.

.

lundi 9 décembre 2013

Fat Albert Rotunda

    En 1969 Herbie Hancock composa le soundtrack jazz funk d'une adaptation spéciale du célèbre cartoon pour enfants créé et présenté par Bill Cosby.
Bien que transitant chez Warner, Herbie Hancock ne va même pas se donner la peine de rameuter avec lui une grosse partie de la fine équipe qui officiait déjà sur "The Prisoner". Il va faire plus fort encore ; enregistrer "Fat Albert Rotunda", destiné au départ à illustrer une production animée signée Bill Cosby, dans les studios Van Gelder ! Paradoxalement, même si la composition du line-up est sensiblement identique (le guitariste Eric Gale n'apparaissant que sur deux titres), il se dégage de ce disque une énergie, un entrain que "The Prisoner" tentait péniblement d'atteindre. Si cet album doit être vu comme le développement immédiat de l'aventure "The Prisoner", on peut dire que la transformation est pour le moins radicale ! Les éléments jazz perdent du terrain face à un groove funk martelé par deux bassistes et trois batteurs, soutenus par un ensemble de cuivres généreux et un Herbie Hancock désormais scotché au Fender Rhodes, même pour les plages plus complexes comme "Tell Me A Bedtime Story".


                     

Il n'en faut pas plus pour se rendre compte que l'univers du claviériste est tout doucement en train de basculer, plus proche de Isaac Hayes que de Bill Evans si vous voulez... Ainsi, avec "Fat Albert Rotunda", c'est comme si ce bon vieux Herbie venait d'enregistrer une bande son blaxploitation pur jus sans même le savoir, marchant pour ainsi dire sur les plates bandes d'un Quincy Jones. Entraînant, généreux, somme toute sympathique, "Fat Albert Rotunda" reste encore trop ancré dans son époque. C'est aussi cependant un premier pas nécessaire vers un ailleurs qu'il reste encore à explorer. Et c'est bien ce que Herbie Hancock va faire en publiant sa trilogie psychédélique, "Mwandishi", "Crossings" et "Sextant", où il aura tout le loisir d'étendre sa nouvelle formule dans des formats extensibles à l'envi, tellement loin à mon sens qu'il fera la nique aux meilleurs essais du Miles électrique et des premiers Weather Report.
Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 3 octobre - 8 décembre 1969

1 commentaire:

  1. http://www66.zippyshare.com/v/A5rQ7Gle/file.html
    http://www66.zippyshare.com/v/DwlpNqYp/file.html

    RépondreSupprimer