.

.

lundi 11 mars 2013

Arthur H

Arthur H, de son vrai nom Arthur Higelin, est un musicien, chanteur mais aussi peintre et illustrateur. Il est né à Paris le 27 mars 1966.
Avec sa voix grave facilement reconnaissable et un répertoire jazz, il compose de nombreux albums en solo ou avec le Bachibouzouk Band.
Apres avoir etudie au Berklee College of Music de Boston, il a 24 ans lorsqu'il sort son premier disque, Arthur H en 1990. En 1992, il monte son cabaret sous chapiteau Magic Mirrors. En 2001, il participe au spectacle Cabaret Imprudent avec le Cirque Cahin-caha.





Il est le fils de Jacques Higelin et de Nicole Courtois. Les chanteuses Izïa Higelin et Maya Barsony sont ses demi-sœurs ; et le réalisateur et comédien Kên Higelin est son demi-frère.
En 1998, il épouse sur une scène de Los Angeles, à la fin d'un de ses concerts la mère de ses deux enfants Alexandra Mikhalkova (elle est aussi sa bassiste), devant un juge de paix spécialement convié pour l'occasion.
Durant le printemps 2009, Arthur H s'est prononcé en faveur du projet HADOPI et s'en est exprimé sur plusieurs plateaux de télévision.
En septembre 2010, il s'oppose fermement à la politique d'expulsion des Roms par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, lors d'un concert à Contis-Plage. Il y oppose son propre concept d'« auto-expulsion », défini comme grand élan du cœur contre les injustices de ce monde.


                                             

En dépit d'un héritage artistique envahissant, Arthur Higelin dit H s'est vite affranchi de sa panoplie de "fils de". Picorant ses influences dans maintes directions musicales, son répertoire, comme ses spectacles, se singularisent par une certaine pratique de la poésie, du conte et de l'humour. Adolescent très solitaire et guère tourné vers les études, il quitte le lycée à 16 ans et part trois mois naviguer aux Antilles. Puis ses parents l'envoient à Boston aux Etats-Unis où Arthur étudie la musique pendant un an et demi à l'université mais sans grand intérêt.




       






De retour à Paris, il monte quelques groupes avec lesquels il expérimente ses premières compositions. Mais après une première participation catastrophique au Festival de Bourges, Arthur H révise sa copie et retravaille sa musique. Naviguant entre d'innombrables influences musicales, Thelonious Monk, Tom Waits, les Sex Pistols, la chanson, le jazz, le blues ou le tango, Arthur H crée petit à petit un univers musical singulier.







Avec le contrebassiste anglais Brad Scott, il monte alors un spectacle qui est programmé pour trois soirs dans une petite salle parisienne de 60 places, la Vieille Grille, en décembre 1988. Le succès est tel, qu'ils y restent un mois. Le public s'enthousiasme très vite pour ce jeune artiste qui mêle humour, musique et poésie. Deux mois plus tard, c'est au Sentier des Halles que le duo enrichi d'un batteur, Paul Jothy, s'installe pour 30 représentations. La critique s'emballe pour ce pianiste à la voix cassée, et les références à Boris Vian, Serge Gainsbourg ou Tom Waits sont fréquemment reprises.






Entre deux albums, Arthur H s'octroie la liberté de composer la BO d'un film français de Michel Couvelard, " Inséparables " (avec Jean-Pierre Darroussin et Catherine Frot), qui dit de lui : 'Le travail avec Arthur ressemble à celui que j'ai eu avec les comédiens (…) Il y a eu tout simplement convergence'. Ni illustrative ni redondante, la musique d'Arthur H nous invite à replonger dans un univers poétique unique dans l'hexagone, fantaisiste, enjoué et poétique, à l'image du titre phare de cet album, " Ô Carnaval ". Source : http://musique.fnac.com/a773590/Arthur-H-Les-inseparables-CD-album


             

1 commentaire:

  1. https://37hp3j03eg.1fichier.com/
    https://yj6ulc.1fichier.com/
    https://go1zx3.1fichier.com/

    RépondreSupprimer