.

.

mercredi 26 août 2015

Illinois Jacquet

Jean-Baptiste (ou Battiste) Illinois Jacquet naît le 31 octobre 1922 à Broussard, près de Lafayette, en Louisiane, dans un foyer qui unit racines américaines et culture créole. Son père travaille aux chemins de fer mais, musicien amateur fervent, constitue avec ses trois fils aînés une formation où le jeune Jean-Baptiste fait des claquettes. À Houston (Texas) où se fixe la famille, Illinois Jacquet tâte de la batterie, prend des leçons de saxophone alto et s'essaie au saxophone soprano. Il se fait remarquer dans le Houston Big Band du trompettiste Milt Larkin, où il officie en 1939 et au début de 1940. Il découvre la musique de Count Basie et s'établit en septembre 1940, avec son frère trompettiste Russell, à Los Angeles, où il effectue un bref séjour dans la formation de Floyd Ray (1940) ; il opte définitivement pour le saxophone ténor. Il fréquente un contrebassiste alors inconnu, Charlie Mingus, et se produit fréquemment avec lui. Patronné par Nat « King » Cole, il est engagé en 1941 dans la formation du vibraphoniste Lionel Hampton, dont il sera jusqu'en 1942 un des solistes vedettes. Son improvisation rugueuse sur Flying Home, gravé le 26 mai 1942, lui vaut immédiatement une immense popularité.



                              

C'est donc grâce aux attaques obstinées de son long solo sur Flying Home que le saxophoniste ténor américain Illinois Jacquet s'est fait, dès 1942, une place dans l'histoire du jazz. « On peut même estimer que Jacquet a d'emblée atteint là le maximum de son altitude. » (Jacques Réda, in Jazz Magazine, octobre 1997). Il donne ainsi naissance à ce que l'on qualifie de « Texas tenor style ». L'émergence de ce style très personnel suscitera de nombreux émules. Rares en effet sont les joueurs de saxophone ténor des années 1950 qui ont échappé à son influence : Wardell Gray, Gene Ammons, Dexter Gordon, Eddie Chamblee, Johnny Griffin, Eddie « Lockjaw » Davis ou Stanley Turrentine ont, chacun à sa manière, prolongé cette esthétique de la véhémence. Jacquet devient membre de l’orchestre de Cab Calloway de 1943 à 1944 et apparaît dans le film Stormy Weather en 1943 avec la participation de la chanteuse de jazz Lena Horne.




                               

Il participe en 1944 au premier concert de Jazz at the Philharmonic où le public le remarque notamment sur un solo du morceau Blues sur lequel il mordait de façon particulière l'anche de son saxophone pour produire un son original. Il réitère cet effet lors de son apparition dans le court-métrage Jammin' the Blues avec le saxophoniste Lester Young. Il intègre ensuite l’orchestre de Count Basie de 1945 à 1946 et remplace Lester Young. Il dirige son propre band en 1945 et réalise plusieurs tournées nationales entre 1947 et 1955. Il travaille par la suite parfois seul ou avec ses propres formations, joue régulièrement au basson dans les années 1960 en trio avec le pianiste Milt Buckner de 1966 à 1974 ou avec Wild Bill Davis en 1972 et en 1977. En dehors de plusieurs participations avec l'orchestre de Hampton dans les années 1970, il effectue plusieurs tournées en solo en Europe. Dans les années 1980 il réalise plusieurs tournées avec son band Texas Tenors accompagné de Arnett Cobb et Buddy Tate, avec des représentations au Newport Jazz Festival en 1980, au festival de Cork en 1983 et 1985 ainsi qu'à la Grande Parade du Jazz à Nice Il est invité pour une conférence en 1982 auprès d'étudiants de l'Université de Harvard et devient à cette occasion le premier musicien de jazz à être « artiste résident » de cette université. Incité par les étudiants, il crée en 1983 un big band, The Illinois Jacquet Big Band qu'il dirige jusque dans les années 1990 et avec lequel il enregistre un album remarqué, Jacquet's Got It! en 1988.



                              


Avec des morceaux mémorables comme son solo sur Flying Home de Lionel Hampton, Jacquet a ouvert la voie vers une nouvelle approche du saxophone, qualifiée parfois de Texas tenor style en référence à son groupe. Il fait partie des saxophonistes qui ont été très influencés par les jeux de Coleman Hawkins et de Lester Young, passant facilement de l'un à l'autre comme certaines ruptures provoquées par Hawkins dans un style R&B ou surfer avec désinvolture comme pouvait le faire Young sur ses ballades. L'auteur et musicien Ian Carr mentionne dans son ouvrage The rough guide to jazz à propos de l'influence de Jacquet que « malgré une réputation pour jouer des harmoniques sur un registre supérieur, Jacquet a eu une influence considérable et souvent peu reconnue sur plusieurs générations de saxophonistes ténors de Eddie Davis à King Curtis et Scott Hamilton ». Il est aussi connu pour son chapeau en croûte de porc (pork pie hat) et insistait pour que l'on prononce son nom « à la française » : ʒakɛIl donne sa dernière représentation live le 16 juillet 2004 du Midsummer Night Swing Series au Lincoln Center. Il meurt d’une crise cardiaque chez lui à New York le 22 juillet 2004. Il est enterré au cimetière de Woodlawn, situé dans le Bronx (New York).Wiki

1 commentaire:

  1. http://www6.zippyshare.com/v/HLWPEO4w/file.html
    http://www.filefactory.com/folder/9608c449e6ea2a54
    http://dfiles.eu/folders/KK0IQYA67

    RépondreSupprimer