reynolds magique en femme réincarnée). Seul petit bémol, quelques errances dans le scénario (que vient faire ce flic dans l'histoire ?) qui empêche de ranger "Goodbye Charlie" au panthéon des films de Minnelli.  Un film mineur dans la carrière de Vincente Minelli et pour cause, partant pourtant d'un très bonne idée de départ l'intrigue du film est plutôt faiblarde et la mise en scène manque singulièrement de punch. C'est qui est un comble pour l'ancien réalisateur de comédie musicale qui m'avait habitué à beaucoup mieux de ce côté-là.


               


Le positif réside en fait dans son interprétation, Walter Matthau est très drôle, Tony Curtis se débrouille très bien mais la palme revient sans conteste à Debbie Reynolds, excellente et particulièrement à l'aise dans ce rôle d'homme transformé en femme. Ensemble décevant de la part de Vincente Minelli mais heureusement compensé par la très bonne surprise que procure l'interprétation de Debbie Reynolds.
Une rafraîchissante comédie américaine dans la veine du cinéma de divertissement de Vicente Minelli........ Tony Curtis y est excellent mais c'est Debbie Reynolds qui tient le film sur ses épaules et tire le film vers le haut car il y a quand même pas mal de lenteur et de scènes inutiles et c'est vraiment dommage car l'idée est excellente et aurait pu être mieux exploité, peut-être que l'époque ne s'y prêtait pas....Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=47312.html.


               


Une poignèe d'hommes qui arrivent à prendre d'assaut une diligence blindèe! C'est un peu ça l'histoire de "The War Wagon" d'un metteur en scène qui pousse au maximum l'interprètation de ses deux acteurs principaux! En parfait artisan qu'il ètait, Burt Kennedy signe un western de facture classique mais divertissant, une histoire d'amitiè, d'humilitè et de comprèhension qui se regarde avec un plaisir certain! il faut dire que cette « caravane de feu » bènèficie des interprètations de John Wayne et Kirk Douglas qui savent faire preuve d'un humour de bon aloi! De l'action, des bagarres...explosives, comme il se doit, lorsque c'est un saloon qui sert de cadre à la bagarre avec pas mal de vitres dèfoncèes! Tout ça ne manque èvidemment pas de punch avec des Indiens, de la nitroglycèrine mais on a le droit aussi d'aimer "The Train Robbers" du même rèalisateur avec John Wayne et Ann-Margret où les voleurs de train laissent leur place ici à l'attaque d'un fourgon blindè... Western classique mais bien rôdé, « La Caravane de feu » vaut beaucoup pour la rencontre entre deux géants du cinéma hollywoodien : John Wayne et Kirk Douglas. Ce n'est assurément pas le rôle de leur vie et on aurait aimé les voir réunis dans une œuvre autrement plus ambitieuse, mais reconnaissons que Burt Kennedy a le sens du rythme, que le scénario tient la route et que certaines répliques sont savoureuses. De plus, l'ensemble ne se prend pas trop au sérieux, et si le réalisateur ne prend aucun risque (les Indiens ne sont ni gentils ni méchants), il a au moins le mérite de bien faire son boulot, à l'image d'une fin plutôt réussie... Du pur divertissement donc, mais attrayant, sans fausse note et forcément joué avec panache : efficace.John Wayne et Kirk Douglas une telle réunion ne peut que réjouir tout amateur de western.



           


Mais La Caravane de feu n'est qu'un bon divertissement ; ce n'est pas son scénario ordinaire qui pénalise La Caravane de feu mais plutôt la réalisation sans éclat de Burt Kennedy. Pas grandiose mais ce western à l'allure très classique n'en reste pas moins agréable à regarder.Un western est tres classique en pleine periode du western spaghetti. Le seul interet est le duo John Wayne et Kirk Douglas qui ne manque pas de classe. L'histoire est assez basic, sur fond de vengeance on assiste a la preparation puis l'attaque d'un fourgon blinde rempli d'or. On a droit a un empilement de scenes caracteristiques du genre telque baguarre de saloon, gunfight, attaque de fourgon, poursuite d'indiens. Il y a ce qu'il faut d'action et d'humour et on passe un assez bon moment meme si on est loin des meilleurs western de l'age d'or.


               

Après "Les Voleurs de train" et avec celui-ci, je vais finir par croire que le schéma des films de Burt Kennedy ce sont deux premiers tiers un peu lent qui se laisse regarder d'un oeil distrait, un dernier tiers avec des scènes d'action nettement plus excitant et enfin une fin aussi excellente qu'innatendue. Bien sûr, il y a un autre très bon argument de regarder ce film à savoir la confrontation de deux grands monstres sacrés messieurs John Wayne et Kirk Douglas qui nous réservent quelques scènes irrésistibles. "La Caravane de feu" n'est pas un grand western mais il est sans conteste très agréable à regarder au final. Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm-31284/critiques/spectateurs

3 commentaires:

  1. http://uptobox.com/ku6zuji16eex
    https://hyaumj.1fichier.com/

    RépondreSupprimer
  2. Allez, je me laisse tenter par "The war wagon", je connais pas...
    Au passage 'Goodbye Charlie" est une très bonne comédie.
    Merci Corto

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un Kirk Douglas est toujours tentant ...à bientôt !

      Supprimer