.

.

dimanche 11 mai 2014

Peintures..

La biographie du peintre à l'écran est la façon la plus simple d'aborder la peinture au cinéma. Sont montrées des reproductions de vrais tableaux à l'écran et le sujet du film est la vie du peintre en montrant souvent parfois seulement ses conditions d'existence et en tentant parfois de montrer quel travail sur la réalité prééxistante il opère pour constuire son tableau .Comme le remarque Pierre Eisenreich :


"la biographie cinématographique de l'artiste plasticien trouve d'abord son intérêt dans la dramaturgie tirée du vécu du personnage. Il peut être attribué à ces héros une série de caractéristiques qui suscitent un très grand intérêt narratif. Tous ont mené une existence conflictuelle avec leur société, et avec eux-mêmes, due à l'exigence et à la marginalisation de leur profession pour la plupart d'entre-deux. Il en découle en général une grande pauvreté matérielle qui les plongeait dans une situation de quasi-survie. Quand les origines familiales permettaient d'assurer un certain confort dans le cas de Munch et de Toulouse-Lautrec, la maladie et le handicap physique procuraient au scénario une source mélodramatique inespérée."


Moulin Rouge est un des films réalisés par John Huston durant son exil en Irlande au début des années 50, le réalisateur fuyant l’atmosphère délétère d’un Hollywood gangréné par la chasse aux sorcières, où certains de ses amis sont mis au banc des studios. Trois films seront réalisés par Huston et coproduits entre l’Angleterre (par le futur réalisateur Jack Clayton, encore producteur) et les Etats-Unis durant cette période : Plus fort que le diable (1953), Moby Dick (1956) et donc Moulin Rouge, le plus directement imprégné de cette escale européenne. Le film offre une première preuve de la versatilité d’un Huston jusque-là surtout partagé entre le film noir et film d’aventures, et que l’on n’attendait pas forcément sur ce type de fresque bariolée. Le film adapte le roman éponyme de Pierre La Mure, paru en 1950, et est autant un biopic de Toulouse-Lautrec qu’une évocation d’une époque, d’une ville et de ce quartier de Montmartre foisonnant de fêtes et de créativité symbolisée par le Moulin Rouge, lieu de toutes les folies et de tous les plaisirs.


                                

Suite (V.O.) : Youtube...

La biographie filmée ne constitue souvent pas un apport important à la compréhension des enjeux picturaux. On constatera toutefois au travers de trois exemples particuliers une même convergence vers la mise en scène des étapes essentielles de la création.
Dans Biographes de peintres à l’écran, Patricia-Laure Thivat remarque que le peintre au cinéma renouvelle la figure héroïque de l’aventurier solitaire qui joue de la contradiction entre la liberté individuelle et les formes de l’organisation sociale. 
Après avoir vainement tenté d'apporter un peu d'amour et de bonheur aux malheureux mineurs du Borinage, Vincent Van Gogh s'éprend de sa cousine Kay ; cette dernière le repousse. Il se consacre alors à la peinture et vit avec une prostituée, Christine. Lorsqu'elle l'abandonne, il se rend à ­Paris où il fait la connaissance des principaux peintres impressionnistes.
Tourné sur les lieux mêmes du passage de Van Gogh, le film de Minnelli est un modèle de reconstitution biographique. Ce n'est pas une surprise de la part du plus pictural des cinéastes américains. Aux tons noirs des séquences du Borinage s'oppose la clarté des scènes du Midi. La qualité des couleurs contribue à la réussite de cette évocation. Minnelli en joue à la manière d'un peintre, passant d'un registre clair à un registre sombre. Sans vaine recherche. Ce qui a passionné le cinéaste, c'est l'aventure de l'artiste confronté au monde des ­mineurs, aux peintres parisiens, au Midi. Kirk Douglas, devenu qua­siment le sosie de Vincent, est remarquable.


   



Les biographies sont ainsi concentrées sur les figures majeures de l’histoire de l’art, peintres célèbres des siècles passés (Rembrandt, Le Caravage, Michel-Ange, Goya), d’artistes novateurs, voire artistiquement révolutionnaires, du tournant des 19e et 20e siècles (Toulouse-Lautrec, Modigliani, Van Gogh, Munch), mais aussi de peintres contemporains (Hockney, Pollock, Kahlo, Bacon ou Basquiat), tous à même de représenter l’image du "génial démiurge" à l’apogée de son art, et/ou la figure du "peintre maudit", en proie à une souffrance physique ou existentielle. Montparnasse 19:
Cette fin de vie du peintre Modigliani est magnifique, tout imprégnée d'une sensualité morbide. Jacques Becker exigea de ses producteurs le noir et blanc pour, dit-il, attirer l'attention du spectateur non sur les toiles, mais sur les regards entre Gérard Philipe et Anouk Aimée. Du scénario écrit par Henri Jeanson pour Max Ophuls, décédé peu avant le tournage, le cinéaste fait une méditation terrible sur le rôle de l'artiste dans une société (l'après-Grande Guerre) où les marchands ont pris le pouvoir et commencent déjà à en abuser. D'où l'importance du personnage interprété par un Lino Ventura presque débutant : un marchand de tableaux qui, dès la mort du peintre, qu'il a suivi tel un prédateur, se rue chez lui pour acheter ses toiles à bas prix. Un pur moment d'épouvante. — Pierre Murat




Des peintres à l’existence tranquille comme Degas, Manet ou Cézanne ne semblent pas avoir suscité le même intérêt. Leurs biographies respectives ne paraissent pas correspondre aux nécessités cinématographiques de l’archétype. Celui-ci est un individualiste, parfois décrit comme un génie (Rembrandt), toujours obsédé par sa création, à la fois asocial et frondeur (Ohwon, Modigliani), amateur des choses de l’amour (Le Caravage, Van Gogh), mais toujours plus à l’aise dans le calme de l’atelier que face aux tumultes de la société (Michel-Ange, Klimt). Tout à la fois entier dans sa vocation et pétri de contradictions dans ses relations avec les autres, sa liberté créatrice est constamment mise en danger par le monde extérieur. Le peintre au cinéma est aussi et avant tout un personnage qui porte un regard singulier et aiguisé sur le monde mais que le monde ne peut contrôler.
L'extase et L'agonie
Rome, en l’an 1508. Revenant de livrer bataille contre des États voisins afin de renforcer le pouvoir du Saint-Siège, le pape guerrier Jules II charge Michel-Ange Buonarroti d’abandonner la sculpture des quarante statues qu’il lui a commandées pour son tombeau, afin de décorer le plafond de la Chapelle Sixtine. Prétextant qu’il n’est pas peintre, Michel-Ange refuse. Il ne peut toutefois résister longtemps aux ordres du pape. Mais bientôt, découragé par la médiocrité de ses premières esquisses, il les détruit et s’enfuit. Caché dans les carrières de Carrare, il échappe aux soldats lancés à ses trousses.
Puis un soir, sur la montagne, devant un coucher de soleil, il a une vision de la Genèse. Ramené au pape, il apaise la colère du pontife en implorant son pardon et affirme qu’il a enfin trouvé l’inspiration. Contre la promesse d’un salaire dérisoire, Michel-Ange se remet au travail. Les premières fresques voient le jour mais attirent aussitôt la critique et le mépris des prélats conduits par Bramante, l’architecte officiel du Saint-Siège. Contre tous, Jules II défend l’œuvre de Michel-Ange, le sommant d’achever son travail le plus vite possible. Cédant tour à tour à la passion fébrile puis au découragement, victime d’une chute accidentelle puis d’une cécité temporaire, Michel-Ange est soutenu par la sœur de l’évêque Giovanni, la comtesse de Medici, mariée mais amoureuse de lui. 


 

La biographie de peintre peut être qualifiée d’épique (L'extase et l'agonie de Carol Reed) , de contemplative (Ivre de femmes et de peinture d’Im Kwon-Taek) ou de pseudo-documentaire (Edvard Munch de Peter Watkins, A Bigger Splash de Jack Hazan).
La biographie se fait parfois au mépris total des valeurs morales et esthétiques défendues par les peintres : ainsi La jeune fille à la perle de Vermeer est-il une apologie de la chasteté et de la fidélité alors que le film de Peter Webber (2003), fait de la jeune servante la maîtresse d'un peintre qui ne supporterait plus la vie de famille !
Suite : Ciné club de Caen

1 commentaire:

  1. http://uploadhero.com/dl/D8NgwjN1
    http://uploadhero.com/dl/46Z8jqc6
    http://k076t3o28z.1fichier.com/
    http://turbobit.net/nv3td1wshvie.html

    RépondreSupprimer