.

.

lundi 23 décembre 2013

Birth of the cool

Album de jazz de Miles Davis sorti en 1957.
Il a été enregistré durant trois séances, deux en 1949 et une en 1950.
À l'été 1948, Miles Davis, en collaboration avec l'arrangeur Gil Evans, qu'il a rencontré plusieurs années auparavant, décide de mettre son projet à exécution en se détachant des principes du Bebop pour participer à une nouvelle forme de jazz. Installé à New York, il fonde un nouveau groupe, intermédiaire entre le big band et les petites formations Bebop. Ce sera un nonet (neuf musiciens), dont chaque section devra, dans l'esprit de ses créateurs, imiter l'un des registres de la voix humaine : la section rythmique comprend contrebasse, batterie et piano, tenu par l'ancien batteur de Charlie Parker, Max Roach. Parmi les cuivres, on trouve la trompette de Davis, le saxophone baryton de Gerry Mulligan, le saxophone alto de Lee Konitz, un trombone, un cor d'harmonie et un tuba.Le 18 septembre 1948, le nonet se produit pour la première fois en public, assurant la première partie du spectacle de Count Basie au Royal Roost de New York sous le titre « Nonet de Miles Davis, arrangement de Gerry Mulligan, Gil Evans et John Lewis ». Une dénomination inhabituelle qui trahit la volonté de créer une musique reposant largement sur les arrangements. Jouant une musique dont l'orchestration riche, les arrangements soignés et la relative lenteur rompent radicalement avec l'urgence du Bebop. Le groupe est remarqué par le directeur artistique des disques Capitol Records, Pete Rugolo, qui se montre très intéressé.


                                                      


Après un contretemps dû à la grève des enregistrements de 1948, au cours de laquelle Miles refuse de rejoindre le groupe de Duke Ellington, le nonet entre finalement en studio début 1949 à New York pour une série de trois séances qui vont changer la face du jazz. En quinze mois et avec de nombreux musiciens différents, le groupe enregistre une douzaine de morceaux, dont les titres Godchild, Move, Budo, Jeru, Boplicity et Israel. Six d'entre eux sortiront en 78 tours, le reste devant attendre les années 1950 et cet album Birth of the Cool, sorti longtemps après les faits, pour voir le jour.
Le Cool Jazz est né, mais ce n'est pas une révolution immédiate : le nonet est rapidement dissout, et cette nouvelle musique mettra plusieurs années à s'imposer parmi les musiciens et le public jazz.
Le cool jazz est une réaction aux folies harmoniques du bebop, quand les jazzmans tels Charlie Parker voulaient atteindre le « it » décrit par Jack Kerouac dans son roman phare Sur la route. C'est une musique qui intéresse beaucoup les blancs de la côte Est, plus harmonieuse, travaillée et moins décousue, « froide ». D'ailleurs, la formation se compose à moitié de musiciens blancs. Cet album est la parfaite introduction à cette forme de jazz.
Le disque est pourtant un échec commercial mais il a inspiré des générations de musiciens jusqu'à l'acid jazz qui a repris le terme pour se baptiser Rebirth of the cool. C'est à ce moment que Miles Davis a véritablement lancé sa carrière.



Un livre (en anglais) décrit ce mouvement et son environnement culturel, littérature et pensée avant-gardiste des beat américains : Birth of the cool : Beat, Bebop, and the American Avant Garde.
Le titre est probablement abusif, mais il reflète l'influence que les microsillons 33 tours auront sur le style West Coast en Californie.
Birth of the Cool marque d'une certaine manière la naissance officielle, à la fin des années 1940, d'un nouveau style de musique, le Cool Jazz. Si Miles Davis n'en est sans doute pas l'inventeur (Lee Konitz considérait que l'inventeur du mouvement était le pianiste Lennie Tristano), avec la complicité de son ami Gil Evans (qui ne figure pas dans le personnel, mais a fortement inspiré son ami et signe d'ailleurs les arrangements de Moon dreams et Boplicity), il avait eu l'idée de créer un nonet comportant, outre une section rythmique, une importante section de cuivres (saxophones, tuba, trombone, etc.).


 Le cool jazz, étiquette attribuée par la critique, se caractérisait par la volonté de prendre le contre-pied du bee-bop, à l'essor duquel Miles Davis avait pourtant participé aux côtés de Charlie Parker, mais qui tombait parfois dans une technicité et une virtuosité excessives, dans lesquelles Miles ne se reconnaissait pas ' peut-être par défaut de technique (mais on voit MD plus tard participer au mouvement hard-bop). Mais au-delà de ce choix esthétique de l'époque, c'est la recherche d'un son propre qui motive le trompettiste, ce son si délicat, sans vibrato, à la fois clair et fragile et le goût de Miles Davis pour une recherche constante d'une musique nouvelle qui l'a conduit à se renouveler sans cesse et à la révolution électrique en 1969.
Cet album constitue en réalité une compilation d'enregistrements qui s'étalent sur plusieurs mois et qui sont sortis en leur temps sous forme de plusieurs galettes successives. Trois sessions sont ici réunies. L'une du 21 janvier 1949 avec Kay Xinding : trombone, Junior Collins : french horn, John Barber : tuba, Lee Konitz : saxo alto, Gerry Mulligan : saxo baryton, Al Haig : piano, Joe Shulman : basse et Max Roach : batterie. 


La deuxième le 22 avril 1949 avec : J. J. Johnson : trombone, Sandy Siegelstein : french horn, John Barber : tuba, Lee Konitz : saxo alto, Gerry Mulligan : Saxo baryton, John Lewis : piano, Nelson Boyd : basse et Kenny Clarke : batterie. La dernière du 9 mars 1950 avec : J. J. Johnson : trombone, Gunther Schuller : french horn, John Barber : tuba, Lee konitz : saxo alto, Gerry Mulligan : saxo baryton, Al McKibbon : basse, Max Roach : batterie, et Kenny Hagood : voix.
Miles Davis s'est par la suite assez rapidement tourné vers d'autres recherches. Mais même lorsqu'il a abandonné le cool jazz, ce genre n'est pas mort pour autant et a donné au contraire naissance au mouvement West Coast Jazz qui s'est développé sur la côte ouest des Etats-Unis, grâce à des musiciens dont certains avaient participé aux sessions de The birth of the Cool, que ce soit Gerry Mulligan, John Lewis ou Lee Konitz. Source : http://www.amazon.fr/product-reviews/B00005614M

1 commentaire: