.

.

dimanche 17 novembre 2013

Deep Burton

Les deux hommes se rencontrent à la fin des années 80, alors que Johnny n'est que le beau gosse qui fait fantasmer les jeunes filles en fleurs avec sa série 21, Jumpstreet, dans laquelle il incarne un jeune flic infiltré dans des lycées pour contrer la délinquance juvénile.
Après un passage par la case John Waters (revoir le génial Cry Baby), Johnny devient un véritable acteur et se voit confier par Tim le rôle que tout le monde veut à l'époque (même feu Michael Jackson !), celui d'Ed dans le poétique, lunaire et exaltant Edward aux mains d'argent.
De cette première expérience commune découlera une mutuelle dépendance digne des plus grands couples auteur/acteur de l'Histoire du cinéma : Federico Fellini/Marcello Mastroianni, Robert de Niro/Martin Scorsese, Leonardo DiCaprio/Martin Scorsese, David Cronenberg/Viggo Mortensen, Pedro Almodovar/Penélope Cruz et tellement d'autres...
Après ce coup de maître, les deux artistes se retrouvent en 1995 pour le formidable Ed Wood, biopic déjanté du cinéaste le plus mauvais du monde auquel Johnny Depp apporte toute sa sensibilité et sa profondeur.
Cinq ans plus tard, les deux hommes devenus amis tournent à l'occasion d'une autre énorme réussite burtonienne - Sleepy Hollow. Un film sombre et fantastique, que Depp habite de tout son être aux côtés de Christina Ricci (plus sexy que jamais !) et du terrifiant Christopher Walken en cavalier sans tête.


   

Par la suite, tout s'accèlere pour les deux compères puisqu'ils vont collaborer à quatre reprises en l'espace de cinq ans.
Dans Charlie et la chocolaterie, Depp incarne le cultissime Willy Wonka et s'inspire en filigranes de la voix, de la pâleur et de son attachement pour l'enfance d'un certain Michael Jackson.
Dans Les noces funèbres, il prête sa voix et inspire le physique du héros pour un film d'animation très proche de l'univers de L'étrange Noël de Mr. Jack.
Dans Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street, il campe ce barbier tueur et vengeur pour l'une des plus belles réussites formelles de Tim.
Sweeney Todd est adapté de la comédie musicale éponyme créée par Stephen Sondheim en 1979 dont Tim Burton était un grand fan quand il était jeune.




Grâce au succès du film, la comédie musicale est enfin arrivée jusqu’en France avec plusieurs représentations au Théâtre du Châtelet en 2011.
La légende de Sweeney Todd appartient à la culture populaire. Personnage de fiction popularisé par le récit de Thomas Peckett Prest intitulé The string of pearls : A Romance, il est un barbier londonien du début du XIXe qui tranchait la gorge de ses clients et se débarrassait de leurs cadavres avec la complicité de sa maîtresse.


                   


                     

Le premier contact de Johnny Depp avec l’histoire de Sweeney Todd date de 2001, lorsque Tim Burton fit irruption dans sa maison du Var, dans le Sud de la France, avec une cassette comprenant l’enregistrement original de Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street. Dès cette période, le cinéaste proposa à son fidèle complice de refléchir à une collaboration autour de cette histoire atypique. Le projet Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street était né…




Le personnage et l’histoire de Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street font partie de la culture populaire britannique. Stephen Sondheim en a tiré une comédie musicale au succès retentissant. Longtemps, l’auteur a refusé transposition de son oeuvre au cinéma. Satisfait par les intentions de Tim Burton, Sondheim a cédé, conservant malgré tout son droit de véto par rapport au choix de casting. Helena Bonham Carter a ainsi été personnellement auditionnée par Sondheim avant que celui-ci n’accorde définitivement à Burton la liberté de s’approprier l’univers de son oeuvre.




           
Pour s’entraîner au chant en vue d’incarner le diabolique Sweeney Todd, Johnny Depp a du aménager son emploi du temps. C’est ainsi qu’il écoutait les partitions de Stephen Sondheim durant la fin du tournage de Pirates des Caraïbes : Jusqu’au Bout du Monde, et plus précisément durant les deux heures de trajet qui le séparaient quotidiennement du plateau.
Pour Sweeney Todd, Tim Burton cite de nombreuses références parmi lesquelles le cinéma d’horreur de la moitié du 20e siècle, celui de la Hammer, avec des comédiens comme Boris Karloff, Lon Chaney ou encore Peter Lorre. Autre référence citée par le cinéaste : une star du théâtre répondant au nom de… Guignol !




Pour le rôle de Johanna, Anne Hathaway a été initialement choisie. Tim Burton souhaitait néanmoins une actrice inconnue pour tenir ce rôle et a finalement jeté son dévolu sur la jeune irlandaise Jayne Wisener. Il s’agit de sa première apparition au cinéma.
Le rôle de Madame Lovett, incarné dans le film par Helena Bonham Carter, était convoité notamment par Annette Bening et Toni Collette. Cyndi Lauper et Emma Thompson ont également été envisagées pour jouer le personnage.


                                          


Au cours du premier mois de tournage du film, Tim Burton a dû composer avec l’absence imprévue, pour quelques jours, de Johnny Depp : l’acteur a en effet du partir au chevet de sa fille Lily-Rose, malade et hospitalisée. Pendant ce temps, Burton s’est donc concentré sur le tournage des quelques scènes du film dans lesquelles Johnny Depp n’apparaît pas.
Christopher Lee, l’un des fidèles de l’univers de Tim Burton, devait initialement jouer l’un des fantômes du film. Finalement, après divers remaniements du scénario, l’acteur à décidé de se retirer du projet.

1 commentaire:

  1. http://www.uptobox.com/ej5rbq3d4qv5.html
    http://uptobox.com/g5oypjqax6wx

    RépondreSupprimer