.

.

mardi 17 mars 2015

Gordon Douglas

Gordon Douglas est un réalisateur, acteur, scénariste et producteur américain né le 15 décembre 1907 à New York (États-Unis), et décédé le 29 septembre 1993 à Los Angeles (Californie) d'un cancer.
Il est le plus précoce de sa génération de réalisateur en effet on lui confia et très tôt des réalisations de courts-métrages et commença même comme acteur dans les années 20 employé notamment par Hal Roach. Ses galons de bon réalisateur, il va les gagner en mettant en scène les aventures du général spanky ce qui lui vaut l'admiration des professionnels du milieu d'Hollywood. Il sera des productions ou le tandem Laurel et Hardy seront présents lui donnant ainsi l'occasion d'affiner ses réglages pour les productions à venir et surtout dans le genre western.Pendant un temps, Gordon Douglas va même jusqu'à réaliser des suites de films très célèbres Capitaine blood et de Robin des bois suites qui eurent un franc succès auprès d'un large public très friand de ce genre de films de cape et d'épée. Dans la science fiction, il réalise un pur chef-d'oeuvre du genre Them que les amateurs de genre ont plaisir à revoir à chaque diffusion et dont le public fut très connaisseur pour ce film. 


                 

Gordon Douglas sur la fin des années 1950 tournera avec l'acteur Clint Walker pour trois westerns qui furent de grandes réussites à savoir: Fort dobbs, Yellowstone kelly, Gold of the seven saints, surtout pour les deux premiers où il utilise à merveille la participation indienne dans le western et riche d'acteur ou d'actrice et qui vaut aussi par les scènarios de monsieur Burt Kennedy. Ses débuts dans le western, ce sera en 1944 avec un western/musical Girl rush avec au générique un certain Bob Mitchum. En 1964, il donne toutes ses lettres de noblesse au genre western en réalisant son Rio concho sur un scénario d'exception de Clay Huffaker. Les décors plus naturels que vrais et surtout les truculences des acteurs Richard Boone, Stuart Whitman, Jim Brown et Edmond O'Brien dans un rôle d'officier mégalomane fou. A la télévision, Gordon Douglas réalisera des épisodes de la série MaverickLa photographie de ce western nous laisse entrevoir un cadre insolite, une demeure grande mais ne disposant que d'une pièce et au bord d'une rivière. La filmographie de ce génie nous offre d'excellentes situations et d'acteurs bien utilisés (Randy Scott dont il devint l'ami et Jock Mahoney).james



                 


La Mission Secrète du Sous-Marin X-16  Up Periscope !  1959 - Etats-Unis - 1h52
Le lieutenant Braden est chargé d'une mission exceptionnelle: un sous-marin le débarquera à proximité d'une île occupée par les Nipons. Une fois, à terre, il devra découvrir le code japonais, le photographier et regagner le sous-marin X-16 qui ne peut l'attendre que dix-huit heures.
L'histoire se déroule en 1942 dans le pacifique. Ken, un plongeur de combat se voit confier la mission de photographier le code secret des japonais. Pour cela il embarque dans un sous marin qui l'amène jusqu'à l'île japonaise ou se trouve le code secret. La traversée est longue mais il y a quelques scènes de combat : d'abord des attaques aériennes puis un bateau qui envoie des grenades sous marines. Une fois arrivé sur l'île l'histoire devient peu vraisemblable : ken pénétre dans la base japonaise et parvient à photographier le code qui était simplement rangé dans un tiroir. Et ensuite il retourne au sous marin ... Pas très crédible !
Il y a une petite romance mais elle est vraiment sans grand intérêt. Cela permet de voir Andra Martin en maillot de bain au début du film puis de la revoir en uniforme sur le quai au retour du sous marin à la fin du film.
Le film est peu long, près de 2 heures. L'histoire est simple, sans rebondissement. L'interprétation est bonne. Les dialogues sont convenus.
De nombreuses scènes sont filmées dans le sous marin. Difficile de faire dans l'originalité ... mais c'est plutôt bien fait. On voit la petitesse des lieux, pas intérêt d'être claustrophobe ! On voit aussi le problème de l'oxygène et nécessité de refaire surface régulièrement. On apprend aussi en regardant ce film qu'un sous marin se déplace plus vite en surface que lorsqu'il est sous l'eau.



   

La Diligence vers l'Ouest (Stagecoach) est un film américain réalisé par Gordon Douglas, sorti en 1966.
Western produit par 20th Century Fox, notamment diffudé sur FR3 dans les années 90
c'est un remake de "La chevauchée fantastique" de John Ford que personnellement j'ai fréféré à ce dernier...; Aïe !! qu'ai je dis ??!!!
c'est bien évidemment plus moderne que son modèle; plus entraînant aussi; Alex Cord est un peu moins haut que John Wayne, mais il y fait une bonne compsition; Ann-Margert est ravissante, et Robert Cummings dans son rôle de personnage ambigü, à qui on ne peux se fier est superbe; l'attaque du début par les Indiens est éblouissante, très violente (tomawawk planté dans le front d'un soldat, cheval d'un indien se débattant piétinant un officier); deux soldats U.S se battent également dans les premières scénes, l'un étouffant l'autre de manière assez suffoquante;et pour finir, l'attaque de la diligence et sa longue poursuite par les Indiens est vraimant réussie; tout cela évolue dans des paysages très verdoyants, enneigés même à quelques moments, faisant alterner lacs et pinèdes (le film de Ford est bien différent à ce niveau, et pour le dénouement concernant le sort de la dîte diligence;
l'histoire reste tout de même celle d'une diligence traversant des contrées d'Indiens hostiles, avec à son bord toutes sortes de personnes différentes dont la véritable identité se révèle au fur et à mesure de l'histoire; il y a entre autres Ann en fille de saloon méprisée, Bing Crosby en medecin alcoolique, un joueur professionel (Michael Connors), une veuve, un représentant en Whisky, un banquier escroc, Robert, un shérif(Van Heflin) et le bon vieux Slim Pickens en conducteur; à ce groupe se joint Ringo (déterminé à se venger d'un assassin résidant dans la ville d'arrivée de la diligence) arrété par le shérif
beaucoup de rythme et d'action dans ce film de toute beauté...



   

Tout d'abord, en dehors de la trame, des passagers et du parcours, ce film n'a pas grand chose à voir avec celui de John Ford. C'est un Gordon Douglas signé où l'on retrouve la mise en scène sans concession de ce grand réalisateur. Elle est de loin ce qu'il y a de mieux car le scénario est bricolé, les dialogues pontifiants et de trop nombreuses longueurs parsèment le tout ce qui ne pardonne jamais pour un western. L'ouverture reste exceptionnelle avec une attaque d'indiens d'une rare violence…C'est du Douglas à son meilleur. Bien plus tard, la chevauchée, réellement fantastique commencera doucement et ira crescendo jusqu'au dernier assaut des hommes de Crazy Horse, elle est visuellement splendide, sans doute la plus spectaculaire de l'histoire du western. Coté acteurs Van Heflin est parfait comme d'habitude et Bing Crosby se surpasse. Coté actrice Ann-Margret tient parfaitement sa place, on ne l'oublie pas. Alex Cord a un physique parfait pour le rôle de Ringo, c'est dommage qu'il n'ait pas tourné d'autres westerns. 1966, Le spaghetti western commençait sa vie et le visage lisse de cet acteur n'allait plus avec ce nouveau genre, il est arrivé trop tard. 


                 


Ici les séquences spectaculaires alternes avec d'autres plus bavarde, il y a vraiment 2 films en 1!  Une réalisation percutante avec son lot de cascades et des moments plus intimes entre les protagonistes de l'aventure.  L'intrigue reprend celle des films catastrophes, avec cette présentation des personnages très stéréotypés à ce genre : La Femme enceinte(Alerte à la Bombe), l'alcoolique(Airport), l'arnaqueur, le vieux beau, la danseuse, le prisonnier au grand coeur + les pilotes, avec l' excellent Slim Pickens et un Van Heflin hallucinant de présence! C'est d'ailleurs le seul avec Bing Crosby en Docteur alcoolique qui tirent leurs épingles du jeu!  Les autres sont assez transparent, comme par exemple Michael Connors(Mannix)! Alex Cord qui reprend le rôle de Ringo Kid tenu par John Wayne dans le Ford, n'aura pas la carrière de ce dernier et loin de là, il sera cantoné aux séries télé après un passage par la case Spaghetti avec Un Minuto per pregare, un instante per morire! Gordon Douglas comme je l'ai déjà dis, donne du rythme dans les scénes d'action avec une mention spéciale à la scéne d'intro coup de poing, l'attaque de la diligence et un beau final de gunfight en ville!  Sympatoche quoi!  Source : http://forum.westernmovies.fr/viewtopic.php?t=971

3 commentaires:

  1. https://xk5dwr9vxz.1fichier.com/
    https://iss8xq.1fichier.com/

    RépondreSupprimer
  2. merci pour ces films de' l’intéressant Gordon Douglas.
    radisnoir

    RépondreSupprimer
  3. Je t'en prie , et toujours mon préféré ici : http://lazlokovaks.blogspot.fr/2014/04/them.html
    À bientôt !

    RépondreSupprimer