.

.

lundi 11 mai 2015

Bing Crosby

Bing Crosby (Harry Lillis Crosby) est un chanteur et acteur américain né le à Tacoma dans l'État de Washington aux États-Unis et mort d'une crise cardiaque le à Madrid en Espagne, à l'âge de 74 ans. Il est associé au courant du jazz vocal et du easy listening.
Crosby a joué dans de nombreuses comédies musicales, et a gagné l'Oscar du meilleur acteur en 1944 pour le rôle du Père O'Malley dans La Route semée d'étoiles dirigé par Leo McCarey. Il est aussi devenu l'hôte de deux émissions de radio sur NBC et CBS. Durant sa carrière, Crosby est apparu dans près de 100 films, et a écrit et chanté plus de 1700 chansons, dont 383 furent dans les palmarès "Top 30".
Le plus grand succès musical de Bing Crosby est sa reprise de "White Christmas" (Noël blanc) d'Irving Berlin, une chanson dont il s'est vendu plus de 100 000 000 de copies et que plus de 400 chanteurs populaires interpréteront à travers le monde après lui. Cette chanson est devenue la chanson la plus chantée et la plus célèbre. La manière de chanter de Bing Crosby a eu beaucoup d'influence sur d'autres chanteurs très connus, tels que Perry Como et Frank Sinatra, à cause du son unique de sa voix de "crooner". Crosby pouvait atteindre des notes que même des chanteurs d'opéra trouvaient difficiles à chanter. Ses films ont connu un immense succès grâce à l'accumulation de ses admirateurs dans l'industrie de musique, de films, et de technologie, ce qui fait que sa voix fut plus enregistrée que la voix de n'importe quelle autre vedette. Les ventes de ses disques sont estimées à 500 millions de disques.
Bing s'est marié deux fois. De ses femmes, Dixie Lee puis Kathryn Grant, il a eu sept enfants. Trois d'entre eux se suicidèrent, tandis que les autres devinrent des acteurs et des écrivains.


                                

Les Cloches de Sainte-Marie (The Bells of St. Mary's) est un film musical américain réalisé en 1945 par Leo McCarey. Il fait suite à un autre film de McCarey, La Route semée d'étoiles, dans lequel on retrouve le personnage du père O'Malley, incarné par Bing Crosby.
Après le triomphe imprévu de La route semée d'étoiles, McCarey ne trouvant pas de scénario digne de ce film, décide de lui donner une suite. Il reprend le même personnage de prêtre interprété par Bing Crosby et l'envoie cette fois accomplir son sacerdoce parmi des religieuses dans un milieu tout pareil à celui de la route semée d'étoiles : un oasis de calme et de sérénité situé au cœur d'une grande ville. Dans cet ermitage, d'ailleurs menacé de disparition, toutes sortes de problèmes humains, qui n'ont rien perdu aujourd'hui de leur actualité (séparation des parents, sentiment d'abandon des enfants, échec scolaire, etc.) viendront chercher et trouver une solution paisible et harmonieuse
Une dramaturgie souple, invisible, supérieurement habile et inventive, expose l'action sous la forme d'un chapelet de très longues scènes qui semblent indépendantes les unes des autres tant elles ont leur durée et leur contenu, leur émotion propres. Elles sont en réalité profondément reliées entre elles par leur inspiration et leur finalité communes : mettre en pratique une conception souriante de la spiritualité et de la bonté comme catharsis permanente, comme remède providentiel à tous les maux physiques et moraux de l'humanité
Chacune de ces scènes (le discours inaugural de O'Malley face à une assemblée de nonnes auxquelles la vision d'un chat jouant avec le chapeau du prêtre donne le fou rire ; la leçon de boxe donnée à un enfant par la sœur supérieure ; la représentation de la nativité jouée par des bébés etc.) apparaît comme une improvisation géniale, créée dans le pur présent du tournage par un cinéaste dont le bonheur d'expression n'a d'égal que la fermeté des convictions
Ingrid Bergman trouve ici son plus beau rôle en ce sens qu'on n'imagine personne capable de le jouer à sa place et de le porter à un tel degré d'épanouissement et de plénitude
A chaque vision, le film replace le spectateur dans cette zone affective de lui-même où le rire et les larmes communiquent, où la distance entre les personnages et lui s'abolit, car il entre sans effort en contact avec ce que les personanges ont de meilleur et de plus bénéfique. Les films de McCarey n'ont d'ailleurs pas d'autre but : "J'aime qu'on rie, j'aime qu'on pleure, disait-il, j'aime que l'histoire raconte quelque chose et je veux que le public à la sortie de la salle se sente plus heureux qu'il ne l'était en entrant".Jacques Lourcelles


   

Huit nominations aux Oscars pour cette histoire touchante d'un prêtre et d'une nonne qui tentent de sauver une ècole de la ruine! Un an après le magnifique "Going My Way", Leo McCarey rèalise ce beau film religieux qui sombre dans un esprit de patronage avec, toujours cette science exacte du gag, mais aussi cette sensiblitè dans le sujet qu'il èvoque, sur le problème de la mutation chez les religieux et religieuses! Avec une popularitè qui venait surtout de ce talent vocal dont il avait le secret, Bing Crosby reprend son rôle du père Chuck O'Malley en poussant même la chansonnette, avec une fois de plus cette nature de bonhomme flegmatique mais heureux! A ses côtès, Ingrid Bergman (nominè à l'Oscar de la meilleure actrice) campe une lumineuse Soeur Mary Benedict dont les points de vue sur l'èducation des enfants sont nettement diffèrents que ceux du prêtre! Même si l'ensemble peut paraître lènifiant, "The Bells of St. Mary's" est un bien joli film alliant humour et èmotion dont on aurait tort de se priver! De plus, il y a dans le reste de la distribution l'excellent Henry Travers en Horace P. Bogardus plus vrai que nature...


                               


Une fille de la province (The Country Girl) est un film américain réalisé par George Seaton, sorti en 1954. Après avoir mis à la porte l'acteur de premier rôle, le metteur en scène d'une comédie musicale doit trouver au pied levé un nouvel acteur-chanteur. Il insiste pour faire accepter par son producteur un chanteur qui a tenu la vedette il y a plusieurs années mais qui n'est plus très actif. De plus il a la réputation d'être alcoolique... Adaptation d'une pièce de Clifford Odet, l'histoire de The Country Girl accumule les poncifs mais le thème de la « seconde chance » est toujours très apprécié outre-Atlantique. Il est ici affublé de relations particulières entre l'acteur et sa femme sur fond de drame familial. En outre, le scénario a été aménagé pour inclure des chansons de Bing Crosby, crooner alors immensément populaire aux Etats Unis. Si William Holden et même Bing Crosby savent garder une certaine mesure, Grace Kelly recherche la performance avec un jeu du style « habitée par son personnage », outrancier, caricatural. Elle reçut un Oscar pour ce rôle. Très ennuyeux et terriblement prévisible, le film bénéficie d'une aura qui peut paraître assez incompréhensible.Assez peinée de lire les avis, souvent très négatifs, sur ce film. Je l'ai trouvé très beau, profond, dur parfois. Crosby joue ici le rôle d'un homme abattu par la vie, rongé par les remords, qui ne croit ni en lui ni en les autres. Grace Kelly, que je trouve d'habitude assez fade, est ici touchante, magnifique malgré l'absence de "belles toilettes" et de maquillage (on notera au passage que cela a visiblement beaucoup dérangé les gens...). 


   

Il n'y a que le personnage de William Holden que j'ai trouvé insipide dans le film, on ne sait pas trop à quoi il sert finalement, même si il tient un rôle très important. Je n'ai jamais vraiment aimé cet acteur, et il a ici un rôle difficile, oscillant entre son amour pour elle et sa colère, parfois. Ce film m'a énormément touchée, le scénario est bien ficelé et aborde des sujets délicats sans tomber dans le cliché ou la niaiserie. J'en ai pleuré! Magnifique.
Une fille de province date de 1954 et cela se sent malgré la bonne interprétation des acteurs, Grace Kelly est toujours belle mais l'histoire de l'acteur alcoolique qui remonte la pente et l'histoire d'amour entre sa femme et son ami ne sont pas assez dévellopées. La réalisation laisse passer la moitié des choses et le film a vieilli ; à regardez par curiosité notamment pour Grace Kelly car elle a joué dans peu de films. Une superbe histoire émouvante magnifiquement interprétée. Grace Kelly est sensationnelle. Cependant le film n'a pas été assez creusé sur certains points (L'histoire d'amour naissante entre l'épouse et l'ami) mais un film qui vaut le détour!
Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm-58598/critiques/spectateurs/

1 commentaire:

  1. http://dfiles.eu/files/s4taa09h1
    http://uptobox.com/3l6yqum1q4hu

    RépondreSupprimer