.

.

jeudi 6 février 2014

Les Aventures de Marco Polo

Les Aventures de Marco Polo (titre original : The Adventures of Marco Polo) est un film américain réalisé par Archie Mayo, sorti en 1938.
Au xiiie siècle, l'historique et prodigieux voyage en Asie du marchand Vénitien Marco Polo. De sa découverte de produits qu'il importera en Italie (dont les fameuses nouilles), sa rencontre avec l'empereur Kublai Khan et ses amours avec la fille de celui-ci, la princesse Kukachin, ses affrontements puis son alliance avec les Mongols, son combat avec Ahmed, le conseiller fourbe de Kublai Khan dont il empêchera l'usurpation du trône, jusqu'à devenir l'homme de confiance de l'empereur.
Le tournage eut lieu du 15 juin à début septembre 1937.
Tournage en extérieurs à Malibu Lake
Binnie Barnes remplaça Verree Teasdale, initialement prévue. De même Basil Rathbone a remplacé John Carradine
Le tournage commença le 15 juin 1937 sous la direction de John Cromwell qui fut renvoyé pour avoir donné un ton trop ironique à l'histoire.
Samuel Goldwyn cherche à le faire remplacer par William Wyler qui refuse.
Archie Mayo accepte de réaliser le film.
John Ford a dirigé la séquence du blizzard et la traversée de l'Himalaya : « J'ai travaillé pendant six jours et tourné avec Gary Cooper. Je n'ai pas été payé pour cela. »



   

Marco Polo ressemblait à Gary Cooper. Il vivait dans un Venise en carton-pâte et partit pour la Chine reconstituée dans les studios MGM. À peine arrivé, il découvrit les ‘spaguètes’ (ancêtres des spaghettis) et la poudre à canon et apprit le ‘french kiss’ à la fille de l’empereur de Chine jouée par une actrice prénommée Sigrid dûment grimée. Ce qui n’a rien d’étonnant vu que Chinois, Italiens, Mongols et Arabes parlaient tous un Anglais châtié et n’avaientapparemment nul besoin d’interprète.
Ceci pour dire qu'il ne faut pas prendre « LES AVENTURES DE MARCO POLO » pour ce qu'il n’est pas : c'est à dire un film sérieux et documenté sur l’épopée de l’explorateur italien. Surtout pas ! 


                                


Ceci mis à part, c'est un film absolument charmant, d’une ringardise de chaque seconde, parfois même assez coquin. Ainsi l’épisode montrant Marco servant de ‘sex toy’ à la femme d’un gros barbare, pendant que celui-ci s’encanaille avec une servante. Osé !
C'est un film enjoué et idiot, qu’on suit avec un constant sourire aux lèvres. ‘Coop’ coopérise à plein régime dans ce rôle taillé sur mesure de bellâtre beau-parleur et téméraire, flanqué d’un sidekick comique, le nabot Ernest Truex qui se vautre dans la grosse comédie sans complexe. Le méchant (arabe !) est campé par le seul et unique Basil Rathbone, qui jette ses prisonniers à des vautours affamés quand ce n’est pas directement dans une fosse aux lions. Vraiment incorrigible, ce Basil… Dans des petits rôles, on aperçoit une jeune Lana Turner à peine reconnaissable et l’inénarrable Ward Bond en garde mongol.

1 commentaire: