.

.

mercredi 9 septembre 2015

l'Homme sans visage

l'Homme sans visage, caché sous sa cagoule rouge ou empruntant les identités les plus diverses, ainsi que ses complices, dont une femme fatale aussi belle qu'énigmatique et un savant fou qui fabrique des robots humains, multiplient les crimes les plus abominables pour retrouver le trésor des Templiers. Ils sont traqués par Paul, le neveu de l'une de leurs victimes et par l'un des plus fins limiers de la police parisienne, le commissaire divisionnaire Sorbier... Yves JAIGU, à l'époque directeur des programmes de l'ORTF, avait proposé à Georges FRANJU et à Jacques CHAPREUX, petit-fils de Louis FEUILLADE, déjà connu pour ses COMPAGNONS DE BAAL, d'adapter pour la télévision la série des FANTOMAS. Pour des questions de droits trop élevés, le projet ne put aboutir. CHAMPREUX décida alors de s'inspirer des romans ainsi que des serials de son grand-père pour écrire L'HOMME SANS VISAGE. L'homme sans visage, maître du déguisement, rappelle bien sûr Fantomas lui-même, la Femme Fatale correspond à Lady Beltham, Paul à Fandor, et le commissaire Sorbier a beaucoup des traits de l'inspecteur Juve. D'ailleurs, Gayle HUNNICUT qui incarne La Femme Fatale jouera le rôle de Lady Beltham dans l'adaptation de FANTOMAS réalisée en 1980 pour ANTENNE 2 avec Helmut BERGER dans le rôle-titre. Le producteur eut l'idée de faire aussi un film sur le même sujet, de sorte que FRANJU tourna en même temps le feuilleton et le film. 

Mais il s'agit de deux oeuvres différentes, même si on retrouve des personnages communs et des scènes identiques. Le film sortit sous le titre NUITS ROUGES. Quant au feuilleton, il fut rediffusé en 1977 dans les après-midis de TF1 (émission RESTEZ DONC AVEC NOUS). Cet excellent feuilleton, qui comporte quelques longueurs, a été rediffusé sur une chaîne du satellite en octobre 2003. Revoir Gert Froebe (alias Goldfinger), Patrick Préjean, Jacques Champreux et les autres fut un régal. Jacques Champreux m'a dit qu'il existait une fin "différente" diffusée en allemagne, dans laquelle l'homme et ses complices sont tués à la fin, la TV allemande n'ayant pas trouvé "morale" la fin française.


                 

Fabuleuse mini série tv passée une fois à la télévision lors de sa sortie en 1975. Quelle injustice! J'avais 12 ans à l'époque et je me souviens des aventures de ce malfrat multipliant les déguisements à "la Fantomas"! Du reste ce n'est pas un hasard car Jacques Champreux, acteur et co-scénariste n'est autre que le petit fils de Louis Feuillade, grand amateur de masques et de Fantomas.(Nous parlons ici du vrai Fantomas et non de l'adaptation comique avec De Funès) Quel dommage que cette série ne soit toujours pas rééditée en DVD. Elle le mériterait vraiment. C'est comme lire un "Comics" des années 50! Il ya de l'action, des masques, des sociétés secrètes, un merveilleux cocktail qui ravit les amateurs du genre. Seule consolation, on peut se procurer la version cinématographique de cette série: le film s'appelle "Nuits Rouges" réalisé par Franju. 

En bonus, Jacques Champreux nous explique qu'ils ont filmé avec deux sortes de matériel: un pour le cinéma et un autre pour la télé. Le film s'est pris un "bide", il est très injustement assassiné par la critique, classé "erreur de Franju", et la série n'a pas non plus rencontré le succès. Je persiste et signe: c'est une injustice car il y avait de l'action, de l'idée et l'histoire racontée est à mon goût très bien ficelée. Maigre consolation donc, le film est disponible à la vente. C'est évidemment une contraction de la série mais c'est mieux que rien. Peut être un jour, des éditeurs comme Koba Films ou l'Ina oseront ressortir la série. Il y en a tellement de l'époque qui sortent, pourquoi pas celle là? Espérons...

          
                   

Quel bonheur de revoir des images vieillottes, des AMI-8, des caves et organisations secrètes, un chirurgien fou dont les recherches tendent vers une hypnose permanente sur les sujets. Le chef du gang est masqué d'une cagoule rouge et apparait sous les traits d'une vieille mercière dans la banlieue parisienne des temps anciens. Déjà Franju nous sert un semblant des "Yeux sans visage" pour l'aspect médical et "Baal" pour le côté société secrète. Des hommes et femmes disparaissent dans une mystérieuse clinique privée. Sur les corps, les enquêteurs découvrent des poils de chien et un fragment de feuilles de cyprès de Sibérie, espèce rare à Paris. En hélicoptère vrombissant, ils survolent Paris pour apercevoir cet arbre. Au même instant, le gang kidnappe le médecin et brûle la villa. 

Parmi les grands moments de la TV française des années 70 et ses séries comme aujourd'hui on n'en fait plus, il y a L'homme sans visage réalisé par Georges Franju, le grand spécialiste du film noir et du fantastique suranné. 
Reposant sur l'idée d'une société secrète de templiers, L'homme sans visage est une sorte de nouveau Fantomas évoluant dans un monde science fictionesque où un savant fou fabrique des robots humains qui serviront à cet insaisisable et particulièrement inquiètant bandit sanguinaire à asservir le monde. Chef d'oeuvre de la série fantastique, fleuron de l'esprit bis feuilletonesque, L'homme sans visage au cours de ses 8 épisodes aux titres effroyables- La nuit du voleur de cerveau, Le masque de plomb, Les tueurs sans âmes, La mort qui rampait sur les toits, La marche des spectres, Le sang accusateur, Le rapt, Le secret des templiers- nous plonge dans un univers angoissant dans le Paris d'antan où la lune eclaire les trottoirs, les chiens aboient aux coins des rues, les ombres glissent dans les arrières-cours et la mort rampe sur les toits. 

Cet homme sans visage dont la personification est ce brigand en combinaison noir eternellement cagoulé, laissant apparaitre deux yeux bleux effroyables est à la tête d'une société secrète et démoniaque d'obedience templière qui rêve d'asservir le monde.
Pour cela, un savant fou lui procure des victimes qu'il lobotomise afin de se créer une armée de robots humains. Un journaliste va enquêter et se retrouver aux prises avec le diabolique brigand..
Opérant sous de nombreux déguisements absolument parfaits, le visage de l'Homme ne sera jamais connu, entretenant l'épais mystère quant à son identité qui ne sera jamais révélée, véritable Fantomas utilisant les dernières créations technologiques pour mieux assouvir ses instincts de folie le tout baignant dans l'univers fermé et si mystérieux du secret des Templiers. 



           

                 

L'Homme sans visage c'est avant tout un climat, une atmosphère baignant sans cesse dans l'insolite et l'angoisse, un climat propre aux films noirs d'antan, ces univers plein de mystères d'où naissent une peur sourde, menacante, ces univers peuplés de silhouettes sombres qui la nuit rodent, glissent sur les toits pour mieux frapper.
C'est un hommage au roman populaire sublimé par les auteurs surréalistes. C'est ici comme une sorte de ballet envoutant et fantastique de spectres noirs, de déguisements, de décors assez stupéfiants pour l'époque, de crimes sanguinaires et de passages secrets.  A cela, Franju y ajoute l'univers si secret de l'Ordre du Temple et de son fabuleux trésor qui aujourd'hui encore en fait rêver plus d'un.
L'homme sans visage, sorte de serial de la belle époque pleine de mésaventure rocambolesques, était décrit par Franju comme "une suite de mystifications et de demystifications qui conduisent vers d'autres mystifications, un spectacle onirique ponctué sans pitié de scénes réalistes et cruelles." 


Et beaucoup comme Eric, tout enfant alors, se perdirent dans ces passages secrets teintés de folie et de sang sous l'égide du Grand Maitre du Temple et de l'oeil bleu cruel de cet Homme sans visage.  Une série qui m'a terrifié et fait rêver . Combien de fois ai je joué à L'Homme sans visage.. et devinez qui j'étais avec ma cagoule fabriquée par ma moman?  L'Homme sans visage c'est aussi un casting fabuleux, Jacques Champreux, scénariste aussi, dans le rôle de ce Fantomas moderne, Ugo Pagliai, Geraldine Chaplin, l'hallucinant Clement Harari en savant fou, Gert Froebe en inspecteur, Patrick Préjean, Gerard Croce, Pierre Collet en Grd maitre des Templiers et notre rousse américaine Gayle Hunnicutt dans le rôle de l'enigmatique Femme, la compagne de L'Homme, aussi cruelle que lui glissant en combinaison noir telle une chatte meurtrière sur les toits quand sonne Minuit! 
Source : http://www.devildead.com/forum/viewtopic.php?f=1&t=16215

1 commentaire: