.

.

dimanche 8 septembre 2013

Africa dreams

Fin du 19e siècle, Congo, province du Kivu.
Un jeune séminariste, Paul Delisle, rejoint l’une des missions des « pères blancs », dans la région des Grands Lacs, pour y participer à l’effort d’évangélisation des populations. Mais son arrivée a un autre motif, plus secret : tenter de retrouver son père Augustin, un ancien chirurgien devenu planteur, colon prospère mais farouche misanthrope, volontairement reclus dans un isolement presque total.
Paul rejoint bientôt l’immense domaine d’Augustin Delisle.
Son arrivée coïncide avec un drame : le planteur est gravement blessé, une flèche plantée dans le dos.
Extrait : http://bd.casterman.com/prepub_detail.cfm?ID=37554
http://sceneario.com/bande-dessinee/AFRICA+DREAMS-Lombre+du+Roi-13538.html
En cette fin de XIXème siècle, Paul Delisle débarque au Congo à la recherche d’un père qui a fui la Belgique pour trouver refuge au milieu de la jungle. Mais l’Afrique et les exactions liées à l’exploitation de ses richesses ne peuvent laisser insensibles le jeune séminariste et les hommes de bonne volonté qui, une fois revenus à la civilisation, n’auront de cesse de dénoncer ce qu’ils ont vu et vécu… pour peu que la possibilité leur en soit laissée !

Bien qu’il s’inscrive dans un contexte colonial, Africa dreams ne se situe pas dans la même veine romanesque qu’India dreams puisque le thème choisi par Maryse et Jean-François Charles est beaucoup plus dur ; ici, plus question d’histoires sentimentales au pays des sūtras, mais de la mise à sac méthodique d’une région au profit d’un seul individu, roi d’outre-Quiévrain de surcroit. Ce deuxième album s’avère également plus européen que le précédent dans la mesure où, nécessité oblige, la divulgation des agissements outranciers des employés de l’EIC implique un relais auprès de l’opinion publique du Vieux Continent. Ainsi, après quelques missionnaires protestants, le flambeau est repris par des hommes tels l’Anglais Edmund Dene Morel ou l’Irlandais Roger Casement.
Africa dreams appartient à cette catégorie de séries qui, par le biais de pages agréablement mises en couleur, font prendre conscience de faits historiques pour le moins ignorés (du moins en France). Si un semblant de parti pris peut transparaître, le supplément de l’édition du premier tome a l’intelligence de revenir sur le contexte en montrant l’ambigüité des motivations de l’époque pour qui la colonisation était avant tout une aventure commerciale européenne dont le (seul) but était d’offrir aux pays colonisateurs richesses et puissance.
http://www.babelio.com/livres/Bihel-Africa-Dreams-Tome-3--Rives-enchaines/513037

Quoiqu’il en soit, cet album au réalisme saisissant et aux couleurs directes judicieusement exploitées par Frédéric Bihel, sait créer une atmosphère pesante et lourde, comme peut l’être le climat équatorial ou… le malaise suscité par ce capitalisme outrancier !
1903. Afin de recueillir les souvenirs et le témoignage de celui qui fut l’un des héros de la colonisation de l’Afrique, et notamment du Congo pour le compte du roi Léopold, un jeune reporter belge rend visite à Henry Morton Stanley dans son domaine du Surrey, où l’explorateur vieillissant, malade et presque infirme s’est retiré du monde. En veine de confidences, Stanley se remémore pour son visiteur la célèbre expédition de secours à Emin Pacha. Ses souvenirs sont enchanteurs, éblouis. Mais à mesure que le flash back se précise, la violence barbare du comportement de Stanley à l’égard des Africains se révèle dans toute son horreur sanglante. L’expédition Emin Pacha est restée célèbre parce qu’elle fut la dernière grande expédition privée du XIXe siècle au coeur de l’Afrique, mais aussi pour avoir été la plus meurtrière pour les populations qui avaient le malheur de se trouver sur son chemin…
Voici le troisième volume de la saga africaine de Frédéric Bihel et Maryse et Jean-François Charles. Adossée à une solide reconstitution historique, cette histoire âpre et prenante évoque de manière saisissante la cruelle histoire du Congo au tournant des XIXe et XXe siècles, mis en coupe réglée par le Roi des Belges et son représentant le plus impitoyable, l’explorateur Stanley.
Extrait : http://bd.casterman.com/prepub_detail.cfm?ID=44338

1 commentaire: