.

.

dimanche 31 janvier 2016

Doni doni

Erik Truffaz Quartet c'est avant tout une entité collective formée en 1997. Désormais, c'est un nouveau casting (Marc Erbetta, le batteur historique du groupe cède désormais sa place à Arthur Hnatek), une nouvelle énergie et un nouveau son. Après trois ans d'absence discographique, le quatuor sort l'album « Doni Doni ». Toujours à la frontière ténue du jazz et de la pop instrumentale, continuellement sur le fil, entre originalité et accessibilité, le Erik Truffaz Quartet, fidèle à une tradition établie depuis de nombreux albums, invite deux voix à cette communion des mots et des notes : Rokia Traoré et Oxmo Puccino. Et comme à son habitude, ce dernier s'en remet une fois encore à la force et à la magie des échanges entre musiciens plutôt qu'à une volonté de démonstration virtuose. 5 ans après une révolution échouée sur les côtes amères d’un régime militaire, la bande passe sur les notes des « lendemains qu’elles chantent »: série de portraits réalisée au Caire, avec des femmes qui chantent, composent, produisent ou mixent leur avenir sur une scène musicale indépendante qui survit aux désillusions et aux attaques de la censure d’état. Deuxième portrait avec Maie El Sabi, alias KIDMIMS, DJ autodidacte qui mixe son hypersensibilité sur les platines de son amour pour la musique, notamment au Cairo Jazz Club, repère excentré des hipsters et des artistes de la ville. C’est là qu’elle rencontre Lydie Mushamalirwa, à qui elle confie le labyrinthe intérieur de sa détermination qui, dans une ville où plus de 95% de femmes ont déjà été victimes d’harcèlement sexuel, résonne comme une rébellion souterraine et féministe.(http://www.rfi.fr/emission/20160112-erik-truffaz-s-ouvre-afrique-son-nouvel-album-doni-doni)



                           

Grand trompettiste s'inscrivant dans la lignée de Miles Davis, il a vendu plus de 600 000 albums dans le monde. Depuis plus de vingt ans, il croise les styles et les influences au point de brouiller les contours traditionnels du jazz. Son nouveau projet Doni Doni, réalisé avec son fameux Quartet, avec la participation d'Oxmo Puccino et de Rokia Traoré, sortira le 15 janvier. Il y fusionne sons, horizons et regards dans une « pop instrumentale » éclectique et poétique. Erik Truffaz est l'invité d'Augustin Trapenard. (http://www.franceinter.fr/emission-boomerang-en-phase-avec-truffaz)
Toujours à la frontière ténue du Jazz et de la Pop instrumentale, toujours sur le fil, entre originalité et accessibilité, le ERIK TRUFFAZ QUARTET, fidèle à une tradition établie depuis de nombreux albums, invite deux voix à cette communion des mots et des notes : Rokia Traoré (victoire de la musique 2009) et Oxmo Puccino (victoire de la musique 2010 et 2013). La chanteuse malienne viendra envoûter trois chansons de son timbre doux et mystérieux, alors que Oxmo Puccino, ami de longue date que l'on trouvait déjà sur le dvd "Paris Tour", posera sa voix sur un titre. Deux personnages, deux artistes, deux caractères vocaux diamétralement opposés, que la musique du ERIK TRUFFAZ QUARTET, jouant sur les osmoses autant que les contrastes, va pourtant réunir et fusionner. (http://eriktruffaz.com/newsletter/2015/may/index.html)


                  


Le terme de « fusion » a été régulièrement employé pour décrire l’approche musicale du trompettiste et compositeur Erik Truffaz. Du jazz à l’électronique, du rock aux musiques dites « du monde », le recours à une diversité de codes harmoniques et mélodiques, de métriques, va chez lui bien au-delà de l’effet, de l’ornement. Tout comme la mise en jeu de diverses voix selon les enregistrements. Celles de Rokia Traoré et d’Oxmo Puccino sont présentes pour cinq des dix compositions de l’album Doni Doni. Douce, en intimité de souffle avec la trompette pour Rokia Traoré, à quatre moments, dont le très touchant Seydou. Au cœur d’une manière pop-soul, en fluidité swing pour Oxmo Puccino dans Le Complément du verbe. Le va-et-vient entre instrumentaux (que cela soit dans la dynamique de Kudu, l’étalement lyrique de Szerelem, la tension rock de Fat City) et chansons est fort bien conçu. Moins thématisé que d’autres disques de Truffaz, Doni Doni peut aussi s’entendre comme une anthologie, fort réussie, de ses principales explorations. Sylvain Siclier

1 commentaire: