.

.

mardi 29 octobre 2013

Electric byrd

Le trompettiste Donald Byrd fait partie de ces musiciens « Blue Note » qui ont pris sans ambages le virage de la modernité, dans le sillage du Miles Davis électrique post-1968. La fin des années 60 et le début de la décennie 70 marquent le pic créatif de ce nouveau jazz (jazz-funk, jazz-rock, fusion...) qui donnera des boutons aux intégristes de cette musique. « Electric Byrd » est donc un disque de Donald Byrd, paru en 1970. Il est composé de quatre morceaux plutôt longs (trois dépassent les 10 minutes) : trois compositions du trompettiste et une autre (« Xibaba ») du percussionniste brésilien Airto Moreira, qui apporte une touche latine à l'album. La couleur dominante du disque est à un jazz psychédélique, « spacey ». Thèmes de flûte, rythmes hypnotiques, délicates et discrètes touches de piano électrique ou interventions de cuivres avec écho zèbrent un espace et des ambiances éthérés. Seul le dernier morceau, « The Dude », tire vers un jazz-funk « groovy » et dénote dans cet album très réussi, sans doute l'un des meilleurs de ce trompettiste très productif.


                                  

* Alto Saxophone, Soprano Saxophone, Flute - Jerry Dodgion
* Baritone Saxophone, Clarinet - Pepper Adams
* Bass - Ron Carter
* Drums - Mickey Roker
* Electric Piano, Producer - Duke Pearson
* Guitar - Wally Richardson
* Percussion - Airto Moreira
* Tenor Saxophone, Clarinet [Alto] - Frank Foster
* Tenor Saxophone, Flute - Lew Tabackin
* Trombone - Bill Campbell
* Trumpet - Donald Byrd

       
                     
                
Considéré comme l'un des maîtres fondateurs du courant hard-bop apparu au milieu des années 50, notamment grâce à sa participation au sein de la formation de Art Blakey où il remplacera Kenny Dorham, ainsi que lors de sa collaboration avec les groupes de Max Roach et Horace Silver, le trompettiste Donald Byrd est une figure incontournable du jazz américain et un touche-à-tout très créatif qui, à l'instar de Miles Davis et de ses albums géniaux "Bitches Brew" ou "In A Silent Way", s'est essayé lui aussi au jazz électrique dès 1970 avec pour premier testament musical ce très bon album au titre explicite, "Electric Byrd" (son jeu de trompette droit, aéré et sans vibrato n'est d'ailleurs pas sans rappeler celui de son ainé plus vieux de 5 ans).


                  
                                       
La présence du fantôme de Miles est indéniable et il n'y a qu'a écouter le premier titre "Estavanico" pour s'en convaincre. Une ambiance atmosphérique et des mouvements un rien psychédéliques sur un thème légèrement dissonant repris en choeur par tous les musiciens qui laissent trainer des notes planantes sublimées par des reverbes et des delays encore très peu employés dans le jazz de cette époque. Jamais "agressif" et très chaleureux, le virage s'opère très naturellement durant les 4 morceaux de l'album. Il en écrit 3 ("Xibaba" est une oeuvre de Airto Moreira), pour finir avec le titre "The Dude", nettement plus funky que le reste des compositions et laissant percevoir la nouvelle orientation que souhaite Donald pour sa musique. Elle prendra vraiment son essor avec les disques "Black Dyrd" ou "Street Lady" produits respectivement en 1972 et 1973 et qui connaitront un vrai succès populaire. "Electric Byrd" reste malgré tout pour moi l'un de ses plus beaux disques qui continuera encore longtemps de me satisfaire tant son univers est chatoyant et mélodieux. 43 minutes de musique douce et enivrante à la croisée des chemins entre académisme esthétique et révolution créatrice pour une fusion subtile et toute en retenue. La grande classe.


                                  

Loin des partitions extravagantes mais ô combien captivantes du grand Miles, Donald Byrd de son côté assure avec ce disque une embardée nettement moins aventureuse dans son écriture, mais tout aussi exceptionnelle et jouissive. Incontestablement une des oeuvres phares de l'année 1970, je le recommande systématiquement à tous mes proches pour lesquels je suis sûr de leur ouverture d'esprit et dont je sais leur amour pour le jazz.


1 commentaire:

  1. http://www.mediafire.com/download/m1pldr7zpu71mhv/Donald_Byrd_-_Electric_Byrd.rar

    RépondreSupprimer