.

.

mardi 3 décembre 2013

Laurence Olivier

Sir Laurence Olivier est un acteur, metteur en scène, directeur de théâtre, réalisateur et scénariste anglais né le 22 mai 1907 à Dorking dans le Surrey et décédé le 11 juillet 1989 à Steyning dans le Sussex de l'Ouest. Laurence Kerr Olivier naît le 22 mai 1907 à Dorking dans le comté de Surrey de Gerard Kerr Olivier, prêtre anglican, et Agnes. Il est inscrit à la St Edward's School d'Oxford, et à l'occasion il joue de petits rôles dans les pièces de théâtre de l'école. Il entre à la Central School of Dramatic Art à l'âge de 17 ans puis rejoint la Birmingham Repertory Company en 1926. Il commence par faire de la figuration dans cette compagnie de théâtre puis obtient des rôles de plus en plus importants.
Il évolue ainsi au théatre, interprète Private Lives de Noel Coward (1930), Hamlet et Macbeth en 1937, ou encore Roméo et Juliette, alternant les rôles de Roméo et de Mercutio. Mais il commence aussi à se tourner vers le cinéma.




                             

Ayant tout récemment dévoré le livre de Emily Brontë, j'étais impatient de découvrir cette célèbre adaptation. Le film n'adapte que 16 chapitre sur les 34 que compte le livre et narre donc uniquement la passion destructrice entre Heathcliff et Catherine, délaissant la seconde partie du livre qui évoquait la seconde génération des famille Linton et Heathcliff. Ce choix oriente pas mal la tonalité du film puisqu'il atténue la noirceur du livre (toute la cruauté de la vengeance d'Heathcliff et les tourments qu'il fait vivre aux descendants) mais aussi l'aspect rédempteur qui voyait les héritiers réparer les erreurs des aînés.
L'atmosphère pesante et malsaine, les non dits inquiétants et l'aspect scabreux disparaissent donc pour orienter le récit vers une tonalité plus classique de mélodrame fantastique plutôt réussi. Dans le livre le personnage de Heathcliff est présenté comme néfaste dès l'enfance, son amour pour Cathy étant le seul lien qui le maintienne à une certaine humanité. Rien de tout cela avec Wyler qui en fait tour à tour un amoureux transi subissant humiliation et privation, ce qui justifie son aura de Monte Cristo revanchard et manipulateur dans la seconde partie. L'aspect sombre du personnage est donc contrebalancé par une aura de héros romantique tragique.



   

Hormis les réserves du changement d'orientation sur le fond, l'adaptation est assez remarquable à quelques broutilles près (le début amenant la narration en flashback est trop abrupt et moins subtile que le livre, surtout que le film est assez court 1h40 ça manque de respiration dans le récit) et condense idéalement la partie du livre traitée (pour une adaptation complète le format feuilleton tv est sans doute plus pratique). Les zones d'ombres non traitées sont en partie résolues par la réalisation et les idées inventives de Wyler tel la photo qui s'altère légèrement avant chaque apparition de Heathcliff dans la seconde partie ou le léger souffle qui traverse les lieux lorsqu'il s'annonce. Son aura maléfique se dessine ainsi en filigrane, le sadisme et les monologues extravagants du livre ne pouvant sans doute pas être rendus pour cause de censure.


                           
                        

Laurence Olivier, un peu gauche en paysan au début s'avère par contre exceptionnel en aristocrate ténébreux et inquiétant. Merle Oberon rend également très bien le tempérament orageux et capricieux de Catherine, tout comme son amour passionné et malade pour Heathcliff.
C'est d'ailleurs là le grand atout du film, celui d'avoir réussit à rendre palpable cet amour irraisonné et maladif du livre, de l'innocence de l'enfance au fossé des différences sociales puis de la passion intacte non avouée à une poignante séparation aussi intense que dans le livre. Bien que nimbant moins l'ensemble du film que dans le livre, le fantastique s'exprime à plein également pour rapprocher le couple lors des retrouvailles finales.Olivier tourne dans son premier film shakespearien en 1936, As You Like It de Paul Czinner.
Il tourne ensuite dans The Mask of Virtue, et il rencontre alors vivien leigh avec qui il tournera dans Fire Over England d'Alexander Korda. Une amitié naîtra entre les deux acteurs et ils tourneront deux autres films ensemble (21 Days et That Hamilton Woman).


               


Laurence Olivier interprète alors son premier grand rôle au cinéma, celui d'Heathcliff dans l'adaptation des Hauts de Hurlevent de William Wyler (1939). Sur le tournage, Wyler et Olivier ne s'entendent pas sur l'interprétation de l'acteur qui tient à conserver ses techniques théatrales. Ses choix s'avèrent être les bons puisqu'il obtient sa première nomination aux Oscar.
Ce succès lui permet d'obtenir d'autres grands rôles, celui de Maxim de Winter Rebecca d'Alfred Hitchcock et celui de Mr. Darcy dans Orgueil et préjugés.
La seconde guerre mondiale éclate alors et Olivier et enrôlé dans l'Air Force. Il prend des cours de pilotage et sert 2 ans. Il est nommé lieutenant dans la Fleet Air Arm mais ne verra jamais les combats.
Il retourne ensuite au théâtre puis il est approché par des producteurs qui souhaitent adapter quelques pièces de Shakeaspeare au cinéma. Laurence Olivier s'essaye donc à la réalisation, tout en restant acteur principal. Son travail aboutira à trois grands film: Henry V (1944), Hamlet (1948) et Richard III (1955).


                           
Pour Henry V, il ne pense pas au départ avoir les capacités de réaliser un film, et il le propose à différents réalisateurs. Face à leur refus, il se décide à se mettre derrière la caméra et part tourner en Irlande. Après un tournage mouvementé (un cheval l'ayant blessé lors d'une reconstitution de bataille), le film sort et a un grand succès. Nommé aux Oscar dans les catégories meilleur film et meilleur acteur, Olivier reçoit finalement un Oscar d'honneur (d'après lui, l'académie ne voulait pas donner ses deux plus grosses récompenses à un étranger).
Il tourne ensuite Hamlet. C'est un rôle qu'il connait très bien puisqu'il l'a beaucoup interprété au théâtre, néanmoins, il se montre moins à l'aise dans son interprétation. Obligé de réduire son film a une durée inférieure à 2 heures et demie, Olivier doit supprimer des répliques. Quoi qu'il en soit, le film est un succès et Laurence Olivier obtient l'oscar du meilleur film et celui du meilleur acteur.
Vient ensuite l'adaptation de Richard III. Lors du tournage, il est blessé par une flèche, mais heureusement ses principales scènes ont déjà été tournées. Apprécié par la critique, le film sera un échec commercial et financier. Les droits sont vite revendus à la chaîne de télévision NBC, et c'est ainsi qu'il gagnera au fil des années et des diffusions un succès d'estime. Richard III est aujourd'hui considéré par beaucoup comme une de ses meilleures performances.
Marathon Man est un film américain réalisé par John Schlesinger, sorti en 1976, et adaptation du roman éponyme de William Goldman paru un an plus tôt.
Le film a valu à Laurence Olivier d'obtenir le Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle et d'être nommé à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.



             


Durant cette période de réalisation, Olivier ne fera que peu d'apparences dans d'autres films.
Olivier devient l'un des fondateurs du Royal National Theatre de Grande Bretagne qu'il dirige de 1962 à 1973. Il avait aussi fondé et dirigé le Chichester Festival Theatre de 1962 à 1966.
En 1970, il est fait pair à vie et créé baron.
Il continue aussi à jouer dans des adaptations cinématographiques de pièces de théâtre, comme dans Othello (1965) ou Les Trois Sœurs (1970).
Il est alors à un tournant de sa carrière et de sa vie; frappé par les conséquences d'un cancer de la prostate (à partir de 1967 il multiplie bronchites, pneumonies, amnésies), il se rend compte que ses rôles ne l'ont jusqu'ici pas mis à l'abri du besoin lui et sa famille. À partir des années 1970, il commence donc à multiplier les apparences au cinéma et à la télévision à des fins strictement financières.


                            



Néanmoins, certaines de ses apparitions lui permettent de développer un nouveau jeu d'acteur, loin de l'image romantique de ses précédents succès. L'une des interprétations les plus frappantes de cette fin de carrière sera celle du Docteur Szell dans Marathon Man de John Schlesinger.
Laurence Olivier meurt des suites de son cancer en 1989 à l'âge de 82 ans. Il est enterré dans l'Abbaye de Westminster, dans le Poets' Corner.
(http://www.jesuismort.com/biographie_celebrite_chercher/biographie-laurence_olivier-8744.php)

1 commentaire:

  1. https://i8dxjbaab3.1fichier.com/
    https://pk7sjkjfjp.1fichier.com/
    https://4cff62.1fichier.com/

    RépondreSupprimer