.

.

mercredi 17 décembre 2014

Buddy DeFranco

Boniface Ferdinand Leonard "Buddy" DeFranco (né le 17 février 1923 à Camden dans le New Jersey) est un clarinettiste de jazz.
DeFranco a eu la chance de commencer sa carrière en même temps que le Swing et la grande époque des Big Bands; plusieurs d'entre eux étaient dirigés par des clarinettistes : Artie Shaw, Benny Goodman et Woody Herman dont la popularité était croissante.
DeFranco a été probablement un des seuls clarinettistes de jazz à réussir à adapter son style et jusqu'aux années 1980, il était le seul musicien de jazz de renom à jouer exclusivement de la clarinette. Il a été, avec Brad Terry, un des seuls clarinettistes de jazz bebop.
En 1950 il a rejoint pendant un an le septet de Count Basie. Il a été de 1966 à 1974 le leader du Glenn Miller Orchestra.
DeFranco a aussi joué, entre autres musiciens, avec George Shearing, Gene Krupa, Charlie Barnet, Art Tatum ; il a enregistré une douzaine d'albums comme leader.


                  
                                   

Nous allons donc nous intéresser à un formidable musicien qui n’a jamais fait les gros titres, alors qu’il aurait pu y prétendre, je veux parler de Buddy DeFranco. Trop jeune pour profiter pleinement de la vogue du swing, Buddy DeFranco fut un magnifique clarinettiste dans une génération qui ne jurait que par le saxophone et la trompette, dans la lignée des créateurs du bebop.
Si l’instrumentiste fut marqué par la double influence de Benny Goodman et d’Artie Shaw, le jazzman resta toujours fasciné par l’inventivité de Charlie Parker et d’Art Tatum. Buddy DeFranco fit ses classes au sein de l’orchestre de Tommy Dorsey, et se fit très tôt repérer par les amateurs et la critique. Il se vit par conséquent demandé de toute part, aussi bien par l’octette de Count Basie qu’au sein des formations expérimentales de George Russell. Travailleur obstiné, il sut développer une expression originale sur un instrument moins marqué que d’autres par de trop écrasantes références, créant son propre orchestre dès la fin des années 40. 


                              


Sous la houlette du producteur Norman Granz pendant quelque temps, il croisa le fer avec son dieu, Art Tatum, comme avec son cadet Oscar Peterson, mais le succès fut de courte durée. C’est en Californie qu’il tenta une nouvelle vie, œuvrant dans les studios, collaborant avec l’arrangeur Nelson Riddle ou partageant la scène avec l’accordéoniste Tommy Gumina, avant de prendre la direction de l’orchestre de Glenn Miller. Enfin, une nouvelle période créative, à partir du milieu des années 70, le vit oser les couleurs latines, tourner avec le guitariste Martin Taylor et renouer avec son ami Oscar Peterson. Et pour évoquer cette personnalité, j’ai le plaisir de recevoir pour la première fois dans cette émission le clarinettiste Fabrice Zammarchi, signataire voici une douzaine d’années du livre de référence sur Buddy DeFranco.


                               


Premier clarinettiste bebop, Buddy DeFranco aura vécu la majeure partie de l’histoire du jazz. C’est dire si son histoire est riche en rencontres, d’abord avec les grands du swing, Count Basie, Gene Krupa, Charlie Barnet ou Tommy Dorsey. Puis, en 1949, il enregistre avec le Metronome All Stars aux côtés de Charlie Parker qui le marquera à jamais. Familier des tournées « Jazz At The Philarmonic » de Norman Granz, il dirige ensuite le Glen Miller Orchestra pendant huit ans. Et à maintenant 80 ans, il est toujours vaillant.
Sa biographie est l’oeuvre de deux passionnés : Fabrice Zammarchi, clarinettiste de jazz et son épouse Sylvie Mas. Il leur aura fallu douze années d’interviews et de recherches pour arriver à ce remarquable résultat : un ouvrage que tout amateur de jazz se doit de posséder. Quand on arrive au bout des 383 pages et 324 photographies, on a appris beaucoup de choses sur le jazz de ces soixante dernières années. Le livre, fourmillant d’anecdotes, se lit très facilement.


                                


Seulement, une telle somme n’a intéressé aucun éditeur francophone. Il a fallu qu’un éditeur américain, lui-même clarinettiste et fan de DeFranco, apprenne sur le site de Buddy DeFranco que Fabrice Zammarchi souhaitait faire publier son ouvrage pour que le projet se concrétise. Ceci explique pourquoi ce bel objet se trouve être publié, après traduction, en langue anglaise.
Il est fort dommage que la version française en soit perdue à jamais. Plutôt que de laisser le manuscrit original prendre la poussière sur les étagères des auteurs, pourquoi ne pas envisager une publication libre sur Internet ?
Comme toute biographie de musicien de qualité, elle comporte des relevés des solos du maître, ainsi qu’une discographie et une filmographie.
Source : http://www.citizenjazz.com/LIVRE-A-Life-in-the-Golden-Age-of.html

1 commentaire:

  1. https://ybrly34q2t.1fichier.com/
    http://www51.zippyshare.com/v/78355826/file.html
    http://www78.zippyshare.com/v/91056466/file.html
    http://www5.zippyshare.com/v/80259426/file.html
    scans
    http://www63.zippyshare.com/v/84552655/file.html
    http://www29.zippyshare.com/v/56972139/file.html

    RépondreSupprimer