.

.

mercredi 1 avril 2015

Frank Skinner

Frank Skinner (né le 31 décembre 1897 à Meredosia (en), dans l'Illinois, et mort le 8 octobre 1968 (à 70 ans) à Hollywood, en Californie) est un compositeur américain de musiques de films.

Frontier Gal Réalisé par Charles Lamont  Western - États-Unis - 1945 .
Premières représentations à Monte Carlo le 23 Août 1948 au Roof Garden Cinéma et à Paris le 6 Juillet 1949 au Balzac , à L' Helder , au Scala et au Vivienne en version française et originale .
Johnny Hart, poursuivi par des cavaliers, arrive dans la petite ville de Red Gulch. Il se réfugie à la Taverne du Cheval Rouge tenue par l'impétueuse Lorena Dumont, qui n’est pas insensible à sa muflerie puisqu’elle finit immédiatement dans son lit et qu’elle l’oblige dès le lendemain à l’épouser. Blackie, jaloux, lui apprend que son mari est recherché pour meurtre. Suite à leur nuit de noces, elle le fait arrêter. Six ans plus tard… Si l’année cinématographique 1945 s’avéra moribonde, en matière de western ce fut une véritable Bérézina. 



           

Fallait-il en plus, aux approches des fêtes de fin d’année, que les amateurs du genre aient à supporter un film d’une telle abyssale idiotie ? Mettons qu’il ait pu faire illusion au milieu de cette morne plaine westernienne, et même faire rire les spectateurs de l’époque qui sortaient à peine d’une tragédie aussi terrible que la Seconde Guerre mondiale ; j’imagine pourtant mal à qui il pourrait plaire à l’heure actuelle. Mais fallait-il en attendre plus de la part d’un réalisateur aussi médiocre que Charles Lamont, qui devint quasiment le réalisateur attitré des deux nigauds, à savoir Abbott et Costello. Le réalisateur aimait à faire entendre que, ayant entièrement confiance en ses acteurs, il les laissait toujours jouer sans les conseiller ; on peut malheureusement constater le fait au vu du cabotinage éhonté des uns et des autres au sein de ce western "humoristico-musicalo-serialesque" plus proche du vilain nanar que de la parodie décoiffante ! 


                              


Ça commençait plutôt bien mais à partir du moment où nous commençons à nous dire que les plaisanteries les plus courtes sont toujours les meilleures, ça se grippait déjà. Une fois tombés dans la bouffonnerie la plus lourdingue, nous avons complètement décroché. Tant de bêtises, des chansons ineptes, une musique inappropriée et envahissante, une mise en scène sans ampleur ni idées, sans parler de l'interprétation catastrophique de l'ensemble du casting. En plus d'être très mauvais, le film fait l'apologie de la femme au foyer, de la loi du talion et des sévices corporels ; c'est tout à fait anodin évidemment et pas du tout choquant, mais à ce stade y avait-il encore besoin d'en rajouter ? Alors, après quasiment une heure de scènes de ménage censées être drôles, quant arrive le dernier quart d'heure se transformant presque en serial mélodramatique, comment voulez-vous qu’on s’y attache d’autant plus que les transparences hideuses et les invraisemblances ridicules se multiplient ? Consternant ! Erick Maurel


                

L'Exilé (Titre original : The Exile) est un film américain réalisé par Max Ophüls, sorti en 1947.
Une véritable rareté que cet Exilé puisqu’il s’agit du premier film réalisé aux Etats-Unis par le grand cinéaste autrichien Max Ophuls. Le futur réalisateur de Lettre d'une inconnue (1948) a passé six années difficiles à Hollywood avant qu'on lui confie enfin la réalisation de ce long métrage, qui est avant tout une œuvre créée et produite par et pour son illustre vedette, Douglas Fairbanks Jr. Ce film de cape et d'épée sur fond de grande Histoire (l'exil de l’héritier de la couronne d'Angleterre dans la campagne hollandaise) qui bénéficia de moyens confortables pourrait détonner dans l’œuvre de Ophuls. Pourtant, au sein de cet aimable divertissement, le cinéaste, formidablement secondé par le chef opérateur Franz Planer avec qui il avait travaillé sur Libelei (1933), parvient à faire état de son style visuel aérien et élégant. Une fantaisie intelligente et joliment maniérée à ne surtout pas rater. Ronny Chester.
Premier des quatre films que Max Ophüls tournera à Hollywood entre 1947 et 1949, cet Exilé est surprenant à plus d’un titre : film produit et interprété par Douglas Fairbanks Jr., film à costume, film contant la petite histoire d’un roi anglais en exil (projection de la propre situation de Max Ophüls, éternel exilé) et sa reconquête du trône. L’histoire est plaisante avec la dernière partie qui retrouve le thème cher à l’auteur, à savoir l’amour impossible et le sacrifice de la femme amoureuse au profit des intérêts de son amant. L’interprétation est de qualité, dominée par la fougue de Douglas Fairbanks Jr. qui fait admirer ses qualités de souplesse et d’acrobate. Le scénario est plaisant et la caméra d’Ophüls capte tout cela avec sa grâce et sa légèreté coutumière… Pas un chef-d’œuvre certes (ce sera pour le film suivant, Lettre d’une inconnue) mais un vrai moment de plaisir et de détente.


         

Produit, scènarisè et interprètè par un bondissant Douglas Fairbanks Jr., "L'exilè" est le premier film amèricain de Max Ophüls qui s'intèresse ici à Charles Stuart, le futur Charles II, roi d'Angleterre! Metteur en scène prestigieux qui a beaucoup travaillè à l'ètranger (en fait il ètait d'origine allemande), en particulier aux States où il tournera d'autres films comme "Lettre d'une inconnue", "Caught" ou "Les dèsemparès". Revenu en France au dèbut des annèes 50, Ophüls tournera toute une sèrie de films qui sont parmi les meilleurs du cinèma français de l'èpoque! Revenons à cette "Exilè" où la mise en scène est intelligente, joliment manièrèe avec une camèra jamais en repos! De l'histoire habilement romancèe et des aventures historiques tout à fait plaisante à suivre, font de ce film à costumes souvent brillant un divertissement de bonne qualitè...Source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm-44522/critiques/spectateurs/

1 commentaire:

  1. https://vdyz3z.1fichier.com/
    http://www.multiup.org/download/cb2538031bcfdc3a0b8d8a0a54b3bf96/VOstfr_Ophuls_The_Exile.1947.7z.001
    http://www.multiup.org/download/bb148a9cb383a8da45cb6e0874379c54/VOstfr_Ophuls_The_Exile.1947.7z.002
    http://ulozto.sk/xFm3ByZv/son-of-frankenstein-the-invisible-man-returns-the-wolf-man-1939-1940-1941-soundtrack-prowler-rar
    http://www.box.net/shared/static/ye2v0u645r.mp3

    RépondreSupprimer