.

.

mardi 3 décembre 2013

George Cukor

George Cukor est presque unanimement reconnu comme un grand metteur en scène avec au moins trois films incontournables qui se détachent de sa filmographie, deux comédies : Indiscrétions (1940) et My fair lady (1964) et un mélodrame : Une étoile est née (1954).

Il est ainsi curieux que Gilles Deleuze ne lui accorde aucune place dans L'image mouvement comme si Cukor, écartelé entre comédies et drames, n'avait rien inventé.
Ses comédies sont certes moins novatrices que celles de Lubitsch qui supervisa Une heure près de toi (1932). Cukor travaille en effet moins l'indice et l'ellipse comme les maîtres de l'image-situation que sont Lubitsch ou Chaplin mais le rebond ou plutôt les rebonds à la fin desquels le personnage finira par trouver son identité, chaque action arrachant un lambeau de la protection du personnage.
Cukor exerce en effet une sorte de cruauté avec ses personnages leur assénant coup sur coup avec une sophistication extrême. La plupart rebondissent pour retrouver une identité qui passe (comme il se doit) par la découverte d'eux-mêmes. Alors que le sujet de Minnelli est l'absorption dans le rêve, le thème central de Cukor serait plutôt l'énergie pour échapper au malheur. L'artifice est toujours une convention, quelque chose qui magnifie, en trop. Chaque personnage est pris dans un rôle, une convention qui le fait souffrir. D'où presque toujours en marge des univers sophistiqués des plans qui manifestent le fragilité des personnages et de leurs espoirs : les fleurs de My fair lady, la maquette de The true love dans la piscine de Indiscrétions ou la promenade de Tracy et Mike sous les arbres.
L'énergie nécessaire aux incessants retournements de situation qui émaillent ses films, Cukor, qui ne croit guère à la lutte des classes, les trouve dans deux domaines privilégiés : la femme et le spectacle.


   
         

Les femmes et les actrices
Au trajet linéaire des hommes, corseté, dans des rôles que la société a préétablis pour eux (père ou mari), il préfère l'énergie que le monde social oblige les femmes à posséder si elles veulent gagner leur identité et leur indépendance. Il est ainsi aussi bien le peintre de l'adolescence (Les quatre filles du docteur March, Sylvia Scarlett, The actress, My fair lady) de la femme mariée (Les invités de huit heures, Femmes, Madame porte la culotte) que de la femme solitaire (Voyage avec ma tantes, Riches et célèbres). Chacun de ces films se caractérise par des situations de crise (parfois burlesques : Spencer Tracy allant jusqu'à perdre son pantalon dans The Actress) qu'une succession de feintes théâtrales suffit bien souvent à effacer.
Constance Bennett est la première des actrices qu'il magnifie. Elle joue dans trois des quatre films réalisés pour la RKO de Zelznick, What price Hollywood ? (1932), Rockabye (1932) et Haute société (1932). Katharine Hepburn est étroitement associée à son oeuvre. Il la dirige pour la première fois dans Héritage (1932). Le film est un succès, et Hepburn, "lancée" par Cukor tourne avec lui Les quatre filles du docteur March, Sylvia Scarlett, Vacances, Indiscretions (dans ces trois derniers films, elle a Cary Grant pour partenaire), La Flamme sacrée (1942) avec Spencer Tracy qu'elle retrouvera après la guerre dans Madame porte la culotte (1949) et Mademoiselle gagne-tout (1952).


   
        

Judy Holliday semble un temps son actrice idéale : Comment l'esprit vient aux femmes (elle reçoit un Oscar), Je retourne chez maman et Une femme qui s'affiche.
Il fera aussi tourner Judy Garland, Une étoile est née (1954), Sophia Loren, La diablesse en collant rose (1959), Audrey Hepburn, My fair lady (1964), Liz Taylor, L'oiseau bleu (1974).
Si Greta Garbo est l'inoubliable interprète du Roman de Marguerite Gautier (1936), son dernier film, La femme aux deux visages qui est un échec public. Même bilan mitigé avec Marylyn Monroe : Le milliardaire avec un Yves Montand très pataud est sans doute son plus mauvais film et Something's got to give est le dernier film, inachevé de la star. La comparaison entre Garbo et Marilyn s'impose : l'actrice "mise à nu" (autant au figuré qu'au réel) révèle une femme, vulnérable et traquée assez étrangère à l'univers de Cukor.


                                         

Mais aussi des hommes et des drames
Si Spencer Tracy et Cary Grant ont trouvé chez Cukor parmi les meilleurs rôles de leur carrière, en 1939, Clark Gable demande le renvoi de Cukor qui avait commencé Autant en emporte le vent depuis trois semaines de tournage car, selon lui, il déplaçait trop l'intérêt du film sur les héroïnes. Lui succèdent Fleming et Wood.
Pour ses drames, Cukor s'appuie soit sur des classiques de la littérature : David Copperfield (1934), Roméo et Juliette (1936) et Le roman de Marguerite Gauthier. Hantise n'est qu'une demi-réussite alors qu'Une étoile est née magnifie Judy Garland dont l'énergie incessante et démesurée se heurte à la tragédie du personnage magnifiquement interprété par James Mason.



                      


Le spectacle magnifié
Avec ce film, Cukor découvre la couleur et le cinémascope qui magnifient l'analyse du monde du spectacle. Thème qu'il avait déjà abordé dans What price Hollywood ? (1932) et qui donnera aussi l'excellent Les Girls avec Gene Kelly, une des meilleurs comédies musicales de l'époque. Genre dans lequel il excellera avec My Fair lady, aux nombreux Oscars, qui traite du thème de Pygmalion et exprime toute l'élégance et le raffinement de Cukor.

George Dewey Cukor est né à New York le 7 juillet 1899. D'origine hongroise, sa famille le destine, par tradition, au barreau. Il abandonne ses études de droit au profit du théâtre. En 1926, Cukor monte sa première pièce à Broadway : "The Great Gatsby", de F. Scott Fitzgerald. Recommandé par Rouben Mamoulian, il est engagé en 1929 par la Paramount comme dialoguiste. En 1930, signe les dialogues de À L'ouest rien de nouveau de Lewis Milestone, pour la Universal. Coréalisateur en 1930, il signe seul son 4e film en 1931. Après 51 films, George Cukor est mort à Los Angelès le 24 Janvier 1983.

1 commentaire:

  1. https://pybztp5alf.1fichier.com/
    https://ldeoj9e2ou.1fichier.com/

    RépondreSupprimer