.

.

mardi 3 décembre 2013

Walter Matthau

Walter Matthau, né Walter John Matthow le 1er octobre 1920 à New York et mort le 1er juillet 2000 à Santa Monica en Californie, est un acteur américain.
Walter Matthau est le fils d'un immigrant juif ukrainien qui l'abandonne à l'âge de trois ans. Élevé dans des garderies de charité, il doit très vite travailler. Il est vendeur de sodas dans un théâtre yiddish et fait parfois de la figuration pour 50 cents la soirée. Il aime rappeler qu'il a débuté à Broadway comme doublure d'un acteur qui jouait alors un archevêque dans Anne des cent jours. Plus tard, il devient entraîneur dans les salles de boxe et, pendant la guerre, sert comme décrypteur dans l'armée de l'air.

Après des années sur les planches, il débute au cinéma dans le film dirigé par Burt Lancaster, l'Homme du Kentucky, où il joue le fourbe rival de la vedette, Bodine le tavernier. Le rôle est secondaire mais déjà d'une certaine épaisseur.L’Homme du Kentucky est la première incursion de l'acteur Burt Lancaster dans la mise en scène ; une expérience qui ne l’aura guère convaincu d’autant qu’on lui aura mis pas mal de bâtons dans les roues, les producteurs de l’époque n’appréciant guère les acteurs s’imposant réalisateurs ou producteurs. Il ne la renouvellera d’ailleurs qu’une seule fois, 20 ans plus tard, en collaboration avec Roland Kibee pour The Midnight Man (Le Flic se rebiffe). Comme sujet pour ce western d’aventure familial qui lorgne du côté d’un film au succès retentissant qui l’avait précédé de quelques semaines en salles, à savoir Davy Crockett(même époque, paysages ressemblants, même ton bon enfant, même candeur, même costumes…), Lancaster choisit l'histoire d'un homme et de son fils en partance pour le Texas à la recherche de grands espaces et de liberté. Mais pour cela, il faut de l'argent et ils vont devoir s'arrêter en gagner un peu dans un petit village pittoresque du Kentucky où vit un membre de leur famille. La tentation de se sédentariser va être très forte pour l’adulte, ce qui ne sera pas du goût du jeune garçon qui veut absolument partir à la découverte de ces contrées immenses et inconnues. Liberté et sédentarisation peuvent-elles s’accommoder ? Que doit-on préférer entre l’éducation traditionnelle et l’éducation "sur le terrain" ? Ce sont les questions auxquelles s’efforceront naïvement de répondre Burt Lancaster et son scénariste A.B. Guthrie, ce dernier n’étant autre que l’auteur du roman dont a été tiré The Big Sky (La Captive aux yeux clairs) de Howard Hawks et le scénariste de Shane(L’Homme des vallées perdues) de George Stevens.


   
           


Par la suite, il en incarne de semblables dans La Rivière de nos amours, Derrière le miroir, Bagarres au King Créole, oscillant entre l'ami de la famille fumeur de pipe et le méchant. Dans Les Liaisons secrètes, il passe même de l'un à l'autre.
Il forme un duo mémorable avec Jack Lemmon ; leur collaboration donne 10 films, le dernier étant Drôle de couple 2 en 1998.
Il se marie avec Grace Geraldine Johnson en 1948, qui lui donne 2 enfants prénommés David et Jenny. Ils divorcent en 1958.
En 1959, il se remarie avec l'actrice Carol Grace dont il a un fils, Charles. Elle partagera sa vie jusqu'à sa mort.
Victime d'un premier infarctus en 1966 pendant le tournage de La Grande Combine, il subit un double pontage en 1976, avant d'être atteint d'une pneumonie en 1998 qui l'oblige à passer deux mois à l'hôpital.
Hello Dolly ! (1969) : Il fallait vraiment les génies conjugués de Gene Kelly et de Barbra Streisand pour réaliser ce petit bijou de comédie musicale à partir d'un brouillon de scénario assez creux. Car quel feu d'artifice ! La chorégraphie est géniale et d'une inventivité jamais démentie, la très longue séquence du restaurant est un véritable morceau d'anthologie, et si certains personnages secondaires sont assez falots (les deux "boys"), la truculence de Walter Matthau est un régal. Quant à Barbra Streisand elle crève l'écran, de son charme, de sa classe, de sa beauté et de son talent. 


            
      
C'est finalement d'une crise cardiaque qu'il décède le 1er juillet 2000.
Il était sergent dans l'armée de l'air en même temps que James Stewart qui était officier.
Il fumait trois paquets de cigarettes par jour.
Grand joueur, il lui arrivait de flamber ses cachets aux pokers ou aux jeux de courses. Une anecdote raconte qu'au début de sa carrière, il mit trois ans à rembourser ses bookmakers, après avoir perdu 183 000 dollars à parier sur la présaison du baseball.
À propos de Jack Lemmon : « C'est simple : lui il est courtaud et moche, moi grand et sexy. Quand j'étais jeune et que je buvais encore du cherry-cola, on me prenait pour un thermomètre. » (Wiki).

1 commentaire:

  1. http://uptobox.com/1yo9iot16l7d
    http://uptobox.com/q1n1kmr2b8wi
    https://tu4ozc438t.1fichier.com/

    RépondreSupprimer